Rivière Charles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rivière Charles
Illustration
Le Longfellow Bridge sur la rivière Charles en hiver
Carte.
bassin de révère Charles au nord de la Neponset et traversant Boston
Caractéristiques
Longueur 129 km
Bassin 798 km2
Cours
Source Echo Lake
· Localisation Hopkinton
Embouchure Océan Atlantique
· Localisation Boston
· Altitude m
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions traversées Drapeau du Massachusetts Massachusetts

La rivière Charles (en anglais Charles River) est un fleuve côtier de 129 km de long qui s'écoule dans l'est de l'État américain du Massachusetts avant de se jeter dans l'océan Atlantique à Boston. Elle sépare cette ville (rive droite) de Cambridge (rive gauche). Son nom vient du roi Charles I d'Angleterre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa source se trouve à 129 kilomètres de son estuaire à Echo Lake (Hopkinton). Elle traverse 58 villes de l'est de l'État du Massachusetts, avant de se jeter dans le port de Boston et l'océan Atlantique. Son bassin versant est très urbanisé et s'étend sur 798 km². Le niveau de pollution de ses eaux fait l'objet d'une attention toute particulière de la part des autorités. Plusieurs campus universitaires occupent ces deux rives : université Harvard, université de Boston, université Brandeis et le prestigieux Massachusetts Institute of Technology.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque précolombienne, les Amérindiens utilisent la rivière Charles pour le transport et la pêche. Au XVIIe siècle, Captain John Smith explore et cartographie la côte de Nouvelle Angleterre, nommant de nombreux lieux. Il avait initialement nommée la Charles River, la Massachusetts River, dont le nom venait tribu amérindienne qui habitait la région. Quand Smith présenta la carte au roi Charles I d'Angleterre, il suggéra que le roi se sente libre de changer n'importe lequel des "noms barbares" pour des noms "anglais". Le roi fit de nombreux changements mais seuls quatre sont restés aujourd'hui dont la Charles River qui l'a nommé d'après lui-même[1].

Avec la fondation puis le développement de la ville de Boston, on détourne ses eaux (canal de Mother Brook) pour alimenter les moulins et obtenir ainsi l'énergie indispensable aux forges et à l'industrie textile. Au XIXe siècle, les bords du fleuve sont aménagés sur environ 30 kilomètres par les paysagistes Charles Eliot et Arthur Shurcliff, élèves du célèbre Frederick Law Olmsted. Ils dessinent vingt parcs et aires naturelles depuis Charlestown Bridge à Watertown Square.

La rivière Charles, vue nocturne en hiver depuis le pont John W. Weeks

Ponts, tunnels et barrages[modifier | modifier le code]

Les ponts et tunnels suivants sont classés d'est en ouest :

John W. Weeks Bridge

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George R. Stewart, Names on the Land: A Historical Account of Place-Naming in the United States, Houghton Mifflin, (1re éd. 1945), p. 38