Rite français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».

Le Rite français, ou Rite moderne, ou encore Rite moderne français ou Rite français moderne, est un rite maçonnique constitué par le Grand Orient de France en 1783-1786 sous le nom de « Rit[N 1] en 7 grades suivant le Régime du Grand Orient de France ». Descendant en droite ligne des usages premiers de la maçonnerie, il véhicule les plus anciennes traditions rituelles de la maçonnerie spéculative. Publié en 1801 sous le titre de Régulateur du Maçon, il est considéré depuis cette date comme le rite officiel du Grand Orient de France. Intimement lié à la naissance de la franc-maçonnerie spéculative[N 2] en général et de la maçonnerie continentale[N 3] en particulier, notamment en France[1], le Rite français est de nos jours pratiqué sous différentes formes par plusieurs obédiences maçonniques françaises, européennes et latino-américaines.

photo en couleur d'un décor maçonnique
Tablier de vénérable au Rite français moderne (régulateur 1801).
photo en couleur d'une décors maçonnique du XIXE siècle
Tablier de maître du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au tout début du XVIIIe siècle, les francs-maçons britanniques présents en France y importent le « rite des Moderns » qui est ensuite traduit en français. Le contexte et les raisons qui conduisent quelques décennies plus tard à proposer une version officielle de ce rite, sous le nom de « Rite français », sont liées à la création du Grand Orient de France en 1773. Celui-ci se saisit de l'importante question des rituels et il faut une douzaine d'années pour « fixer » les grades symboliques, selon la triple nécessité de conserver sa tradition, de clarifier et moderniser ses règles administratives, et d'unifier ses usages[2].

Codification[modifier | modifier le code]

Portrait en couleurs d'Alexandre Louis Roëttiers de Montaleau, il porte un décor maçonnique
Alexandre Louis Roëttiers de Montaleau.

Afin de donner à la franc-maçonnerie une dimension nationale, le Grand Orient de France (GODF) organise l'uniformisation des rites « modernes » en France[3]. En 1783, la chambre des grades, créée en janvier 1782 sous l'impulsion notamment d'Alexandre Roëttiers de Montaleau, reprend en intégralité ce chantier débuté dix ans plus tôt. Après un examen méthodique et des débats d'une grande richesse, elle fixe le modèle pour les trois premiers grades (loge bleue) qui sont définitivement validés lors de la 149e assemblée plénière du Grand Orient, les 15 et 19 juillet et le [4]. Les textes adoptés restent fidèles aux plus anciens textes maçonniques connus et aux rituels en français des années 1740-1750[5]. Le travail de la chambre des grades s'étant concentré sur leur mise en forme[6], l'introduction du rituel présente ainsi cette codification : « Le Grand Orient de France s'est enfin occupé de la rédaction d'un protocole d'initiation [...] Il a cru devoir ramener la Maçonnerie à ses usages anciens, que quelques novateurs ont essayé d’altérer, et rétablir ces premières et importantes initiations dans leur antique et respectable pureté[7] ».

La chambre des grades crée également le « Grand Chapitre général de France » en février 1784[N 4] qui agrège et codifie les « Ordres de Sagesse »[8],[N 5] selon les mêmes principes. L’intégration du Grand Chapitre général et des Ordres de Sagesse au sein du Grand Orient est actée le [9], constituant ainsi un système cohérent en trois grades « bleus » : « apprenti », « compagnon » et « maître ». Les deux premiers sont fondés sur l'approche symbolique, le grade de maître constituant la charnière avec des grades philosophiques organisés en ordres.

En 1801, un imprimeur peu scrupuleux diffuse le rite sous les titres Le Régulateur du Maçon et Le Régulateur des Chevaliers Maçons, fac-similés des cahiers officiels du G.O.D.F, qui étaient uniquement délivrés aux loges de l'obédience qui en faisaient la demande par écrit, contre rémunération. Le Régulateur du Maçon est considéré depuis cette date comme le rite officiel du Grand Orient de France[10]. Consubstantiel de celui-ci, il va accompagner son évolution, marquée par l'histoire politique, sociale et religieuse du pays. C'est à cette époque qu'il prend le nom de « Rite français »[10].

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Évolution idéologique[modifier | modifier le code]

Au sortir de la Révolution française, le Régulateur du Maçon mis au point par le Grand Orient de France sert de base et de référence aux loges du Premier Empire. Cette première moitié du XIXe siècle voit Nicolas Charles des Étangs, « héros de la Bastille »[N 6], introduire des variations aux influences déistes et parfois orientalisantes. Ces rituels diffusés en 1825 et réédités jusqu'en 1848 ont influencé beaucoup de loges. Même s'ils conservent la structure traditionnelle du Rite français, ils rajoutent un caractère déiste qui aspire à atteindre une religion universelle, où le comportement éthique et la réflexion priment sur la croyance[11]. Il en est de même des rituels et des ouvrages de Jean-Marie Ragon[N 7], qui se place dans la recherche d'une religion naturelle, universelle et morale. La formule Liberté, Égalité, Fraternité commence alors à être utilisée dans les travaux des loges[12].

portrait en noir et blanc de Louis Amiable, portant un décor maçonnique
Louis Amiable.

En 1858 s'impose le Rite français dit « Murat », qui revient aux fondements des Constitutions d'Anderson, sans pour autant transformer durablement le rite, car le texte est peu différent de celui du Régulateur du Maçon[N 8]. Cette réforme du rite vise surtout, en pleine période « autoritaire » du Second Empire, à instaurer un encadrement idéologique strict, pour essayer de contrôler une institution dont le pouvoir impérial se méfie, mais qu'il croit pouvoir surveiller et utiliser comme relais d'influence[12],[N 9].

Avec la « Querelle du Grand Architecte de l'Univers » et la rupture de 1877, le Grand Orient de France prend le tournant de la « liberté absolue de conscience ». Celle-ci sera concrétisée en 1879, lorsque sont évincées du Rite français les formules à connotations religieuses, dont principalement les devoirs envers Dieu. La référence au Grand Architecte de l'Univers reste tolérée dans les travaux des loges qui le souhaitent, mais disparaît des rituels de référence. La commission dirigée par Louis Amiable, avocat et conseiller de l'ordre, établit définitivement en 1886 la forme adogmatique du rite, en lui donnant une teinte positiviste. Cette commission, au motif que le symbolisme doit être « sobre, clair et absolument neutre », tourne le dos à certains traits importants du Rite français. Tout en conférant un contenu moral et laïque nouveau, elle s'appuie sur la résolution de 1877 et accompagne ce mouvement en supprimant du rite tout ce qui relève de la corporalité ou de la manifestation émotionnelle, au profit d'une doctrine rationaliste[13],[14]. Après cette date, il prend le nom de Rite français dit « Amiable ».

Extinction des Ordres de Sagesse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ordres de Sagesse.
Photo en couleur d'un bijou maçonnique : on voit un aigle d'argent sur fond or surmonté d'une couronne et d'une croix
Avers d'un bijou du 4e Ordre du Rite français moderne (Régulateur 1801).

À la fin du XVIIIe siècle, les Ordres de Sagesse nés de la codification de 1783-1786 se placent dans la continuité du grade de « maître » et sont pratiqués par les loges du Grand Orient. Le Rite écossais ancien et accepté (REAA) et son échelle de « hauts grades » en 33 degrés, introduit des Amériques au début du XIXe siècle (1804), est intégré au Grand Orient de France[N 10] et va progressivement supplanter le Rite français dans ce domaine, au point d'entraîner l'abandon de la pratique des Ordres de Sagesse vers 1862.

Cette extinction se fit sans heurt et sans révolte, les grades écossais ayant intégré dans leur régime les quatre ordres du Rite français[15]. Le Ve Ordre du Rite français n'avait quant à lui jamais véritablement trouvé son rôle, d'autant que l'attirance des 32e et 33e du Rite écossais, « grades blancs » perçus comme « ultimes », était devenue particulièrement forte lorsqu'ils furent conférés, à partir de 1805, à des dignitaires impériaux. Les chapitres du Rite français avaient alors sollicité le cumul des rites afin de pouvoir utiliser également les hauts grades du R.E.A.A. Dès lors les chapitres ne pratiquèrent plus les trois premiers ordres correspondant aux 9e, 14e et 15e de l’échelle du R.E.A.A. Ils débutaient le parcours au IVe ordre, correspondant au 18e degré du R.E.A.A et le poursuivaient avec les 30e (Chevalier Kadosh[N 11]), 32e et 33e[N 12] comme grades ultimes de ce « nouveau » régime, qui restait malgré tout en sept degrés[16],[15].

En 1858 le « Rituel Murat » prend acte de cette situation installée depuis vingt ou trente ans, en plaçant dans les rituels et à la suite des trois premiers grades les « nouveaux » hauts grades[16],[15], finalisant l'extinction des Ordres de Sagesse du Rite français, sans présenter la chose comme un changement de rite, mais comme l'accession à un complément[17].

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Réforme[modifier | modifier le code]

Le Rite français connaît quelques rectifications en 1907 et en 1922. En 1907, sous l'influence du Dr Antoine Blatin[N 13], le rituel voit une accentuation de sa teinte positiviste[18]. Dans le même temps, les élections et l'installation du collège des officiers, les consécrations de temples et les créations de loges, les cérémonies d'adoption ou de reconnaissance, les tenues blanches ou encore les pompes funèbres se voient dotées sur son initiative de leurs rituels respectifs. En 1922 une nouvelle version du Rite français, réalisée sous la présidence[N 14] du frère (et Général) Gérard prolonge et aggrave cette tendance. Cette version voit disparaître quasiment toute évocation du symbolisme maçonnique classique. La volonté de faire un cérémonial rationaliste transparaît fortement, les dernières formules traditionnelles et les reliquats de théâtralité disparaissent du rite[19],[20]. La version « Amiable » se vide ainsi de sa substance maçonnique, aboutissant à des tenues sans décors et quasiment sans rituel[21]. Le Rite français reste ensuite inchangé jusqu'en 1938.

À l'instigation du grand maître du Grand Orient de France, Arthur Groussier, une nouvelle réforme du rite voit le jour. Groussier est le maître d’œuvre d'un changement de cap : il s'agit d'une volonté de régénération du Rite français, après une quantité de rajouts et de suppressions qui l'avaient rendu à peu près illisible, au mouvement de simplification engagé depuis les années 1880, succède une attention renouvelée à l'égard des sources maçonniques anciennes[22]. En 1925 le conseil de l'ordre décide une refonte des rituels. Le frère Armand Bédarride présente en septembre 1931, un rapport qui débute par un constat sévère : « les rituels sont défectueux et insuffisamment initiatiques » et propose : « un retour aux pures traditions dans un langage de notre temps »[23]. Ses rapports de 1932 et 1933 sur les grades de compagnon et de maître invitent également à restituer au Rite français son caractère symbolique et initiatique[24]. Arthur Groussier suit de près ces réflexions et prend en compte la majorité des remarques exprimées. Sous sa présidence, au terme d'une gestation qui a duré sept années, le conseil de l'ordre adopte en avril 1938 les nouveaux rituels des trois premiers grades du Rite français[25]. Cette réforme marque un retour du symbolisme dans le rituel de référence du Grand Orient de France.

À cause de la guerre, en 1939, peu de loges ont le temps de s'habituer à cet outil qui, après le Régulateur du Maçon, constitue la deuxième étape décisive de l'histoire du Rite français[26]. Après une réédition en 1946, la version définitive du Rite français dit « Groussier » est achevée avec plusieurs retouches[N 15] en 1955, sous l'autorité de Paul Chevallier. Cette version est toujours largement diffusée dans les loges du Grand Orient de France[19] et elle est connue sous le nom de « Rite français - Groussier »[N 16].

Renouveau des ordres du Rite français[modifier | modifier le code]

Photo en couleur d'un bijoux maçonnique
Revers d'un bijou du 4e ordre du Rite français moderne (Régulateur 1801).

Dans les années 1960-1970, plusieurs maçons — dont René Guilly[27] — en quête de la lettre originelle du rite, opèrent une nouvelle tentative afin de réanimer le caractère initiatique et symbolique de celui-ci, guidés par la volonté de pratiquer ses rituels sans aucun « ajout » ultérieur, sans modifications ni influences externes. Les quatre ordres du Rite français moderne d'origine, qui n’étaient plus pratiqués en France depuis 1862, réapparaissent alors pour la première fois le . René Guilly et douze autres maçons créèrent le chapitre « Jean-Théophile Desaguliers » à Neuilly sur Seine, à l'occasion de la transmission des ordres par le chapitre hollandais « De Roos »[28],[N 17]. René Guilly sera également à l'origine de la création d'un chapitre de Rite français traditionnel qui existe encore aujourd'hui au sein de la Loge nationale française[29].

En 1970, Roger d'Almeras, qui succède à René Guilly à la tête du chapitre « Jean-Théophile Desaguliers », constitue le chapitre inter-obédientiel « La Chaine d'Union »[30], qui installera en 1977 à Lille, dans la perspective de transmettre les quatre ordres du Rite français, le « Grand Chapitre magistral du Grand Globe français ». En 1979 ce dernier, sous l'impulsion de plusieurs maçons revêtus des quatre ordres du Rite français (dont René Bianco), constitue le « Grand Chapitre de Provence », qui installe le à Cabriès en Provence — concomitamment à sa propre dissolution — le chapitre « Lou Calen »[31]. Dans la perspective d'une réintégration au GODF, le chapitre « Lou Calen » et les dix chapitres qui suivent sa création signent une demande d'intégration au « Grand Collège des Rites », s'engageant à ne regrouper à l'avenir que des loges du G.O.D.F, et participent le à Lyon à la fondation du « Grand Chapitre général de Rite français », au sein du « Grand Collège des Rites du Grand Orient de France »[32], débutant ainsi le renouveau du Rite français en trois grades et quatre ordres au sein du G.O.D.F. La refondation d'une juridiction indépendante par le G.O.D.F est actée le et le l'assemblée plénière du G.O.D.F donne délégation au Grand Chapitre général pour administrer et gérer les chapitres du Rite français, il prend le nom de « Grand Chapitre général du G.O.D.F - Rite français ». Le cinquième ordre est officiellement reconstitué le [33],[34].

D'autres chapitres souhaitant rester indépendants de toute obédience réactivent le 15 janvier 1994 à Cagnes-sur-Mer le « Grand Chapitre général de France » selon l'appellation datant de 1784[33].

Les recherches d'autres maçons, notamment Roger Girard et Edmond Mazet, appartenant à la Grande Loge nationale française, les ont conduits au Brésil où le Rite français a été pratiqué dans tous ses grades et ordres sans interruption depuis son introduction par le Portugal en 1804, où le le « Suprême Conseil du Rite moderne pour le Brésil » leur a accordé une patente, afin d'établir le « Grand Chapitre Français » (GCF)[35].

Système du rite[modifier | modifier le code]

Le système du Rite français est un régime en trois grades et quatre ordres :

  • en « loge bleue » :
    • 1er grade : apprenti,
    • 2e grade : compagnon,
    • 3e grade : maître ;
  • en « chapitre » :
    • Ier ordre : Élu secret,
    • IIe ordre : Grand élu écossais,
    • IIIe ordre : Chevalier d'Orient,
    • IVe ordre : Chevalier de l'Aigle, Parfait Maçon libre sous le nom de Rose-Croix[N 18].

Il existe un Ve ordre, prévu dès l'origine du rite. Non compris dans l’échelle des sept grades du rite français, le caractère non-graduel, administratif et conservatoire de cet ordre est précisé dans les premiers statuts et règlements généraux du Grand Chapitre général (1784). Cet ordre propose, dès l'origine, l'étude de tous les grades physiques et métaphysiques de tous les rituels maçonniques en vigueur. Cet ensemble représente la totalité de la tradition maçonnique française de 1784, soit au total 81 grades[36]. Cet ordre ultime se nomme « Sublime Philosophe inconnu » au « Grand Chapitre général du Grand Orient de France » et « Chevalier de la Sagesse » ou « Chevalier de l'Aigle Blanc » au « Grand Chapitre français », ainsi qu'au « Sublime Conseil du Rite moderne pour la France ».

Fondamentaux du rite[modifier | modifier le code]

Héritier des plus vieilles traditions des « Rites modernes », le Rite français, malgré les réformes successives qui l'ont parfois éloigné puis parfois restitué dans sa tradition, a gardé encore de nos jours et dans ses différentes variantes les caractéristiques fondamentales qui le rattachent aux plus vieilles traditions de la maçonnerie spéculative. Le tableau ou le tapis de loge, la disposition des chandeliers autour de celui-ci, la position des colonnes « J » et « B » et celles des surveillants[37], les batteries en « deux coups brefs et un plus long », le port de l'épée, l'entame du pied droit, toutes choses que la Grande Loge des « Anciens » changea par la suite. Le plus emblématique de ces fondamentaux reste encore aujourd'hui le tableau (ou tapis) de loge[38].

Le tableau ou tapis de loge est le symbole et « l'outil » le plus caractéristique du rite des modernes et du Rite français. Son usage est attesté dans les plus vieux procès-verbaux des loges maçonniques d'Angleterre entre 1738 et 1787 ou encore dans le texte des « trois coups distincts » (« Three Distinct Knocks ») de 1760 où l'on peut lire : « le plan est dessiné sur le plancher de l'est à l'ouest, le Maître se tient à l'est avec l'équerre au col [...] ce tableau est généralement fait de craie et de charbon... »[39]. Si l'usage le plus ancien consiste à dessiner le tableau de loge et à l'effacer ensuite, la pratique en est arrivée rapidement à faire des « tableaux permanents ». On trouve en Angleterre en 1736, la plus ancienne mention d'une toile peinte représentant « les diverses formes d'une loge de maçon »[40].

Il sert de modèle et de source qui se décline sur toutes sortes de supports. Fonctionnant comme un « aide-mémoire »[N 19], il permet également d'effectuer un travail didactique, notamment avec les nouveaux arrivants, et engage plus particulièrement dans la tradition française à un travail de réflexion intellectuelle qui prend diverses formes selon les lieux et les époques et que l'on qualifie souvent de « symbolisme »[38]. Chaque grade est doté de son tableau de loge qui résume au travers des symboles tracés ou peints, l'essentiel de l'enseignement contenu dans celui-ci[41].

La composition visuelle décrite dans le Régulateur du maçon[42] présente pour le 1er grade (apprenti) par exemple : une perspective orientée partant d'un seuil délimité par les deux colonnes, « J » au nord et « B » au sud[N 20], précédées de marches et passant par un « pavé mosaïque » amenant le regard vers le fronton du Temple. Dans cette espace ainsi délimité sont disposés, avec une rigoureuse logique spatiale, des pierres, des outils, un niveau et une perpendiculaire au nord et au sud, une équerre et un compas à l'est et à l'ouest, trois fenêtres, une planche à tracer, le tout inclus dans une composition avec le soleil et la lune, qui est parfois représentée au milieu d'étoiles[38]. Cette composition rectangulaire est parfois bordée d'une « houppe dentelée »[N 21],[43],[44].

Formes du rite[modifier | modifier le code]

De nos jours, le Rite français se présente sous différentes formes.

Rite français moderne[modifier | modifier le code]

photo en couleur d'un décors maçonnique brodé
Tablier de maître brodé du XIXe siècle.

Le « Rite français moderne » est en fait le plus fidèle à celui de la Grande Loge de Londres, rite fondateur de la franc-maçonnerie spéculative. Il en perpétue notamment les aspects fondamentaux[45]. Ce rite en sept grades a été constitué et mis au point par la chambre des grades du Grand Orient de France (1783), puis reconnu définitivement en 1785-1786. C'est le rite du Régulateur du Maçon de 1801, version imprimée de la codification établie de 1783 à 1786.

Il est la forme officielle du rite du GODF jusqu'en 1862, date à laquelle il s’est éteint, supplanté par le système de hauts grades du Rite écossais ancien et accepté (REAA) d'une part et par la « réforme Murat » d'autre part[16]. Après plus d'une centaine d'années pendant lesquelles il n'est plus pratiqué sous cette forme en France, il est réactivé en 1979 au sein du GODF avec la création de la loge « Esclarmonde » à Cabriès en Provence, dans la périphérie d'Aix-en-Provence[46].

La même année, des francs-maçons de la GLNF, refusant de laisser ce rite historique au seul monopole du GODF, créent les premières loges travaillant au Rite français moderne dans leur obédience : « Les Anciens Devoirs » et « St.-Jean Chrisostome » à Neuilly et la loge « Le Bailli de Suffren », première loge de province de cette obédience au Luc en Provence en juin 1980.

Rite français (Groussier)[modifier | modifier le code]

Le « Rite français (Groussier) » est souvent considéré comme le rite maçonnique le plus « laïc ». Il est le rite de référence et administratif de toutes les loges du Grand Orient de France. Celles pratiquant un autre rite, ou une version spécifique du Rite français, bénéficient d'une double patente[47].

Rite français moderne rétabli (ou Rite français traditionnel)[modifier | modifier le code]

Le « Rite français moderne rétabli » (ou Rite français traditionnel) est une variante de la famille des rites français. Ce « nouveau » rituel traditionnel, mis en usage dans les années 1960, s'inspire en particulier :

  • du Régulateur du Maçon de 1801 ;
  • des travaux de René Guilly et de la loge « Du Devoir et de la Raison », du GODF.

Il cherche à dégager le Rite français originel, dit des « Modernes », des modifications qu'il a connu au cours des XIXe et XXe siècles, en particulier au sein du Grand Orient de France. Son caractère composite fait qu'il en existe de nombreuses versions suivant les obédiences, voire les loges.

Rite français de tradition[modifier | modifier le code]

Le « Rite français de tradition » (parfois désigné comme « Rite franco-belge ») est une variante de la famille des rites français[48].

Héritier des rituels « français » publiés par le GODF en 1786, il est passé à Louvain dans les Flandres sous l'Empire (loge « La Constance », composée alors en majorité d'officiers français et de Belges francophones[N 22]), ce qui lui a valu parfois le surnom de « Rite franco-belge ». Par la suite, ce rite est revenu de Belgique en France, transmis par la loge régulière « La Constance » (Orient de Louvain)[27] à la loge « La Parfaite Union » en Cévennes (Orient du Vigan)[N 23] qui, à son tour, l'a transmis à plusieurs autres loges françaises. Le rite français de tradition se caractérise notamment par la prééminence de la « Beauté » dans la trilogie « Sagesse, Force, Beauté » et par la sobriété de ses décors.

Rite français philosophique[modifier | modifier le code]

Le « Rite français philosophique » est le dernier rite français né au sein du Grand Orient de France. Son élaboration a débuté dans les années 1969-1970 au sein de la loge « Tolérance » à l'Orient de Paris et a duré 33 ans, jusqu'à son adoption par le conseil de l'ordre du Grand Orient de France en janvier 2002. Il reprend les symboles véhiculés par la maçonnerie libérale et adogmatique mais les présente sous un autre éclairage, leur donnant un relief différent[49].

Diffusion du rite[modifier | modifier le code]

photo en couleur d'un décors maçonnique
Tablier du 4e Ordre du Rite français moderne (régulateur 1801).

Diffusion au sein du GODF[modifier | modifier le code]

Le Rite français reste le rite majoritaire du Grand Orient de France. Ce sont environ 900 loges[N 24] qui le pratiquent sous ses diverses formes (pour la plupart le « Rite français (Groussier) »). Les autres rites se répartissent avec plus ou moins d'importance au sein de 300 loges environ.

En France, hors du GODF[modifier | modifier le code]

En France, le Rite français est pratiqué au sein de nombreuses autres obédiences maçonniques où on le trouve de façon plus ou moins importante sous ses diverses dénominations et rituels.

En 1973, le GODF remet la patente du Rite français à la « Grande Loge féminine de France ». Cette obédience féminine développe ensuite une version du Rite français en plusieurs styles. En 1999, il lui remet la patente des Ordres de Sagesse et en 2001 est créé le « Grand Chapitre général féminin de France »[34]. Cette même année des sœurs et des frères du Droit humain avec l'aide de frères du GODF créent la première obédience mixte travaillant au Rite français, la Grande Loge mixte universelle, et reçoivent officiellement la patente au Rite français[50] le 10 octobre 1975. Le 11 octobre 2000, le GODF leur remet la patente des Ordres de Sagesse afin de constituer le « Grand Chapitre général mixte ».

En 1989 une patente des Ordres de Sagesse du Rite français est accordée à des frères de la « Grande Loge nationale française » (G.L.N.F.) par le « Suprême Conseil du Rite moderne pour le Brésil » leur permettant ainsi l'établissement du « Grand Chapitre Français » (GCF).

En 2001 le GODF remet la patente des Ordres de Sagesse à la « Grande Loge mixte de France », qui constitue en février 2002 le « Grand Chapitre général mixte » de cette obédience[34].

Le à Boulogne-sur-Mer le « Sublime Conseil féminin du Rite moderne pour la France » reçoit la patente des Ordres de Sagesse du Rite moderne français du « Sublime Conseil du Grand Chapitre général mixte de Belgique »[51].

Hors de France[modifier | modifier le code]

Hors de France, le Rite français est diffusé essentiellement en Europe de l'Ouest et en Amérique du Sud et de façon minoritaire dans d'autres régions du monde, comme l'Amérique du Nord. Diverses juridictions, qui ne se reconnaissent pas entre elles, délivrent dans le monde des patentes des ordres capitulaires. Les principales sont le GODF, créateur et fondateur du Rite français[52], le « Suprême conseil du Rite moderne » (Brésil), qui en a maintenu la pratique sans interruption[53] et l'« Union maçonnique universelle du Rite moderne » (UMURM) [54], fondée par ce dernier.

Le le « Grand Chapitre général du GODF » confirme la patente des Ordres de Sagesse du Rite français qu'il avait remis en 1804 au « Grand Orient du Portugal », en précisant qu'elle ne peut pas être transmise à des tiers[55]. Et il signe en avril 2011 la charte de Lisbonne[56], cosignée par seize grands chapitres généraux de par le monde auxquels il a remis des patentes, fixant les principes de reconnaissances entre eux ainsi que ceux des inter-visites.

Le , lors du congrès de Barcelone, le « Suprême Conseil du Rite moderne du Brésil », le « Suprême Conseil du Rite moderne de l'Espagne » et le « Grand Chapitre général du Grand Orient de Colombie » signent la « Déclaration de Barcelone »[57] et créent « l'Union maçonnique universelle du rite moderne (UMURM) », qui accorde une patente au « Sublime Conseil du Rite moderne pour la France »[58], mais la lui révoque en 2013. Elle accorde aussi des patentes au « Grand Chapitre général d'Espagne » et au chapitre bruxellois « Le Prince de Ligne ». À partir de ce dernier, et avec deux autres chapitres, le est créé le « Suprême Conseil mixte du Rite moderne français pour la Belgique »[59], lequel affilie ensuite un chapitre suisse[60].

En 2014 la « Grande Loge mixte des Andes équatoriales » (appartenant à l' « Union maçonnique universelle du rite moderne », UMURM) a donné une patente du Rite moderne à une nouvelle obédience libérale mixte : la « Grande Loge du Rite moderne en Amérique du Nord et dans les Caraïbes »[61].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le mot rit s'est maintenu assez longtemps dans l'usage religieux quand on parle de l'ensemble de la liturgie d'une confession (rit catholique, rit grec, etc) » (Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey, Le Robert, tome 3, 2006, p. 3261) d'où le fait de cet emploi en 1783/1786.
  2. On appelle « spéculative » la franc-maçonnerie « savante » qui est apparue au début du XVIIIe siècle, par opposition aux pratiques précédentes, jusqu'au début du XVIIe siècle, dénommées « opératives » parce qu'elles étaient réservées aux personnes qui exerçaient effectivement le métier de maçon. La recherche historique récente montre que la transition entre ces deux formes de franc-maçonnerie fut beaucoup plus complexe qu'on ne le croyait généralement jusqu'à la moitié du XXe siècle, mais ces deux dénominations sont cependant restées d'usage courant dans les publications de langue française.
  3. Dans les publications de langue française, il est fréquent d'opposer la franc-maçonnerie « continentale », principalement développée sur le continent européen sous l’Égide du Grand Orient de France, à la franc-maçonnerie dite « anglo-saxonne », terme qui désigne les pratiques maçonniques majoritaires aux États-Unis et dans le Commonwealth, sous l’Égide de la Grande Loge unie d'Angleterre et de la conférence des Grandes Loges des États-Unis.
  4. En rassemblant sept chapitres parisiens de Rose-Croix souchés sur des loges du Grand Orient.
  5. Nom contemporain des Ordres supérieurs.
  6. Détenteur du prestigieux diplôme et de la médaille de « Vainqueur de la Bastille » conférés en 1790 aux acteurs de la prise de l'édifice.
  7. Initié en 1804 au GODF, il a appartenu à l'Ordre du Temple et au Rite de Misraïm, il fonde la loge « Trinosophes » où Des Étangs sera vénérable.
  8. Les différences principales sont les nombreuses références à Dieu qui ponctuent ce rituel revu par Murat. Maurice Bouchard et Philippe Michel 2014, p. 170-174.
  9. Le maillage territorial du GODF reste alors incomparable. Il n'existe à cette époque aucun parti ou groupe d'influence qui puisse s'en targuer, hormis l’Église.
  10. Avant qu'un nombre conséquent de frères ne s'en sépare de nouveau pour fonder le Suprême Conseil de France.
  11. Le grade de « Kadosch » avait été écarté du Rite français à la veille de Révolution française, car jugé « faux, fanatique et détestable » à partir de 1766. (en) « Histoire du grade de Chevalier Kadosch », sur www.freemasons-freemasonry.com.
  12. Le 31e n’était pas pratiqué, il était communiqué oralement lors du passage au 32e grade.
  13. Longtemps conseiller de l'Ordre et assurant un temps l’intérim de Grand Maître.
  14. La grande maîtrise est supprimée en 1871 et sera rétablie en 1945.
  15. Notamment l'apport du rappel, à l'ouverture des travaux, des principes capitaux du Grand Orient de France.
  16. Il est révélateur de lire ce que Marius Lepage, alors rapporteur de la question C sur la « formation et l'éducation initiatique des maçons », dit du travail de Groussier en 1952 : « Pour le 1er grade, les ateliers devraient commencer par reprendre le rituel proposé par notre très illustre frère Groussier avant 1940. Ce serait déjà un premier pas vers une honnête restitution de rituel vraiment valable. Mais, en ce qui concerne les 2e et 3e grades, tout est à faire ». Maurice Bouchard et Philippe Michel 2014, p. 183.
  17. Au sujet de l'histoire des « Hauts grades » aux Pays-Bas voir : Pierre Mollier, « Entretien avec Jan Snoek sur une controverse entre Grand Chapitre et Suprême Conseil aux Pays-Bas, les difficiles relations entre systèmes de hauts grades maçonniques », Renaissance traditionnelle,‎ et Jean van Win, « Rite Français: Du Chapitre néerlandais de Rite Moderne Français De Roos ou de la vraie histoire de la fausse filiation hollandaise », sur montaleau.over-blog.com (consulté le 7 août 2014).
  18. Au Grand Chapitre Général du GODF, cet ordre se nomme : « Souverain Prince Rose-Croix, Parfait Maçon libre, Grand commandeur du Temple ».
  19. Les usages des premières loges proscrivent la consignation par écrit.
  20. En général elles sont surmontées de grenades.
  21. Un cordon houppé à chaque bout, dont les nœuds espacés régulièrement au nombre de douze sont dénommés « lacs d’amour ».
  22. Collectif, « La Constance », Célébration du cent septante cinquième anniversaire de la respectable loge ; « La Constance » à l'orient de Louvain et commémoration du deux centième anniversaire de sa fondation à l'orient de Paris — historique augmenté de recherches sur la franc-maçonnerie à Louvain et sur les loges « La Constance », Louvain, 1983.
  23. Fondée en 1780.
  24. Ludovic Marcos écrit que 80 % des loges du GODF travaillent au Rite Français. Ludovic Marcos 2012, p. 159.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Hivert Messeca.
  2. Ludovic Marcos 2012, p. 64.
  3. Pierre Mollier 2004.
  4. Ludovic Marcos 2012, p. 68.
  5. Alain Bauer et Gerad Meyer 2012, p. 83.
  6. Ludovic Marcos 2012, p. 69.
  7. Joseph Castelli 2006, p. 11.
  8. Pierre Mollier 1996, p. 1-2.
  9. Pierre Mollier 1996, p. 73-102
  10. a et b Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 75.
  11. Ludovic Marcos 2012, p. 86-87.
  12. a et b Ludovic Marcos 2012, p. 88.
  13. Ludovic Marcos 2012, p. 100-102.
  14. Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 76.
  15. a, b et c Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 116-117.
  16. a, b et c Ludovic Marcos 2012, p. 94.
  17. Ludovic Marcos 2012, p. 95.
  18. Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 79.
  19. a et b Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 81.
  20. Ludovic Marcos 2012, p. 108-115.
  21. Maurice Bouchard et Philippe Michel 2014, p. 181.
  22. Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 82.
  23. Ludovic Marcos 2012, p. 119.
  24. Ludovic Marcos 2012, p. 120.
  25. Ludovic Marcos 2012, p. 121.
  26. Ludovic Marcos 2012, p. 123.
  27. a et b Hervé Vigier [présenté par] 2002.
  28. Alain Bauer et Gérard Meyer 2012, p. 118.
  29. « Rite Français Traditionnel », sur http://www.logenationalefrancaise.fr (consulté le 7 juin 2015).
  30. Ludovic Marcos 2012, p. 152.
  31. Jean Louis Romanet, « Renaissance du Rite français traditionnel, Les Trois Triangles », sur sublimeconseil.org (consulté le 31 mai 2014).
  32. Ludovic Marcos 2012, p. 153.
  33. a et b Jean-Yves Tournié 2013, p. 140-141.
  34. a, b et c Ludovic Marcos 2012, p. 155.
  35. « Voir sous Historique: Bref historique du réveil du Rite Français », sur www.grandchapitrefrancais.com (consulté le 9 juin 2015).
  36. Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 113.
  37. Alain Bauer et Gérard Meyer 2012, p. 20-21.
  38. a, b et c Ludovic Marcos 2012, p. 35-37.
  39. Alain Bauer et Gérard Meyer 2012, p. 29.
  40. Alain Bauer et Gérard Meyer 2012, p. 32.
  41. Daniel Ligou 1987-1998, p. 1184.
  42. Joseph Castelli 2006, p. 15.
  43. Jean van Win, Réflexions sur la houppe dentelée, Bruxelles, Acta Macionica,‎ .
  44. Jean van Win, « La houppe dentelée, cordelière à floches, décor ou symboles? », Les Cahiers de Villard de Honnecourt, Paris,‎ .
  45. Alain Bauer et Gérard Meyer 2012, p. 1.
  46. H.Viguier et al. 2014, p. 183.
  47. Alain Bauer et Gerard Meyer 2012, p. 114.
  48. Jean van Win, « Rite Moderne belge, Rite Moderne français: je t'aime, moi non plus », Joaben, Paris,‎ .
  49. « Le Rite français philosophique », La chaîne d'Union, Revue d'études maçonniques, philosophiques et symboliques, Paris, Grand Orient de France, vol. 55,‎ .
  50. « Historique de la GLMU », sur http://www.glmu.fr (consulté le 21 janvier 2015).
  51. François Koch, « Grand rififi dans les Hauts Grades Féminins », sur blogs.lexpress.fr.
  52. Jean-Pierre Catala, « Être maçon c'est d'abord être citoyen », sur lemauricien.com.
  53. (en) Joaquim Villalta, « A brief History of the Modern Rite in Brazil », sur http://unionmasonicauniversalritomoderno.blogspot.ch.
  54. (en) José Maria Bonachi Batalla, « The UMURM and the Modern Rite, an uncontestable Reality », sur http://unionmasonicauniversalritomoderno.blogspot.ch.
  55. « Confirmation de la patente de 1804 donnée au Portugal par le GODF ».
  56. « La Charte de Lisbonne » [PDF].
  57. (es) « Carta de Barcelona del Rito moderno ».
  58. (es) « Patente du « Sublime Conseil du Rite Moderne pour la France », sur sublimeconseil.org.
  59. « Déclaration du Suprême Conseil du Rite Moderne Français pour la Belgique », sur minerve.blog4ever.com.
  60. « Communication du Suprême Conseil du Rite Moderne Français pour la Belgique », sur minerve.blog4ever.com.
  61. (en) « The Modern Rite in North America & the Caribbean » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur modernrite.org. Sur Archive Is.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Hervé Vigier, Jean van Win, Jean Pierre Duhal et Hervé Bodez, Le Rit Primordial de France dit Rite Français ou Moderne, Paris, Ed. Téletès,‎ (ISBN 9782906031968). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Maurice Bouchard et Philippe Michel, Le Rit Français d'origine 1785, dit Rit Primordial de France, Paris, Dervy,‎ (ISBN 1024200485).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Yves Tournié, Les origines de la Franc-maçonnerie. Sources et histoire du Rite Français Moderne du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Dangles,‎ (ISBN 2703310129).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hervé Vigier (préf. Jean van Win), Le Rite Français. La lettre et l'esprit de la synthèse des grades symboliques Apprenti, Compagnon, Maître Maçon, Paris, Ed. Téletès,‎ (ISBN 9782906031807).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Bauer et Gérard Meyer, Le Rite français, Paris, PUF, coll. « Que sais-je? »,‎ (ISBN 9782130581970).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ludovic Marcos, Histoire illustrée du Rite Français, Paris, Dervy,‎ (ISBN 9782844549440).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Castelli, Rite français 1801. Le Régulateur du Maçon. Les trois premiers grades et les quatre ordres supérieurs. À Hérédom, l'an de la G.'. L.'. 5801 d'après le manuscrit de 5783, Éditions Maçonniques,‎ (ISBN 9782352130444).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Mollier, Le Régulateur du Maçon (1785-1801), la fixation des grades symboliques du Rite Français : histoire et documents, Paris, Éditions A l’Orient,‎ (ISBN 2912591244).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hervé Vigier, [présenté par] (en collaboration avec Jean van Win et d'autres auteurs), La renaissance du Rite Français traditionnel, Paris, Ed. Télètes,‎ (ISBN 9782906031555).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yves Hivert-Messeca, Le Rite français : Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, La Pochothèque,‎ (ISBN 9782253130321).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, PUF,‎ (réimpr. 1998) (ISBN 2130486398)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Charles Porset, Les premiers pas de la Franc Maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, EDIMAF,‎ (ISBN 9782919601523).
  • René Désaguliers (pseud. de René Guilly), Les Deux Grandes Colonnes de la Franc-maçonnerie (nouvelle édition révisée par Roger Dachez et Pierre Mollier), Paris, Ed. Dervy,‎ 1997 (réédition, 2011) (ISBN 9782844549563).
  • René Désaguliers (pseud. de René Guilly), Les Trois Grands Piliers de la franc-maçonnerie. Colonnes et chandeliers dans la tradition maçonnique (nouvelle édition révisée par Roger Dachez, Paris, Ed. Véga,‎ (ISBN 9782858296699).
  • Hervé Vigier, Lumières de la Franc-maçonnerie Française, Paris, Ed. Téletès,‎ (ISBN 290603164X).
  • Hervé Vigier, Le Rite Français. Du Maître au Chevalier Maçon, Paris, Ed. Telètes,‎ (ISBN 2906031623).
  • Hervé Vigier, Le Rite Français. Apprenti & Compagnon, Paris, Ed. Telètes,‎ (ISBN 2906031607).
  • Le Rite Français du premier grade au Ve ordre, Paris, Ed. Téletès,‎ (ISBN 2906031593).
  • Ludovic Marcos, Histoire du Rite Français au XIXe siècle, Paris, Edimaf,‎ (ISBN 9782919601141).
  • Ludovic Marcos, Histoire du Rite Français au XVIIIe siècle, Paris, Edimaf,‎ (ISBN 9782919601332).
  • Pierre Mollier, « III. La réunion du Grand Chapitre Général de France au Grand Orient de France », Renaissance traditionnelle,‎ , p. 73-102.
  • Pierre Mollier, « Le Grand Chapitre Général et la fixation du Rite Français : I. Le travail préparatoire de la Chambre des grades », Renaissance traditionnelle,‎ , p. 2-16
  • Daniel Ligou, [introd. de], Rituels du Rite Français Moderne, 1786, Apprenti-Compagnon-Maître, Paris-Genève, Champion-Slatkine,‎ (réimpr. 2000) (ISBN 205101163X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 25 juillet 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.