Riposte laïque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Riposte Laïque)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Pierre Cassen » redirige ici. Pour les autres significations, voir Cassen.
Logo de Riposte laïque

Adresse http://www.ripostelaique.com/
Commercial Non
Type de site Politique
Langue Français
Lancement 2007
État actuel Actif

Riposte laïque est un site web créé en septembre 2007 qui se présente comme appartenant au mouvement laïc[p 1]. À l'origine de plusieurs controverses (rapprochement avec l'extrême droite[1], participation à des actions communes avec le Bloc identitaire[2]) le site consacre la plus grande partie de ses articles à une islamophobie ouvertement déclarée[p 2],[p 3].

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Riposte laïque est un journal diffusé par le web et par courrier électronique. Créé en septembre 2007, cette publication déclare traiter principalement de la laïcité et de l'islam[3]. Ses fondateurs revendiquent une antériorité dans les milieux laïques[p 1] et en particulier affirment provenir du journal en ligne ReSPUBLICA[p 1], journal promouvant la laïcité, mais, lors d'une émission télévisée lignej@une du site arretsurimages.net organisée le 25 mai 2010, Bernard Teper a fortement relativisé leur implication antérieure dans le mouvement laïque[4].

Riposte laïque affirme n'être pas lié à un courant politique particulier : certains membres fondateurs, tels Pierre Cassen (qui fait régulièrement la promotion des thèses de Riposte laïque dans des réunions organisées par le B'nai B'rith ainsi que dans d'autres cercles) sont issus des mouvements trotskistes[5] et se déclarent « de gauche », tandis que d'autres animateurs sont « de droite », anciens militants de Debout la République. Le site laisse également la parole à des rédacteurs se réclamant du Front national[6],[7].

En raison du rapprochement de Riposte laïque avec les Identitaires en 2010, pour l'opération Apéro Saucisson-pinard, qui annonçait un changement radical de cap, des contributeurs ont choisi la rupture (A. Sugier, G. Chevrier)[p 4].

De nouvelles divergences apparaissent à la suite de la loi sur le mariage homosexuel entre Résistance Républicaine et Riposte laïque[8],[p 5], et qui ont abouti cette fois-ci à la création d'une troisième association qui est « Reconquête républicaine »[9] présidée quelques semaines par Henry Afonso[p 6] puis par Pascal Olivier [10].

Le journal en ligne Riposte laïque est de langue française, cependant depuis le 12 octobre 2012 il est édité par l’association Riposte laïque Suisse[p 1] en raison des polémiques violentes qu'il suscite. Cette délocalisation ne l'immunise pas de conséquences judiciaires cependant: ainsi il est poursuivi en 2016 pour incitation à la haine[11].

Positions[modifier | modifier le code]

Critique de l'Islam[modifier | modifier le code]

Le journal affirme laisser la parole à des rédacteurs de sensibilités diverses, voire opposées. Par exemple, Riposte laïque se présente comme étant engagé dans le combat des femmes aux côtés d'anciennes féministes comme Anne Zelensky, tout en s'associant, au nom du « combat contre l'islam », avec certains activistes anti-avortement comme Myriam Picard ; cette dernière affirme avoir rejoint Riposte laïque à la suite d'une agression dont elle aurait été la victime lorsqu'elle habitait à Perpignan, agression conduite par des jeunes d'origine étrangère, et qui l'aurait amenée à quitter la ville. De même, toujours au nom du « combat contre l'islam », ce journal a compté parmi ses collaborateurs Radu Stoenescu, auteur d'un livre exposant une thèse selon laquelle il y aurait une supériorité de principe du christianisme par rapport à l'islam. Cette attitude est présentée par Riposte laïque comme une nécessité imposée par le danger que représente à ses yeux l'islam. D'autres y voient au contraire la preuve que l'argument de la laïcité est un leurre utilisé par Riposte laïque pour entretenir une confusion idéologique et dissimuler des intentions politiques suspectes sans rapport avec la laïcité[12]. Le journal affirme lutter contre ce qu'il présente comme étant la pénétration de la charia dans la société française[p 7],[p 8].

Riposte laïque consacre une part importante de ses productions à des sujets très éloignés de la laïcité, vus comme des occasions pour concentrer les feux de la revue contre l'islam, qu'elle désigne comme son ennemi principal : pro-israélienne et anti-palestinienne[p 9], l'alignement sur des positions ultra pro-israéliennes est vu, selon l'un des membres C. Tasin, comme une alliance naturelle contre l'islam. Riposte laïque se prononce pour une restriction de l'immigration, estimant que des flux immigrants trop importants et de cultures trop différentes posent des problèmes d'intégration et d'assimilation aux valeurs républicaines[13]. Paradoxalement, Pierre Cassen déclarait en 2008 avoir combattu les idées du Front national, auquel il reprochait notamment d'être proche d’intégristes catholiques et de n'utiliser la laïcité que pour combattre l'islam[p 10]. Riposte laïque adhère à la théorie d'Eurabia[14].

Selon Marc Jacquemain de l'Université de Liège, « Riposte laïque se consacre totalement à la critique "crapuleuse" de l'islam. [L'auteur explique] utilise[r] cet adjectif normativement très chargé pour décrire un complexe de caractéristiques qui situent clairement ce site en dehors de l'imaginaire dominant au sein du champ laïque : pratique de l'insulte et de la dénonciation personnelle, amalgame systématique, appel à la haine et à la violence, utilisation d'une iconographie stigmatisante, le tout sur fond (mais en cela il n'est pas le seul) d'une théorisation largement conspirationniste (...) Le concept de laïcité ne reste guère à l'affiche : il renvoie immédiatement à l'identité nationale. La laïcité est, pourrait-on dire, une sorte de concept transitionnel. A peine a-t-il été convoqué qu'il est confondu avec la notion d'identité française. La "riposte" est donc surtout nationale »[15].

Selon le chercheur Per-Erik Nilsson, « RL présente les musulmans et l'islam comme essentiellement des autres, incompatibles avec la république française. [...] La laïcité, par ailleurs, est présentée comme un projet social et politique, comme l'outil pour reconquérir la France d'une supposée occupation islamiste. »[16]

Evolution de la ligne éditoriale et accointance avec le Bloc identitaire[modifier | modifier le code]

À partir d'octobre 2009[p 11] Riposte laïque dénonce la tenue hebdomadaire sur la voie publique de prières musulmanes dans le quartier de la Goutte-d'Or (notamment Rue Myrha), à Paris, qui d'après elle ne sont pas autorisées, et surtout seraient l'œuvre d'un complot destiné à affirmer par le fait accompli une invasion islamique en France. Pour appuyer cette thèse, Riposte laïque affirme que les « reportages vidéo » de son collaborateur, désigné sous le pseudonyme de « Maxime Lépante » (une référence à la bataille de Lépante en 1571, opposant une coalition chrétienne à l'Empire ottoman), montrent des véhicules immatriculés en banlieue dont les conducteurs participeraient à ces prières, et qui viendraient précisément dans le but d'augmenter les fidèles dans la rue pour donner l'image d'une invasion islamique ; cependant, aucun élément de preuve n'est avancé pour montrer d'une part une volonté de nuire à l'ordre public et d'autre part une collusion d'individus venus en dehors de Paris dans le but annoncé par Riposte laïque. Cette affaire assurera néanmoins une audience médiatique aux thèses du site et sera reprise par les milieux politiques. L'un des principaux collaborateurs du site, Pascal Hilout, est ainsi auditionné le 2 décembre 2009 à l'Assemblée nationale par la mission d'information sur le port du voile intégral[17]. La revue[18] vient alors à coorganiser avec le mouvement d'extrême droite Bloc identitaire un « apéro saucisson-pinard ». L'événement, prévu pour le 18 juin 2010[7] dans le quartier Barbès et faisant suite à la vague des apéros géants de mai 2010, ne sera pas autorisé par la préfecture et se déroulera finalement aux Champs-Élysées[6]. Le projet avait reçu le soutien d'Ivan Rioufol[19], Éric Zemmour[20], Joachim Véliocas[21]. Il a été condamné par Nadia Geerts, militante laïque belge initiatrice du Réseau d'actions pour la promotion d'un État laïque (R.A.P.P.E.L.)[22] (qui a déclaré au sujet de Riposte laïque que l'association « présente les musulmans comme les nouveaux envahisseurs, adeptes d’une idéologie fascisante avec qui il ne s’agit pas de vivre, mais qu’il s’agit de faire taire » et elle se demande si le message de Riposte laïque n'est pas « à l’instar de l’extrême droite, que nous ne pouvons pas vivre ensemble, que les musulmans sont « inassimilables » car porteurs d’une idéologie guerrière et colonisatrice »[23]), et le Parti de gauche. La coorganisation avec le Bloc identitaire a provoqué des accusations de proximité avec l'extrême droite[24].

Autre filiale proche[modifier | modifier le code]

RL est à l'origine de l'association Résistance républicaine[25],[p 12] et a déclaré que « la majorité des citoyens de ce pays, sur l’islam, la République et la laïcité, se retrouve dans les positions défendues par Riposte Laïque »[p 13].

En 2010, des membres de Riposte laïque sont signataires d'une pétition lancée pour l'abrogation de la loi Gayssot aux côtés de Dieudonné et de nombreux militants d'extrême droite[26]. Le 18 décembre 2010, Riposte laïque organise avec plusieurs associations dont le Bloc Identitaire les « Assises sur l'islamisation de l'Europe »[p 14], colloque organisé à Paris, lors duquel intervient entre autres le député suisse de l'UDC Oskar Freysinger[27],[28].

Rapprochement avec d'autres mouvements identitaires ainsi que Pegida[modifier | modifier le code]

En janvier 2015, Riposte laïque et Résistance républicaine se joignent à Renaud Camus et au Bloc identitaire pour lancer une section française de PEGIDA, mouvement allemand anti-islam[29].

Peu après les attentats contre Charlie Hebdo, Riposte laïque décide d'organiser une manifestation appelant à mettre les « islamistes hors de France » mais celle-ci est interdite[30]. L'association Résistance Républicaine organise alors des « Assises de la liberté d'expression » qui ont lieu le 15 mars 2015 à Paris[p 15].

Le dimanche 7 juin, les premières « Rencontres Charles Martel » se tiennent à Poitiers. Déjà annoncées depuis plusieurs mois par Riposte laïque, elles sont organisées par une association inconnue jusqu'à maintenant baptisée « Le Cercle des Chats Bottés » et dirigée par Jacques Soulis, contributeur de Riposte. Participent des nationalistes comme Carl Lang, Roland Hélie et des identitaires comme Richard Roudier (proche de Roland Hélie et de sa formation, la Nouvelle Droite Populaire) ainsi que Pierre Vial, le fondateur de Terre et Peuple, un mouvement ouvertement païen et racialiste, et également l'un des dirigeants de la NDP[31]. Le souverainiste Paul-Marie Couteaux, fondateur du SIEL et animateur sur Radio Courtoisie, est aussi présent. Une délégation de Génération Identitaire participe à l’événement[32]. Christine Tasin, de Résistance Républicaine, s'adresse au public en tant qu'intervenante et Pierre Cassen, le rédacteur en chef de Riposte, est le présentateur[33].

À la suite de l'attentat en Isère de juin 2015, Riposte Laïque organise un nouveau rassemblement parisien[34]. Plusieurs mouvements radicaux appellent à rejoindre cette manifestation, tels que le Parti de la France, la Nouvelle Droite populaire de Carl Lang et Roland Hélie, qui fait un rapport sur son site[35], désormais habitués des manifestations organisées par cette mouvance. Selon le site Buzzfeed, Résistance Républicaine a sollicité « une quinzaine de gros bras tatoués et rasés » pour éviter tout débordement avec les passants[36].

Pour Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef adjoint de Philosophie Magazine, le rapprochement de Riposte laïque avec le Bloc identitaire « n'est pas sans rappeler la dialectique fasciste de dépassement du clivage traditionnel droite-gauche au nom de la lutte contre des ennemis censés menacer la communauté nationale tout entière. Autre point commun avec la pensée fasciste : si elle ne vise pas une supposée race ni une ethnie, l'aversion envers l'islam oppose les civilisations, tranche sans gêne au cœur des grandes représentations symboliques, piétine et insulte les croyances collectives et individuelles au nom de fantasmes historiques : infiltration, invasion, domination[37]. »

Photomontages et hoaxes[modifier | modifier le code]

A plusieurs reprises, Riposte Laïque a relayé sur son site des hoaxes réalisés à partir de photomontages montrant de faux islamistes en tenue de combat rajoutées sous Photoshop à des photographies, notamment à la suite des attentats du 13 novembre 2015 à Paris[38].

Financement par "The Legal Project"[modifier | modifier le code]

Le site américain "The Legal Project", émanation du Middle East Forum de Daniel Pipes a annoncé financer l'un des procès de Riposte Laïque[39]. The Legal Project a d'autre part soutenu le député néerlandais islamophobe Geert Wilders dans des conditions similaires, et pour un montant en dollars "à six chiffres" selon Daniel Pipes.

Controverses[modifier | modifier le code]

Riposte laïque se défend d'être d'extrême droite[p 16] et accuse l'ensemble des hommes politiques et des médias français d'être des « collabos » de l'islamisation de la France[40], des « lèche-babouches » et des « dhimmis » .

Le fait que le contenu du site soit dirigé, selon le MRAP[41], « presque exclusivement contre l'islam, les musulmans et tous ceux qui s'[opposent] à ses thèses extrémistes », a régulièrement conduit le site à être accusé d'islamophobie[41], de nationalisme[42], voire de racisme[43], tandis que la revue ReSPUBLICA, d'où est issue un seul membre fondateur du site, déclare à son propos :

« Riposte laïque se réclame du mouvement antiraciste. Mais, dans les faits, Riposte laïque ne défend que les victimes d’antisémitisme et de racisme anti-blanc. À cet égard, « l’antiracisme » de Riposte laïque est en parfaite concordance avec celui des Indigènes de la République, qui ne dénoncent le racisme que lorsque les victimes sont noires, arabes ou musulmanes. L’antiracisme affiché par Riposte laïque tient plus de la lutte clanique destinée à servir les intérêts d’un communautarisme blanc que du véritable combat antiraciste à portée universaliste[44]. »

L'affaire « Sylvie François » et l'« apéro saucisson-pinard »[modifier | modifier le code]

En 2010, Riposte laïque relaye les propos d'une personne se faisant appeler « Sylvie François »[p 17], présentée comme étant à l'origine de l'« apéro saucisson-pinard », et qui affirme être une habitante du quartier de la Goutte-d'Or à Paris, décrivant son quartier comme envahi par les musulmans, et relayant sur divers média l'image d'un quartier de Paris bloqué par des prières de rue et dans lequel personne ne peut plus acheter de charcuterie.

Un journaliste de Canal+, Paul Moreira, mène une enquête dans un documentaire intitulé « Islam, antéchrist et jambon-beurre »[45], diffusé en 2011 sur Canal Plus dans laquelle il conclut que l'affaire dans sa totalité est un mensonge monté par le Bloc Identitaire et Riposte laïque et que « Sylvie François » n'a pour le moins jamais habité le quartier et est probablement en fait un personnage inventé[46].

Condamnations en justice[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 2012, deux des responsables de Riposte laïque, Pierre Cassen et Pascal Hilout, ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Paris à des peines d'amende pour provocation à la haine envers les musulmans. Le président-fondateur de l'association, Pierre Cassen, a été condamné à 4 000 euros d'amende et Pascal Hilout, membre de l'association et auteur d'un des textes poursuivis, à 1 500 euros d'amende. Les deux hommes devront en outre verser solidairement à la Ligue des droits de l'homme (LDH) 1 500 euros de dommages et intérêts, ainsi que 2 000 euros de frais de justice[47],[48],[49]. Les propos concernés par ces condamnations étaient deux éditoriaux postés sur le site de l'association le 11 octobre et le 12 décembre 2010, dont l'intitulé du second était : « Occupation : bien sûr que les prières dans la rue, les voiles, le halal et les mosquées sont des symboles d'occupation et de conquête »[50]. Au total, ils sont condamnés à verser 12 200 euros. En effet, ils devront en plus donner un euro à titre de dommages et intérêts et 800 € de frais de justice aux autres associations parties civiles : Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, Association de défense des droits de l'Homme, SOS Racisme, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. Enfin, la condamnation devra être publiée sur la page d'accueil du site durant 3 mois.

Cette condamnation fait suite à la plainte portée contre Riposte laïque en 2011. Pierre Cassen et Pascal Hilout ont fait appel de la décision de justice[p 18].

Le procès en appel, qui a eu lieu le 5 juin 2014, confirme le précédent jugement mais, avec les frais de justice engagés, donc incriminés, la somme se monterait environ à 30 000 euros tout compris (amendes, dommages et intérêts, frais de justice à verser à la partie adverse, dépens, honoraires de l'avocat de Riposte laïque)[p 19]. Riposte laïque a choisi de se pourvoir en cassation[p 20].

Le 2 juillet 2014, Christine Tasin est condamnée par la justice à la suite d'une plainte du comité de « Coordination contre le racisme et l'islamophobie » pour « incitation à la haine raciale ». Le tribunal la condamne à 3 000 € d'amende pour des propos tenus le 15 octobre 2013 en marge de la fête de l'Aïd el-Kebir et en particulier pour avoir déclaré : « Oui je suis islamophobe et alors ? La haine de l'islam j'en suis fière. L'islam est une saloperie […], c'est un danger pour la France[51],[52]. » Elle est relaxée en appel[53].

Le 18 novembre 2014, Christine Tasin est condamnée à 1 000 € d'amende, dont cinq cents avec sursis, par la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, pour incitation à la discrimination contre les musulmans. Elle fait appel[54]. Son procès, prévu pour le 26 février 2015 au TGI de Paris, a finalement été reporté à une date encore inconnue[p 21].

Christine Tasin a reçu dans ce contexte un soutien financier du « Legal Project »[55],[56], fondé par le think-tank américain de lobbying pro-israélien Middle East Forum et dirigé par le néoconservateur Daniel Pipes. Le Legal Project se présente lui-même comme une structure de conseil et de financement qui a pour but de « protéger les chercheurs et les analystes qui travaillent sur les questions du terrorisme, du financement du terrorisme et de l'islam radical contre les poursuites judiciaires destinées à museler leur liberté de parole[57] ».

Rumeur du 9-3[modifier | modifier le code]

Fin 2013-début 2014, Riposte laïque défend la « rumeur du 9-3 »[58].

Campagne pour la primaire du parti Les Républicains en 2016[modifier | modifier le code]

Lors du second tour de la campagne pour la primaire des Républicains de 2016, Alain Juppé a mentionné Riposte Laïque comme étant l'un des relais d'une campagne de diffamation à son égard, et a pointé du doigt le soutien marqué de RL à François Fillon. Celui-ci a déclaré « ne pas connaitre Riposte laïque », tout en la qualifiant d'« association », mot qui n'a pas été prononcé par Alain Juppé, et qui correspond bien au statut légal de RL[59],[60].

Membres contributeurs réguliers du site web[modifier | modifier le code]

Fondateurs[modifier | modifier le code]

  • Christine Tasin, passée par plusieurs partis politiques, dont le PS (plusieurs années), le MRC (quelques mois) et DLR (quelques semaines). Présidente de « Résistance Républicaine », copréside Riposte laïque[61] (à partir du 21 septembre 2007). Christine Tasin bien que demeurant contributrice régulière de Riposte laïque n'est plus membre de la rédaction depuis le mois de mai 2013 en raison d'un désaccord[62] avec Riposte laïque sur la loi Taubira (mariage homosexuel). Le site officiel affirme que Christine Tasin n'est pas co-fondatrice, les deux co-fondateurs étant Pierre Cassen et Brigitte Bayle [63],[64].

Contributeurs réguliers[modifier | modifier le code]

  • Pascal Hilout, ancien vice-président du « mouvement des musulmans laïques de France » (à partir du 30 août 2007).
  • Annie Sugier, présidente de la Ligue du droit international des femmes, qui a quitté Riposte laïque à l'été 2010 (du 8 septembre 2007 au 28 juin 2010)[p 22].
  • Anne Zelensky, féministe historique, professeure agrégée et présidente de la Ligue du Droit des Femmes (à partir du 15 septembre 2007).
  • Robert Albarèdes, retraité, ancien professeur agrégé de Lettres modernes, animateur des « Laïcs en réseau » (à partir du 28 septembre 2007) .
  • Michèle Vianès, marraine et fondatrice de l'un des comités locaux de Ni putes ni soumises[65] (à partir du 5 octobre 2007).
  • Dominique Cadorin, alias Roger Heurtebise (à partir du 21 octobre 2007) décédé en 2014.
  • Marie-José Letailleur, présidente de l'Association Familiale Laïque de Champs-sur-Marne[66] (du 21 février 2008 au 4 mai 2012).
  • Radu Stoenescu, écrivain d'origine roumaine, auteur de l'ouvrage Le christianisme expliqué à un musulman, aujourd'hui passé au mouvement « La Droite Libre » aux côtés d'Alexandre del Valle (du 26 mars 2008 au 23 mars 2012).
  • Myriam Picard (du 18 octobre 2010 au 29 mars 2012).
  • Michel Ciardi, l'une des figures de la Fondation du 2-Mars, ancien responsable du Mouvement républicain et citoyen (MRC), fondateur de l'« Union des Français Juifs », membre du comité de soutien à la candidature de Marine Le Pen à l'élection présidentielle 2012[67] (à partir du 24 janvier 2011).

Autres[modifier | modifier le code]

  • Des contributeurs réguliers comme Pascal Olivier, Josiane Filio, Guy Sauvage, Gérard Brazon, Caroline Corbières, Caroline Alamachère.
  • Les éditoriaux sont signés du pseudonyme « Cyrano », qui recouvre plusieurs auteurs (Pascal Hilout, Pierre Cassen…).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sur le Web, l'apéro Facebook fait le jeu de l'extrême-droite », L'Express,‎ (lire en ligne).
  2. Olivier Faye, Abel Mestre et Caroline Monot, « Ce qu’est vraiment Riposte Laïque », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr
  3. Max Lejbowicz L'Islam médiéval en terres chrétiennes. Science et idéologie, Presses universitaires du Septentrion, page 139.
  4. Cf. page du site arretsurimages.net, (fr) [vidéo] vidéo sur Dailymotion.
  5. Derrière les lignes du Front. Immersions et reportages en terre d'extrême droite, de Jean-Baptiste Malet, 2011, Golias (ISBN 978-2354721374).
  6. a et b Zineb Dryef, « Riposte laïque : qui sont les organisateurs de l'apéro-pinard ? », Rue89,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Laure Daussy, « Riposte laïque : vers l'extrême droite, encore », arretsurimages.net,‎ (lire en ligne).
  8. « A Riposte laïque : occupez-vous de vos oignons. Non la grande majorité des adhérents de RR n’est pas opposée au mariage homosexuel », sur resistancerepublicaine.eu,‎ (consulté le 18 juin 2013)
  9. « Naissance de Reconquête républicaine », sur reconduete-republicaine.fr,‎
  10. Voir blog de Pascal Olivier.
  11. Voir sur letemps.ch.
  12. Lina Sankari, « Riposte laïque La nouvelle extrême droite en guerre des cultures », L'Humanité, 4 août 2011.
  13. « Les patriotes républicains, meilleurs défenseurs des immigrés contre l’extrême droite ! », sur ripostelaique.com,‎
  14. Pierre Cassen, 2010-05-07, sur Riposte laïque, no 143.
  15. Pascal Durand et Sarah Sindaco, Le discours « néo-réactionnaire », CNRS Éditions, 366 pages, ISBN 9782271088994, p. 164 et 166
  16. « RL articulates Muslims and Islam as essentially others incompatible with the French republic. [...] Secularism, moreover, is presented as a social and political project, as the tool for reconquering France from a supposed Islamist occupation » dans Per-Erik Nilsson, 'Secular Retaliation': A Case Study of Integralist Populism, Anti-Muslim Discourse, and (Il) liberal Discourse on Secularism in Contemporary France, Politics, Religion & Ideology (en), vol. 16-1, pp. 87-106, 2015, DOI:10.1080/21567689.2015.1012160.
  17. Mission d'information sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national, Assemblée nationale.fr.
  18. entretien avec Pierre Cassen, Marianne, 17 juin 2010
  19. Yvan Roufiol, « Soutien à la résistante de la Goutte d'or », sur blog.lefigaro.fr,‎
  20. Eric Zemmour, « L'occupation de la rue par une religion, voilà la véritable provocation ! », sur rtl.fr,‎
  21. « Apéro pinard interdit : l'échec médiatique du système », sur archives.polemia.com
  22. Nadia Geerts, La rue Myrha, ses prières, son pinard, ses islamistes, ses fascistes et ses naïfs, 15 juin 2010.
  23. Nadia Geerts, Entre la riposte laïque et l'intégrisme musulman, mon cœur ne balance pas, 27 mai 2010.
  24. Par exemple dans
  25. Voir sur arretsurimages.net.
  26. « L’écrivain Yann Moix, la pétition et les négationnistes », Droites extrêmes, Le Monde.fr,‎ (consulté le 1er novembre 2010)
  27. « L'extrême droite reprend ses attaques anti-islam », sur leparisioen.fr,‎
  28. « Des assises de l'islamophobie ordinaire... », sur lexpress.fr,‎
  29. « Renaud Camus lance Pegida en France et récupère l’islamophobie allemande », sur Rue89,‎ (consulté le 20 janvier 2015)
  30. « Interdiction de la manifestation "Islamistes : hors de France" », sur metronews.fr,‎ (consulté le 1er mai 2015)
  31. « Les Identitaires évoqueront Charles Martel à Poitiers », sur centre-presse.fr,‎
  32. « Rencontres-Charles-Martel 2015 : Une première édition réussie », sur poitou-info.fr,‎
  33. « Toutes les interventions des Premières rencontres Charles Martel », sur ripostelaic.com,‎
  34. « France : Un rassemblement islamophobe de Riposte laïque autorisé à Paris », sur yabiladi.com,‎ (consulté le 3 juillet 2015).
  35. « La manif d'hier soir à Paris pour exiger la démission des sinistres Valls et Cazeneuve », sur synthesenationale.hautetfort.com,‎ (consulté le 3 juillet 2015).
  36. David Perrotin, « Un rassemblement islamophobe autorisé à Paris », sur buzzfeed.com,‎ (consulté le 3 juillet 2015).
  37. a et b Michel Eltchaninoff, « À la recherche du nouvel ennemi », Philosophie Magazine, no 79, mai 2014, p. 48
  38. Les mythomanes se tripotent laïque, la Horde, [1].
  39. [2].
  40. Pierre Cassen dans lignej@une, émission du 2010-05-25, arretsurimages.net, (fr) [vidéo] vidéo sur Dailymotion, « La soumission de nos élus et de nos médias aux racailles et aux soldats et soldates de l’islam politique est totale. […] Le constat est clair : toute notre classe politique est vendue aux fous d’Allah et aux racailles. » dans Édito, « Le peuple de France doit se préparer à un nouveau 1789 », Riposte laïque no 151, 28 juin 2010.
  41. a et b Riposte laïque : le MRAP dénonce la laïcité à sens unique., communiqué du MRAP.
  42. Réponse à Riposte laïque, Alain Lipietz.
  43. Riposte laïque : Et petit-Blanc deviendra brun, Alternative libertaire, décembre 2009.
  44. Caroline Brancher, « Riposte laïque : analyse d’une stratégie », Prochoix, no 48, juin 2009.
  45. Raphaël Balenieri, L'Express, « Islam, Antéchrist et jambon beurre: voyage au cœur de la machine anti-Islam ».
  46. Paul Moreira, reportage « Islam, antéchrist et jambon-beurre », diffusé sur Canal+ en 2011.
  47. Deux membres de Riposte laïque condamnés pour provocation à la haine, L'Express, 23 mars 2012
  48. Riposte laïque condamnée pour provocation à la haine envers les musulmans , L'Humanité, 23 mars 2012.
  49. « Riposte laïque condamné pour ses propos islamophobes », Libération, 23 mars 2012.
  50. « Riposte laïque condamné en justice », Le Figaro, 23 mars 2012.
  51. [3]
  52. [4].
  53. Tasin relaxée : « l’islamophobie » n’est pas encore un délit, bvoltaire.fr, 19 décembre 2014.
  54. « Une militant islamophobe et Boulevard Voltaire condamnés pour provocation à la haine », AFP, 18 novembre 2014.
  55. Andrew Harrod, « French Free Speech Victory », 30 janvier 2015, en ligne sur le site du Legal Project.
  56. Le site néoconservateur et islamophobe Frontpage Magazine a salué le soutien financier du Legal Project à C. Tasin.
  57. Site web du Legal Project.
  58. Envoyé spécial, reportage d’Elsa Margout et Mélanie Gallard, CW, vidéo calée sur C.T.; [5][6]; [7][8][9];
  59. Primaire à droite, Riposte Laïque, l'encombrant soutien de François Fillion, L'Express [10].
  60. Riposte Laïque: pour rafraîchir la mémoire de Francois Fillon, Rue89, [11].
  61. a et b Réflexes, 15 février 2013, [12] [13].
  62. http://resistancerepublicaine.eu/2013/05/20/mariage-homo-et-islamisation-riposte-laique-na-rien-compris/
  63. « Rédaction », sur ripostelaique.com
  64. « Mort de Brigitte Bayle, co-fondatrice de Riposte Laïque, mon amie », sur ripostelaique.com,‎
  65. Quand la collaboratrice de Riposte laïque et membre de Ni putes ni soumises, Michèle Vianès, attaque Rebellyon, Rebellyon, 13 octobre 2011.
  66. c.f
  67. Joseph Confavreux et Marine Turchi, « Aux sources de la nouvelle pensée unique: enquête sur les néorépublicains », Revue du Crieur, no 2,‎ (lire en ligne)

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Riposte laïque, « Qui sommes-nous ? ».
  2. C. Tasin, « Oui, il faut davantage d’islamophobie pour qu’il n’y ait pas d’autres Oslo ! » sur Riposte laïque.
  3. « L'islamophobie n'est pas un délit, c'est de la légitime défiance » sur Riposte laïque.
  4. S. Geyler, in [14].
  5. « Quand Résistance républicaine assimile l’action des Veilleurs aux prières de rue mahométanes »
  6. « Riposte laïque et la scission de Résistance Républicaine », sur Riposte laïque,‎ (consulté le 29 novembre 2013)
  7. Voir sur ripostelaique.com.
  8. Voir sur ripostelaique.com.
  9. Le nombre d'articles relatifs au conflit israélo-palestinien ou au sionisme, sans lien direct avec les questions de laïcité, est important dans les productions du site. Pour quelques exemples parmi d'autres : [15], [16], [17], [18], [19] [20] (article dans lequel Riposte laïque renvoie sur un document du site d'extrême droite LibertyVox), [21] (article sous forme d'interview conduite par « Paul Landau », pseudonyme de P. Lurçat de la Ligue de défense juive) , [22], [23], [24]
  10. Entretien avec Pierre Cassen, 29 août 2008, cité par Bruno Gollnisch, « Allah tienne » à la Goutte d’or ?, blog de bruno Gollnisch, 15 juin 2010
  11. Prières musulmanes dans les rues de Paris, 12 octobre 2009, dossier.
  12. Voir sur ripostelaique.com.
  13. Riposte laïque, no 153, Édito, 12 juillet 2010 ; voir aussi « Au niveau de la représentativité nous sommes majoritaires dans la France profonde, c'est évident. C'est évident que 70 à 80 % des Français sont pour notre combat » dans (fr) [vidéo] entretien avec Christine Tasin sur Dailymotion, à partir de 57 min 20 s, « nous savons que désormais, la majorité des Français partagent nos opinions sur l’islam et ses dangers, que la peur a changé de camp » dans Riposte laïque, no 195, éditorial, 25 avril 2011.
  14. Textes lus lors de la conférence.
  15. « Superbes assises pour la liberté d’expression, vite, la suite ! », sur ripostelaique.com,‎ (consulté le 1er mai 2015)
  16. Christine Tasin, « Pourquoi nous ne serons jamais d'extrême droite », lundi 21 juin 2010.
  17. Voir sur ripostelaique.com.
  18. « Malgré Toulouse, Pierre et Pascal condamnés à 12 200 euros d’amende et de dommages et intérêts ! », ripostelaique.com, 23 mars 2012[réf. à confirmer].
  19. « Justice Taubira : Pascal Hilout et Pierre Cassen condamnés à payer 21 200 euros », ripostelaique.com, 6 juin 2014.
  20. « Pascal Hilout, un apostat de l’islam, lourdement condamné, les djihadistes syriens impunis », ripostelaique.com, 7 juin 2014.
  21. Voir sur ripostelaique.com.
  22. « Annie Sugier », sur ripostelaique.com (consulté le 20 juin 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]