Rino Della Negra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Rino Della Negra
Alias
Chattel
Naissance
Vimy, France
Décès
Mont Valérien, France
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Profession
Activité principale

Rino Della Negra (né le à Vimy et fusillé au fort du mont Valérien le ), dit Chattel, est un Italien, soldat volontaire de l'armée française de libération (FTP-MOI / Groupe Manouchian).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né en 1923 à Vimy dans le Pas-de-Calais de parents italiens, il arrive à dans la région parisienne, à Argenteuil, en 1926.

En 1937, il travaille à l'usine Chausson d'Asnières-sur-Seine.

Espoir du football, il commence sa carrière à Argenteuil avant d’aller dans l'un des clubs phare de la capitale : le Red Star Olympique[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1942 réquisitionné pour le STO en Allemagne, il décide de ne pas partir et s’engage dans la clandestinité aux côtés des FTP.

Il rejoint le 3e détachement italien des FTP-MOI de la région parisienne commandé par Missak Manouchian.

Au total dix-sept résistants MOI seront appréhendés par la Brigade Spéciale 2.

Rino Della Negra, arrêté le sera fusillé au fort du mont Valérien le avec les 23 membres du groupe Manouchian dont les dix de l'affiche rouge.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Figure emblématique du club, sa mémoire est régulièrement honorée par les supporters du Red Star Olympique[1].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nima Kargar, Edouard de La Rochefordière, « La carte de la gauche alternative à Paris », sur StreetPress,‎ .