Rineke Dijkstra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rineke Dijkstra
DaphneChannaHorn-Rinekedijkstra-fotograaf.png
Rineke Dijkstra en 2011
Naissance
(61 ans)
Sittard
Nationalité
Activité
Formation
Gerrit Rietveld Academie
Représentée par
Marian Goodman Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Œuvres principales

Adolescents sur la plage
Femmes juste après leur accouchement
Toreros juste après la mise à mort du taureau
Femmes soldats israéliennes juste après leur enrôlement

Rineke Dijkstra est une photographe, née le à Sittard, dans le Limbourg néerlandais. Elle habite et travaille à Amsterdam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rineke Dijkstra naît le à Sittard aux Pays-Bas. Elle étudie à l'académie Gerrit Rietveld d'Amsterdam, de 1981 à 1986. Sa première exposition personnelle date de 1984 à la galerie De Moor, toujours à Amsterdam. Elle travaille d'abord pour des magazines en tant que photographe indépendante. À la fin des années 1990, elle réalise la série Portraits de plage qui lui apportent la reconnaissance et sont exposés au MoMA. Les sujets sont pris en légère contre-plongée avec un minimum de mise en scène. Ils choisissent la pose qu'ils préfèrent. Dès lors la photographie montre cette tension entre la représentation et l'identité. En 1994, au Portugal, Rineke Dijkstra photographie, dans la série Bull-fighters, des toreros au moment où ils quittent l'arène saisissant la tension encore vivace et l'épuisement de ceux-ci. Comme en contrepoint de cette série où la mort est omniprésente, elle photographie en 1994, des femmes qui viennent juste d'accoucher cherchant à capter le mélange d'émotions qui bouleversent la jeune mère[1]. D'autres séries confirment encore cette intention : Disco girls, Tiegarten où sont photographiés des enfants dans des jardins ainsi que des séries de légionnaires français ou de militaires israéliens qui posent en militaire et en civil[2].

Elle réalise sa première vidéo, intitulée The buzzclub, Liverpool, UK/Mysteryworld, Zaandam, NL en 1996[3]. Filmés pendant deux ans les habitués de deux discothèques, l'une à Liverpool, l'autre à Zaandam, cherchent à dominer l'image qu'ils peuvent donner mais ne peuvent laisser échapper ce qu'ils sont réellement. Cette tension qui est une constante de l'œuvre de Rineke Dijkstra se retrouve donc aussi dans son travail vidéo. Une autre œuvre vidéo date de 1997 : Annemiek[2].

En 2005, elle est l'objet d'une rétrospective au Jeu de Paume[4]. Il en est de même en 2012 rétrospective au musée d'art moderne de San Francisco et au musée Guggenheim de New York. Cette même année Elle reçoit un Honorary Fellowship de la Royal Photographic Society[5].

Technique[modifier | modifier le code]

Dès sa première série elle instaure un mode opératoire qu'elle maintiendra par la suite. Les sujets sont pris frontalement dans un décor restreint ; la lumière naturelle est préférée mais parfois soutenue par le flash et la prise de vue se fait sur négatif couleur au moyen d'une chambre photographique[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son travail photographique se caractérise par des portraits frontaux, qui cherchent à montrer la fragilité de l'être humain.

Rineke Dijkstra travaille par séries, notamment :

  • adolescents sur la plage ;
  • femmes juste après leur accouchement ;
  • toreros juste après la mise à mort du taureau ;
  • femmes soldats israéliennes juste après leur enrôlement.

Elle est représentée par la galerie Marian Goodman à New York et à Paris.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Uta Grosenick, Women artists : femmes artistes du XXe et du XIe siècle, Cologne, Taschen, , 352 p. (ISBN 3-8228-4121-8), p. 58-63.
  2. a b et c « Rineke Dijkstra », sur jeudepaume.org, (consulté le 18 mars 2020).
  3. Saint-Léger et al. 2013, p. 1258.
  4. [1]
  5. « Rineke Dijkstra », sur artnet.fr (consulté le 18 mars 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]