Rimeize (Lozère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rimeize
Rimeize (Lozère)
L'église et le village.
Blason de Rimeize
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes des Terres d'Apcher-Margeride-Aubrac
Maire
Mandat
Thomas Pignide
2021-2026
Code postal 48200
Code commune 48128
Démographie
Gentilé Rimeiziens
Population
municipale
593 hab. (2019 en augmentation de 1,54 % par rapport à 2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 57″ nord, 3° 19′ 28″ est
Altitude Min. 890 m
Max. 1 125 m
Superficie 32,30 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Chély-d'Apcher
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Chély-d'Apcher
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rimeize
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rimeize
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Rimeize
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Rimeize

Rimeize est une commune française, située dans le nord-ouest du département de la Lozère en région Occitanie.

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par la Truyère, la Rimeize, la Limagnole, le Chapouillet, le ruisseau de Prévenchères et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Rimeize est une commune rurale qui compte 593 habitants en 2019. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Chély-d'Apcher. Ses habitants sont appelés les Rimeiziens ou Rimeiziennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle est située entre Saint-Chély-d'Apcher au nord-ouest, Saint-Alban-sur-Limagnole au nord-est et Peyre-en-Aubrac au sud.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Chaos du Rouchat.

La commune comporte une curiosité géologique, le chaos du Rouchat, amoncellement d'énormes blocs de granite, dans le lit de la Rimeize.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par deux rivières : la Rimeize et le Chapouillet, et bordée à l'est par la Truyère.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 1] sont recensées sur la commune[2] : la « vallée de la Rimeize entre Ramio et Rimeize » (50 ha), couvrant 2 communes du département[3], et la « vallée de la Truyère au Pont des Estrets » (12 ha), couvrant 2 communes du département[4] et une ZNIEFF de type 2[Note 2],[2] : le « cours de la Truyère et de la Rimeize aval » (503 ha), couvrant 14 communes du département[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rimeize est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[6],[I 1],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Chély-d'Apcher, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (51,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (42,3 %), forêts (38,7 %), prairies (12,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,7 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Rimeize est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier : le risque de radon[9]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[10].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Truyère, la Rimeize, le Chapouillet et la Limagnole. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1993, 1994, 2003 et 2020[11],[9].

Rimeize est exposée au risque de feu de forêt. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été approuvé en décembre 2014 pour la période 2014-2023[12]. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par divers arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du , complété par un arrêté de 2020, réglemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du , abrogeant un arrêté de 2002, rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 5],[12],[13].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Rimeize.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. Aucune partie du territoire de la commune n'est en aléa moyen ou fort (15,8 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 362 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, aucun n'est en aléa moyen ou fort, à comparer aux 14 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[14],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[15].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[16].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Rimeize est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Rimeize depuis la Libération.[18]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Gustave Bonnet    
1945 1954 Odilon Attrazic    
1954 1959 Marius Chalmeton    
1959 1965 Gabriel Moy    
1965 1980 Pierre Salgues    
1980 ? Augustin Attrazic    
2001 2008 Alphonse Berthuit    
2008 2014 Jean-Jacques Demarie    
2014 oct. 2021
(démission)
Alain Farges    
oct. 2021 En cours Thomas Pignide[19]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2019, la commune comptait 593 habitants[Note 6], en augmentation de 1,54 % par rapport à 2013 (Lozère : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0277291 0989079671 0391 0591 0201 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9969709019469621 0499751 0901 118
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0711 092971810796795761663659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
619585532446458514590601587
2017 2019 - - - - - - -
585593-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,8 %, soit un taux supérieur à la moyenne départementale (29,7 %). Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est inférieur au taux départemental (32,5 %).

En 2018, la commune comptait 321 hommes pour 265 femmes, soit un taux de 54,78 % d-hommes, supérieur au taux départemental (49,96 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
0,8 
5,3 
75-89 ans
6,1 
16,9 
60-74 ans
15,1 
24,1 
45-59 ans
27,2 
19,7 
30-44 ans
20,3 
13,1 
15-29 ans
14,7 
19,9 
0-14 ans
15,8 
Pyramide des âges du département de la Lozère en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,6 
75-89 ans
11,8 
20,4 
60-74 ans
20 
22 
45-59 ans
20,6 
16,6 
30-44 ans
16,4 
15,1 
15-29 ans
13,6 
15,9 
0-14 ans
15 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 254 ménages fiscaux[Note 7], regroupant 619 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 930 [I 5] (20 420  dans le département[I 6]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 7] 1,8 % 4,4 % 3,9 %
Département[I 8] 5 % 6,4 % 7,1 %
France entière[I 9] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 389 personnes, parmi lesquelles on compte 80,4 % d'actifs (76,6 % ayant un emploi et 3,9 % de chômeurs) et 19,6 % d'inactifs[Note 8],[I 7]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Saint-Chély-d'Apcher, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 3],[I 10]. Elle compte 104 emplois en 2018, contre 94 en 2013 et 102 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 304, soit un indicateur de concentration d'emploi de 34,1 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 66,6 %[I 11].

Sur ces 304 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 70 travaillent dans la commune, soit 23 % des habitants[I 12]. Pour se rendre au travail, 90,4 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 6,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 13].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Zone d'activités de Pont Archat, accessible depuis la D 809,
  • Zone d'activités des Chayssades, accessible depuis l'Autoroute A75 (sortie 34).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Croix de Chassignoles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre de Rimeize a été dotée d'une troisième cloche en 2010,
  • Croix de Chassignoles (hameau de Chassignoles),
  • Viaduc ferroviaire du Rouchat sur la Rimeize,
  • Pont d'Archat sur la Rimeize.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Langue[modifier | modifier le code]

Le dialecte parlé dans le village est traditionnellement languedocien, la toponymie dialectale ne recèle pas d'éléments auvergnats comme on peut en trouver un peu plus au nord.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Pezon (1827—1897), dompteur, fondateur de la dynastie Pezon et de la ménagerie du même nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Rimeize

Le blasonnement est : tranché : au premier d'or au château donjonné de gueules, le donjon accosté de deux haches d'armes adossées d'azur, au second d'argent à l'aigle de sable ; à la bande ondée de sinople brochant sur la partition ; au pont en dos d'âne de trois arches de gueules maçonné de sable brochant en abîme sur le tout, l'arche centrale de la largeur de la bande.

On retrouve parmi ces armes celles d'Apcher (le château dojonné de gueules accosté des haches d'azur sur fond d'or) et de Peyre (l'aigle de sable sur fond d'argent). Rimeize est en fait à la frontière de ces deux anciennes baronnies.

Blason créé en 2002 par Loïc Bestion pour le dessin, Amélie Alaux et Benoît Kwietniak pour les recherches historiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel de la commune de Rimeize

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 5 mètres de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Rimeize (48128) », (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Rimeize » (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  7. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Rimeize » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Rimeize » (consulté le ).
  12. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  13. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Rimeize », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « ZNIEFF la « vallée de la Rimeize entre Ramio et Rimeize » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « ZNIEFF la « vallée de la Truyère au Pont des Estrets » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF le « cours de la Truyère et de la Rimeize aval » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Rimeize », sur Géorisques (consulté le )
  10. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  11. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  12. a et b « Défense des forêts contre l'incendie (DFCI) », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le )
  13. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  14. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  15. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Rimeize », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  16. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  17. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  18. a et b D'après FranceGenWeb.org
  19. « Thomas Pignide, le nouveau maire de Rimeize, élu à l’unanimité. », sur Midi Libre, (consulté le )
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Lozère (48) », (consulté le ).