Riff Raff (rappeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riff Raff
Description de cette image, également commentée ci-après

Riff Raff en 2011.

Informations générales
Nom de naissance Horst Christian Simco[1]
Naissance (34 ans)
Houston, Texas, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur
Genre musical Hip-hop, EDM[2]
Instruments Voix
Années actives Depuis 2008
Labels Mad Decent (actuel), SODMG (ancien)
Site officiel jodyhighroller.com/

Riff Raff, stylisé en RiFF RAFF, de son vrai nom Horst Christian Simco, né le à Houston, au Texas, est un rappeur américain. Il est à l'origine managé par OG Ron C, cofondateur du label Swishahouse[3]. Après sa signature au label S.O.D. Money Gang Inc. de Soulja Boy, Riff Raff quitte le label et se joint à Mad Decent de Diplo[4]. Il est un ancien membre du groupe Three Loco aux côtés de Andy Milonakis et Dirt Nasty[5]. Son premier album, Neon Icon, est publié le au label Mad Decent[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Horst Christian Simco est né le à Houston, dans l'État américain du Texas[7]. Ses parents appartiennent à la classe moyenne, son père Ronald est policier et sa mère Anita travaille comme femme de ménage. La famille Simco est d'origine juive allemande et lituanienne, Horst est le troisième d'une fratrie de quatre enfants. Il grandit dans un pavillon de Copperfield, une localité située à 40 km au nord-ouest de Houston et se passionne pour le basket-ball. Au milieu des années 1990, la famille emménage à Stone Creek, un quartier situé à l'ouest de Houston. Après la séparation de ses parents, il rejoint son père, qui s'est installé à Duluth dans le Minnesota. À partir de 2001, il est scolarisé dans un collège communautaire (community college) situé à Hibbing. Il choisit les arts libéraux comme matière principale et intègre l'équipe de basket du collège. Il abandonne les études avant d'avoir obtenu son diplôme et retourne à Houston en 2003[8],[9].

Ne trouvant pas d'emploi, il subsiste en effectuant des petits boulots, tout en enviant le train de vie des rappeurs du label indépendant Swisha House. Aux alentours de 2005, il commence à arborer un look inspiré des artistes des quartiers nord de la ville, avec notamment tresses et bijoux, et à fréquenter le milieu hip-hop. Il écrit et enregistre des paroles sur des instrumentaux et vend ses CD artisanaux dans les centres commerciaux. Il ouvre une page Myspace et poste des vidéos sur YouTube afin d'augmenter sa notoriété[8],[9]. Malgré l'intérêt d'OG Ron C, l'un des cofondateurs de Swisha House, qui devient son manager en 2008, Riff Raff n'est pas pris au sérieux et n'arrive pas à se faire un nom sur la scène rap de Houston[10],[11].

Débuts (2008–2012)[modifier | modifier le code]

Riff Raff cherche à apparaître à la télévision et prend part à des auditions[9]. Sa participation à la seconde saison de l'émission de téléréalité From G's to Gents (en), diffusée en 2009 sur MTV, le fait connaître du public[8]. Riff Raff s'installe à Los Angeles et réalise plusieurs mixtapes. Il collabore notamment avec Action Bronson, Chief Keef et Lil B (en)[9],[12]. En juin 2012, il est signé par le label Mad Decent du producteur Diplo. L'année suivante, il entreprend une tournée des clubs et interprète des titres de son album Neon Icon, dont la sortie est prévue en janvier 2014[8],[13].

Riff Raff fait partie du groupe satirique Three Loco (en), formé avec le vidéo-jockey Simon Rex (Dirt Nasty) et le comédien Andy Milonakis (en)[9]. Leur premier EP 8-titres est édité en novembre 2012 par Mad Decent. En début 2012, il publie les clips de ses chansons Larry Bird[14], Time[15], et Cuz My Gear[16]. En avril 2012, Riff Raff annonce un album collaboratif avec Diplo intitulé Jody Highroller avec la participation confirmée de Skrillex, Usher, Soulja Boy, Gucci Mane, Mystikal et Rusko[17]. En juin 2012, Riff Raff publie la mixtape Summer of Surf[18].

Neon Icon (2013–2014)[modifier | modifier le code]

Après la publication de sa mixtape Hologram Panda aux côtés du producteur Dame Grease, Riff Raff annonce à MTV News la publication de son second album chez Mad Decent, Riff Raff, The Neon Icon, plus tard abrégé pour Neon Icon[19]. En février 2013, il annonce au magazine Complex la publication de son album en fin 2013[20].

Le 25 juin 2013, il publie un single intitulé Dolce and Gabbana, produit par DJ Carnage, premier single extrait de son album Neon Icon ; deux jours plus tard, cependant, il annonce que la chanson ne sera pas présente sur l'album[21],[22],[23]. Il participe au single du Far East Movement, The Illest à cette période. Puis le 12 juillet 2013, il publie un autre single, Mr. Popular, accompagné de sa vidéo quatre jours plus tard[24],[25]. En août 2013, Riff Raff annonce un albumc ollaboraitf aux côtés d'Action Bronson intitulé Galaxy Gladiators en 2014[26].

Le 26 novembre 2013, il publie le premier single officiel extrait de Neon Icon intitulé How To Be the Man, produit par DJ Mustard[27]. Ce même mois, Riff Raff annonce au magazine Rolling Stone la publication de nombreux singles hors album[28]. Ils incluent notamment Real Boyz produit par Boi-1da, Suckas Askin' Questions avec Lil Debbie, et Shoulda Won a Grammy avec Action Bronson[29]. En mars 2014, avant la publication de l'album, Rolling Stone l'inclut dans sa liste des « 27 albums à ne pas rater »[30]. Le 20 mai 2014, Riff Raff annonce sur Twitter un report de date pour son album, reconuit pour le 24 juin 2014[31]. Le même jour, il révèle la liste des titres, qui fait participer Mac Miller, Childish Gambino, Paul Wall, Mike Posner, Amber Coffman des Dirty Projectors, et Slim Thug[32].

Peach Panther (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Riff Raff annonce son intention de publier son nouvel album Peach Panther le . Le premier single, Spazz Out produit par Travis Barker est publié pendant ce temps. Il publie ensuite un EP intitulé Trench Coat Towers en début novembre 2015. Il reporte la date de sortie de Peach Panter pour 2016.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Riff Raff propage des contrevérités sur son passé, notamment au sujet de ses parents. Jusqu'en 2013, lorsque l'intérêt des médias s'est accru, son nom de naissance et son âge n'étaient pas clairement établis[9],[10],[12]. La même année, il menace de poursuivre la société ayant produit le film Spring Breakers réalisé par Harmony Korine, estimant que Alien, interprété par James Franco, s'inspire largement de lui. L'acteur déclare que son personnage est basé sur le rappeur floridien Dangeruss, alors que le réalisateur estime que Riff Raff doit sa notoriété au film[33],[34].

Riff Raff est connu pour son apparence extravagante et ses tatouages, qui représentent les logos des chaîne de télévision MTV et BET, ainsi que celui de la NBA[8],[9]. Le site Gawker affirme qu'il est « la personne au succès le plus "viral" dans le milieu de la musique » (« the most viral human being in music. »)[35].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Horst Simco découvre le rap durant son enfance, au début des années 1990, par l'intermédiaire de Vanilla Ice[9]. Dès ses débuts, le style de Riff Raff contient des éléments humoristiques. Il est influencé par les rappeurs de Houston, dont Devin the Dude et Paul Wall[8]. Riff Raff, qui aimerait enregistrer avec Justin Bieber, évalue les artistes en fonction de leur réussite plutôt que sur leur mérite artistique[9]. Il se soucie peu des frontières entre les différents styles musicaux et de la notion d'authenticité[8].

Ses paroles font fréquemment référence à la culture populaire[8],[35], sont souvent jugées incompréhensibles[36].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2012 : The Golden Alien
  • 2014 : Neon Icon
  • 2016 : Peach Panther

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Riff Raff arrested in North Carolina | Hot Topics | a Chron.com blog », Blog.chron.com,‎ (consulté le 25 août 2013).
  2. (en) « Exclusive: Riff Raff Wants to Be EDM Justin Bieber », Billboard (consulté le 8 novembre 2015).
  3. (en) Neil Martinez-Belkin, « Riff Raff, "Bringing the Rice Out" (XXL Exclusive Online Feature) », XXL,‎ .
  4. (en) Carter Maness, « Riff Raff Signs To Diplo's Mad Decent Label », MTV,‎ .
  5. (en) Corban Goble, « Three Loco – We Are Farmers (feat. Diplo) Video », Stereogum,‎ .
  6. (en) Adam Fleischer, « Riff Raff’s Album Has An Official Release Date…And A Baby On The Cover », MTV News, Viacom,‎ (consulté le 24 mai 2014).
  7. (en) Ben Westhoof, « Becoming Riff Raff: How a White Suburban Kid Morphed Into Today's Most Enigmatic Rapper », LA Weekly,‎ .
  8. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Jonah Weiner, « The Weird World of Riff Raff », Rolling Stone,‎
  9. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Ben Westhoff, « Becoming Riff Raff: How a White Suburban Kid Morphed Into Today's Most Enigmatic Rapper », LA Weekly,‎
  10. a et b (en) Andy Beta, « It’s Not About the Mike », Texas Monthly,‎
  11. (en) Pete Holley, « Meet Houston rap game’s enigma », Houston Chronicle,‎
  12. a et b (en) Ben Westhoff, « Pazz & Jop: Riff Raff Is Keeping It Surreal », The Village Voice,‎
  13. (en) Phillip Mlynar, « Riff Raff Has 10 New Songs Coming Before 'Neon Icon' », Rolling Stone,‎
  14. (en) « The Break Presents: RiFF RaFF », XXL Magazine,‎ .
  15. (en) Duncan Cooper, « Video: Riff Raff, "Time" », The Fader,‎ .
  16. (en) Corban Goble, « Chief Keef & Riff Raff – "Cuz My Gear" Video », Stereogum,‎ .
  17. (en) « Riff Raff: "Skrillex, Usher, Soulja Boy On My Diplo-Produced LP" - Music News - Fuse », Fuse.tv,‎ (consulté le 23 septembre 2013).
  18. (en) Duncan Cooper, « Download Riff Raff’s Summer of Surf Mixtape », The Fader,‎ .
  19. (en) Phillip Mlynar, « Riff Raff Suggests Listening to ‘Hologram Panda’ With "Ass Cheeks in Hand" », MTV Hive (consulté le 20 mai 2014)
  20. (en) Partying with RiFF RAFF and Talking Style Icons, James Franco, and His New Clothing Line. Complex (27 février 2013), (consulté le 25 mars 2013).
  21. (en) « iTunes - Music - Dolce & Gabbana - Single by Riff Raff », itunes.apple.com,‎ (consulté le 25 août 2013).
  22. (en) « ScHoolboy Q "The Process" with Peter Rosenberg », Complex,‎ (consulté le 27 janvier 2014).
  23. (en) Justin Hunte, « RiFF RaFF Says Dolce & Gabbana Isn't Good Enough For "NEON iCON" | Get The Latest Hip Hop News, Rap News & Hip Hop Album Sales », HipHopDX,‎ (consulté le 13 mai 2014).
  24. (en) « RiFF RaFF Lives Hoop Dreams, Bakes Potatoes in 'Mr. Popular' Video | SPIN | SPIN Mix | Videos », SPIN,‎ (consulté le 25 août 2013).
  25. Eric Diep, « Riff Raff And Action Bronson Are Making A Joint Album - XXL », XXL Magazine,‎ (consulté le 17 janvier 2014).
  26. (en) Eric Diep, « Riff Raff "How To Be The Man" (Produced by DJ Mustard) - XXL », XXL Magazine,‎ (consulté le 27 avril 2014).
  27. (en) Phillip Mlynar, « Riff Raff Has 10 New Songs Coming Before 'Neon Icon' | Music News », Rolling Stone,‎ (consulté le 27 janvier 2014).
  28. (en) « Listen: RiFF RAFF and Action Bronson: "I Shoulda Won a Grammy" | News », Pitchfork,‎ (consulté le 25 juin 2014)
  29. « Spring Music Preview 2014: 27 Must-Hear Albums: Riff Raff, 'Neon Icon' April 29th », Rolling Stone (consulté le 25 juin 2014).
  30. (en) « Twitter / JODYHiGHROLLER: NEON iCON ALBUM DROPS 6/24 », Twitter.com (consulté le 20 mai 2014).
  31. « RiFF RAFF Reveals "NEON iCON" Tracklist », HotNewHipHop (consulté le 20 mai 2014).
  32. Maxime Pargaud, « Spring Breakers : Riff Raff réclame dix millions de dollars », Le Figaro,‎
  33. Marion Desmaret, « Riff Raff, le JR du rap, rafle tout », Arte,‎
  34. a et b Émilie Côté, « RiFF RaFF: fascinant personnage », La Presse,‎
  35. (en) Tyler Trykowski, « Rap Game Riff Raff Textual Analysis », Vice,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]