Ricky Ford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ford.
Ricky Ford
Nom de naissance Richard Allen Ford
Naissance (61 ans)
Boston (Massachusetts)
Genre musical jazz
Instruments saxophone ténor
Influences Dexter Gordon, Sonny Rollins
Site officiel ricky.ford.free.fr/

Ricky Ford est un saxophoniste américain de jazz. Il est notamment connu pour ses collaborations avec Charles Mingus et Abdullah Ibrahim. Imprégné par des influences et des collaborations variées, son style intègre souvent des composantes du jazz modal ou du bebop.


Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ricky Ford s'initie dans un premier temps à la musique en apprenant à jouer de la batterie. Influencé par le jeu du musicien Roland Kirk, il adopte définitivement le saxophone ténor en 1969. Alors qu'il se produit dans un club de Boston, le pianiste Ran Blake le remarque et le convainc d'approfondir ses connaissances musicales au New England Conservatory, une école privée de musique de Boston où il enseigne[1],[2]. En plus de la théorie musicale, Ricky Ford y apprend à jouer de la clarinette et au saxophone. Parmi ses enseignants figurent notamment Gunther Schuller et Jaki Byard qui lui offrent la possibilité d'effectuer ses premiers enregistrements en 1974[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ricky Ford et Mercer Ellington en 1975.

En 1974, le trompettiste Mercer Ellington l'engage pour intégrer l'orchestre de son père le Duke Ellington Orchestra. Après environ deux ans dans cet orchestre il remplace George Adams en rejoignant le groupe du contrebassiste Charles Mingus[1]. Il quitte Mingus l'année suivante mais a effectué au cours de cette période quelques enregistrements avec le groupe en particulier les albums Three or Four Shades of Blue et Me Myself an Eye. En 1977, il se produit en tant que leader et enregistre son premier album intitulé Loxodonta Africana qui paraît cette année-là sur le jeune label new-yorkais New World. En 1979, Ford rejoint le quintet du batteur Dannie Richmond, un disciple de Mingus, avec lequel il collabore jusque 1981[3]. Bien qu'il dirige principalement ses propres formations dans les années 1980, Ford se fait cependant remarquer par des collaborations notables : il est musicien et arrangeur dans l'orchestre de Lionel Hampton en 1981, l'année suivante au sein du groupe Mingus Dynasty avec en particulier deux tournées européennes puis surtout avec le groupe Ekaya du pianiste sud-africain Abdullah Ibrahim pour lequel il participera aux séances d'enregistrement de plusieurs albums et toujours sous la direction du pianiste à la bande son du film Chocolat[4].

Ricky Ford collabore également avec le batteur Beaver Harris et au cours des années 1990 avec le batteur Pete La Roca. Il enregistre aussi avec le pianiste McCoy Tyner en 1988, Steve Lacy en 1993. Depuis 1977 il enregistre régulièrement en tant que leader, notamment pour les labels Muse et Candid. De 1985 à 1996, il est artiste en résidence, donnant des cours à l'Université Brandeis à Waltham dans le Massachusetts[5]. Bien que résident en France depuis 1996, Ricky Ford donne aussi des cours en Turquie de 2001 à 2006 à l'Université Bilgi d'Istanbul[6]. Il organise également depuis 2009 un festival estival en France sur deux jours, le Toucy Jazz Festival situé dans l'Yonne[n 1],[7]. Depuis 2009, Ricky Ford collabore activement au sein de l'orchestre français Ze Big Band avec lequel il a sorti deux albums[7].

Style[modifier | modifier le code]

Au début de sa carrière Ricky Ford s'adapte au swing de l'orchestre de Mercer Ellington puis enchaine avec Charles Mingus et Dannie Richmond, dans des styles plus variés. Il dirige ensuite ses propres groupes avec un jeu mêlant souvent bebop et jazz modal en revenant parfois au swing notamment au début des années 1980 avec sa participation au groupe de Lionel Hampton, aux cotés des musiciens Illinois Jacquet et Arnett Cobb[4]. Le jeu de Ricky Ford n'est pas sans rappeler celui de Coleman Hawkins, Dexter Gordon, Stan Getz ou encore Sonny Rollins, c'est aussi « un soliste fluide et puissant »[1],[4].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

En leader[modifier | modifier le code]

Enregistrement Nom de l'album Label et notes
1977 Loxodonta Africana New World Records.
1978 Manhattan Plaza Muse.
1980 Flying Colors Muse.
1981 Tenor for the Times Muse.
1982 Interpretations Muse.
1983 Future's Gold Muse.
1984 Shorter Ideas Muse.
1986 Looking Ahead Muse.
1987 Saxotic Stomp Muse.
1989 Hard Groovin' Muse.
1989 Manhattan Blues Candid Records.
1990 Ebony Rhapsody Candid Records.
1991 Hot brass Candid Records. Des références à Martin Luther King ou aux origines afro-américaines, « la musique qui en résulte est extrêmement impressionnante »[8].
1991 American African blues Candid Records.
1992 Tenor Madness Too Muse.
1999 Balaena Jazz Friends Productions.
2002 Songs for My Mother Jazz Friends Productions. Le Ricky Ford Sextet avec notamment Bobby Few.
2003 Reeds and Keys Jazz Friends Productions. Avec Kirk Lightsey.
2003 Green Note - Live at La Fenêtre Marge.
2010 7095 Harmonia Mundi. Ricky Ford et Ze Big Band.
2013 Sacred Concert Avel Ouest. Ricky Ford et Ze Big Band.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Liste partielle.

Enregistrement Leader Nom de l'album Label et notes
1977 Charles Mingus Three or Four Shades of Blues Atlantic Records.
1978 George Russell New York Big Band Soul Note.
1978 Charles Mingus Cumbia & Jazz Fusion Atlantic Records.
1979 Charles Mingus Me myself an eye Atlantic Records.
1979 Red Rodney The 3R's King Records.
1980 Sonny Stitt Sonny's Back Muse.
1981 McCoy Tyner 13th House Milestone Records.
1982 Lionel Hampton Made in Japan Timeless.
1983 Abdullah Ibrahim Ekaya Ekapa.
1986 Ran Blake Short Life of Barbara Monk Soul Note.
1988 Abdullah Ibrahim Water from an Ancient Well Enja.
1988 Abdullah Ibrahim Mindif Enja. Enregistrements pour la bande-son du film Chocolat.
1989 McCoy Tyner Uptown/Downtown Milestone Records.
1989 Mal Waldron Crowd scene Soul Note.
1989 Mal Waldron Where Are You? Soul Note. Avec Sonny Fortune, Reggie Workman et Eddie Moore.
1990 Ran Blake That certain feeling Hathut Records.
1993 Steve Lacy Vespers Soul Note.
1994 Abdullah Ibrahim No fear, no die Tiptoe.
1994 Yusef Lateef Tenors of Yusef Lateef & Ricky Ford YAL Records.
1995 Dave Burrell Esquisses for a walk Nocturne.
1997 Pete La Roca Swing time Blue Note Records.
1997 Richard Davis Total Package Marge.
1998 Jaki Byard July in Paris Jazz Friends Productions.
2005 Rhoda Scott Very Saxy Ahead. Album live à Paris avec Houston Person.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parmi les invités au Toucy Jazz Festival figurait Rhoda Scott en 2009 ou des artistes tels que Ravi Coltrane et Archie Shepp en 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Leonard Feather, Ira Gitler, The Biographical Encyclopedia of Jazz, Oxford University Press,‎ , 744 p. (ISBN 978-0-195-32000-8), p. 229.
  2. Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Le Nouveau Dictionnaire du jazz, Robert Laffont,‎ , 1457 p. (ISBN 2-221-11592-9), p. 439-440.
  3. a et b (en) Scott Yanow, « Ricky Ford -biography », sur allmusic.com (consulté le 24 février 2013).
  4. a, b et c (en) Ian Carr, Digby Fairweather, Brian Priestley, The rough guide to jazz, Rough Guides,‎ , 927 p. (ISBN 978-1-843-53256-9), p. 264.
  5. (en) Jon W. Poses, « Ricky Ford -biography », sur hardbop.tripod.com (consulté le 24 février 2013).
  6. (en) Sylvain Siclier, « Ricky Ford et la Turquie », sur bleublancturc.com (consulté le 24 février 2013).
  7. a et b (en) « actualité », sur jazzhot.net,‎ (consulté le 24 février 2013).
  8. (en) Richard Cook, Brian Morton, The Penguin guide to jazz recordings, Penguin,‎ , 1646 p. (ISBN 978-0-141-03401-0), p. 499.


Lien externe[modifier | modifier le code]