Rick Santorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rick Santorum
Rick Santorum en 2013.
Rick Santorum en 2013.
Fonctions
Chef du Groupe républicain

(6 ans)
Prédécesseur Connie Mack III
Successeur Jon Kyl
Sénateur des États-Unis
pour la Pennsylvanie

(12 ans)
Prédécesseur Harris Wofford
Successeur Bob Casey, Jr.
Représentants des États-Unis

(4 ans)
Circonscription 18e district de la Pennsylvanie
Prédécesseur Doug Walgren (en)
Successeur Mike Doyle
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Winchester (Virginie, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Religion Catholicisme[1]

Richard John Santorum, dit Rick Santorum, né le à Winchester (Virginie), est un homme politique américain. Il est sénateur républicain de Pennsylvanie au Congrès des États-Unis de 1995 à 2007. Il se porte candidat aux primaires présidentielles du Parti républicain de 2012, mais il est battu par Mitt Romney. Après l'échec de celui-ci face à Barack Obama, il représente sa candidature aux primaires présidentielles de 2016. Il se retire de la course le et apporte son soutien à Marco Rubio. Il soutient ensuite Donald Trump face à Hillary Clinton lors de l'élection générale de novembre 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière politique[modifier | modifier le code]

Il naît le à Winchester (Virginie). Diplômé de sciences politiques, Santorum participe aux campagnes politiques de John Heinz (en) avant de se lancer lui-même dans la carrière.

En 1990, à l'âge de 32 ans, Santorum se présente sous les couleurs républicaines à la Chambre des représentants des États-Unis. Il se fait élire contre le député démocrate sortant.

En novembre 1994, il est élu sénateur de Pennsylvanie au Sénat des États-Unis en battant Harris Wofford, le sénateur sortant.

En 1996, aux côtés de Trent Lott et Newt Gingrich, Santorum participe activement à la réforme du système de santé.

En 2000, Rick Santorum sollicite le renouvellement de son mandat et est réélu par 61 % des votants.

Élections de 2006[modifier | modifier le code]

Senti comme un éventuel candidat aux primaires républicaines par la branche conservatrice du parti, Santorum annonce le qu'il préfère se concentrer sur sa campagne de réélection au Sénat en 2006 que de se présenter en 2008 aux primaires républicaines. Lors de la campagne électorale, il est constamment devancé dans les sondages par son adversaire, le démocrate conservateur Bob Casey, Jr.. Aux élections du , Santorum est battu. Il obtient 41 % des voix contre 59 % à Bob Casey, Jr..

En décembre 2006, aux derniers jours de la session du congrès, il est l'un des deux seuls sénateurs à voter contre la confirmation de Robert Gates au poste de secrétaire à la défense afin de protester contre les critiques de ce dernier sur la gestion de la guerre d'Irak et la proposition de Gates de discuter avec des pays comme l'Iran.

Carrière juridique et médiatique[modifier | modifier le code]

En mars 2007, Santorum est recruté comme conseiller juridique en entreprises par un grand cabinet d'avocat de Pittsburgh et de Washington, D.C..

Il devient un chroniqueur politique régulier sur la chaine d'information Fox News.

Rick Santorum est père de 7 enfants, dont un enfant prématuré de 5 mois décédé deux heures après sa naissance.

Candidature à la primaire républicaine de 2012[modifier | modifier le code]

Rick Santorum annonce officiellement sa candidature aux primaires républicaines pour la présidentielle de 2012 le 6 juin 2011[2]. Alors qu'il est à la traîne dans les sondages les premiers mois[3], sa candidature connaît une progression rapide à partir du mois de décembre[4]. Lors de la première élection primaire, qui a lieu dans l'État de l'Iowa, il obtient, lors du premier décompte, 24,54 % des suffrages exprimés et est devancé de seulement huit voix par le favori, Mitt Romney. Un second décompte des résultats (cité par le Des Moines Register) lui donne au contraire un avantage de 34 voix. Le résultat final offre donc la victoire à Rick Santorum avec 29 839 voix, contre 29 805 voix pour Mitt Romney[5].

Rick Santorum en campagne dans l'Iowa.

Cette performance inattendue lui permet d'enregistrer un bond dans les sondages nationaux et de se faire connaître par l'opinion publique américaine. Sa percée ne lui suffit cependant pas, et il est largement distancé par Mitt Romney, dans les primaires du New Hampshire, de la Caroline du Sud et de la Floride. Malgré des moyens financiers très inférieurs à ceux de ses concurrents, il décide de se maintenir dans la course. Il obtient à nouveau des résultats surprenants au cours des semaines suivantes. Son discours conservateur et chrétien lui permet de mobiliser un électorat plutôt populaire, rural et évangélique[6]. Il remporte ainsi tour à tour les États de l'Alabama, du Colorado, du Kansas, de la Louisiane, du Minnesota, du Mississippi, du Missouri, du Dakota du Nord, de l'Oklahoma et du Tennessee. Jugé plus proche de la base du parti Républicain que Romney, il est alors très sérieusement envisagé comme une alternative crédible pour représenter le camp conservateur face à Barack Obama lors de l'élection générale. Néanmoins, il est battu sèchement le 3 avril par l'ancien gouverneur du Massachusetts dans l'État du Wisconsin[7], pourtant réputé favorable au discours axé sur les valeurs chrétiennes.

Cet échec l'encourage se retirer le de la course à l'investiture républicaine[8],[9]. Le , il annonce officiellement son soutien à son ancien concurrent républicain Mitt Romney[10].

Le , Rick Santorum devient directeur exécutif des studios EchoLight. Cette société de production veut financer et diffuser des longs-métrages familiaux où la foi et la religion ont une place prédominante[11].

Candidature à la primaire républicaine de 2016[modifier | modifier le code]

Rick Santorum en 2015.

Le 27 mai 2015, Rick Santorum annonce depuis son État de Pennsylvanie qu'il est à nouveau candidat aux primaires présidentielles républicaines[12]. En 2012, les succès inattendus qu'il avait enregistrés face au grand favori du moment, Mitt Romney, ont poussé beaucoup d'observateurs à le présenter comme le nouveau favori républicain pour l'élection présidentielle de 2016. En utilisant son discours traditionnel axé sur les valeurs chrétiennes, patriotiques et familiales, Santorum espérait recréer à nouveau une dynamique en sa faveur dans les États évangéliques qu'il avait déjà remportés lors des primaires précédentes, notamment celui de l'Iowa.

Cependant, il est très largement distancié dans les sondages par d'autres candidats qui eux aussi utilisent des discours très conservateurs, comme Donald Trump, Ted Cruz, Ben Carson ou encore Marco Rubio. Il ne parvient pas à décoller comme il l'avait fait quatre ans plus tôt. Après avoir recueilli environ seulement 1 % des suffrages exprimés ( soit 1 950 voix) lors du caucus de l'Iowa, contre un peu moins de 25 % lors du même scrutin en 2012, Rick Santorum se retire de la course le 3 février 2016 et soutient officiellement son ancien concurrent, Marco Rubio[13]. Cependant, après l'échec de ce dernier, il annonce qu'il votera pour Donald Trump lors de l'élection générale[14].

Depuis l'élection de Donald Trump, Rick Santorum reste un commentateur régulier de la vie politique américaine. Il soutient généralement la politique du Président, même s'il n'hésite pas à exprimer parfois certaines réticences[15].

Opinions[modifier | modifier le code]

Membre du groupe chrétien traditionaliste The Family[16] et du Centre sur l'éthique et la politique publique (en), Santorum tient des positions conservatrices en matière de mœurs et de faits de société, notamment dans son combat contre l'avortement et sa remise en question fréquente du bien-fondé de la contraception.

Santorum fait voter, lors du 107e congrès, le Born-Alive Infants Protection Act (en) et, lors du 108e congrès, parvient à imposer l'interdiction d'une certaine forme d'avortement, contesté par des gens de gauche, comme la procédure d'avortement partiel (en) (partial-birth abortion) signée par George W. Bush.

Lors de la controverse sur le mariage gay[17], il rejette toute redéfinition du mariage : « Dans toutes les sociétés, à ma connaissance, la définition du mariage n'a jamais inclus l'homosexualité. Non pas que je me focalise sur l'homosexualité. Ce n'est pas non plus, un homme avec un enfant, ou un homme avec un chien, ou quoi que ce soit d'autre ».

Rick Santorum priant lors d'une réunion publique.

En mai 2003, pour tourner ses vues sur l'homosexualité en ridicule, le commentateur politique Dan Savage a lancé une campagne sur internet pour faire du mot « Santorum » un néologisme, laissant ses lecteurs en proposer une définition. Savage a enregistré un nom de domaine pour promouvoir cette définition qui est rapidement arrivé en tête des résultats de recherche sur le moteur Google. Les media utilisent depuis l'euphémisme « le Google problem de Rick Santorum » [18].

Catholique pratiquant, autrefois partisan irréductible de la peine de mort, il souhaite aujourd'hui limiter l'application de cette dernière à quelques catégories de criminels.

Il conteste la politique étrangère de Barack Obama, l'accusant d'avoir abandonné la « responsabilité qu'ont les États-Unis de combattre le socialisme militant »[19].

Historique électoral[modifier | modifier le code]

Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Résultats dans le 18e district de Pennsylvanie[20],[21]
Année Rick Santorum Démocrate
1990 51 % 49 %
1992 61 % 39 %

Sénat[modifier | modifier le code]

Résultats pour le poste de sénateur de Pennsylvanie[22]
Année Rick Santorum Démocrate Libertarien Indépendants
1994 49 % 47 % - -
2000 52,4 % 45,5 % 1 % 1,1 %
2006 41,3 % 58,7 % - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Is Rick Santorum A Catholic Or An Evangelical? Yes. », sur huffingtonpost.com, .
  2. (en) « Santorum makes presidential run official », sur politicalticker.blogs.cnn.com, (consulté le 26 novembre 2017)
  3. Premier caucus républicain, Rick Santorum en phase ascendante, Le Nouvel Observateur, 2 janvier 2012.
  4. Rick Santorum, nouvelle surprise des primaires républicaines, Le Monde, 2 janvier 2012.
  5. MSN news et AFP, 19 janvier 2012.
  6. (en) Peggy Fikac, « Rick Santorum backed by Christian conservatives », SFGate,‎ (lire en ligne).
  7. (en) Chris McGreal, « Mitt Romney wins Wisconsin, Maryland and DC but Santorum defiant », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  8. (en) Santorum Suspends Presidential Campaign
  9. Santorum se retire des primaires républicaines, Le Figaro, 10 avril 2012.
  10. USA : Santorum soutient Romney, Le Figaro, 8 mai 2012.
  11. Un ancien adversaire d'Obama fait carrière au cinéma, Le Figaro, 26 juin 2013.
  12. Trip Gabriel, « Rick Santorum Announces New Presidential Bid, and New Focus on Middle Class », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  13. (en) Ben Jacobs, « Santorum drops out of the Republican primary race and endorses Marco Rubio », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  14. Jesse Byrnes, « Santorum endorses Trump after 'long heart-to-heart' », TheHill,‎ (lire en ligne).
  15. Rebecca Savransky, « Santorum to Trump: You're going to get 'sidetracked' if you tweet everyday », TheHill,‎ (lire en ligne).
  16. Doug Ireland, Hillary, l’Amérique, et l’intégrisme chrétien, Bakchich, 13 avril 2008 (compte-rendu de Jeff Sharlet, The Family: The Secret Fundamentalism at the Heart of American Power, HarperCollins, 2008) (fr).
  17. (en) « Excerpt from Santorum interview », USA Today,‎ (lire en ligne).
  18. (en) "Return of Rick Santorum's 'Google Problem'", ABC News, May 10, 2011
  19. (en) Rick Santorum: Obama Not Fighting 'Militant Socialism'
  20. « The Pittsburgh Press - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 10 janvier 2017).
  21. « Observer-Reporter - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 10 janvier 2017).
  22. « Rick Santorum - Ballotpedia », Ballotpedia,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]