Richter (Montpellier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richter.
Richter
La Bibliothèque universitaire depuis la place Christophe Colomb (surnommé localement « rond-Point de Richter »).
La Bibliothèque universitaire depuis la place Christophe Colomb (surnommé localement « rond-Point de Richter »).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Ville Montpellier
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 12″ nord, 3° 53′ 57″ est
Superficie 12 ha = 0,12 km2
Cours d’eau Fleuve Lez.
Transport
Tramway ligne : (1)(3)
Vélo partagé Vélomagg'
43° 36′ 12,03″ N, 3° 53′ 56,71″ E
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

Voir sur la carte administrative de la zone Montpellier
City locator 14.svg
Richter

Richter est un sous-quartier du quartier de Port Marianne de la ville de Montpellier (Hérault). Il est situé à l'est de la commune en bordure de la rive gauche du Lez. Historiquement, il a été le site du stade de football Richter, transformé en espace de spectacles en plein air, avant de devenir un îlot au sein du développement des quartiers dont le campus de Richter en est son unité représentative. Richter se trouve dans le canton de Montpellier-3 (auparavant dans le canton de Montpellier-4).

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom du quartier vient du nom des anciens propriétaires des terrains, les Richter, qui exploitaient une pépinière. Les pépinières disparaissant (quelques années après la Seconde Guerre mondiale), le site reste alors inutilisé.

Le Stade Richter au début des années 1970.

En 1967, la municipalité de la ville, dont François Delmas en est le maire, achète les terrains et entreprend la construction d'un nouveau stade de football en remplacement du Parc des Sports de l'avenue Pont Juvénal dont l'emplacement est destiné à la construction de logements (actuel quartier du Nouveau-Monde). Autour du stade sont prévus également des terrains annexes et des courts de tennis. Ce stade est inauguré en 1968 mais ne fut jamais totalement terminé et sa fonction initiale disparaît avec l'équipe de football. Le club de football de Montpellier étant devenu La Paillade, vers le milieu des années 1980, la municipalité de Georges Frêche entreprend la transformation du site en espace de spectacles. Plusieurs groupes et chanteurs de renommée mondiale y effectuent leurs concerts, tels que : Bruce Springsteen, le 27 juin 1985, où 45 000 personnes viennent l'applaudir[1], U2, UB40, The Pretenders et Big Audio Dynamite, le 18 juillet 1987[2],[3],[4], Pink Floyd, le 24 juillet 1988[5],[6] et Michael Jackson, le 12 août 1988, pour la tournée Bad World Tour avec 35 000 spectateurs[7],[6].

Un marché aux puces vient ensuite s'y installer, puis des marchands de fleurs et des terrains de pétanque[8].

Au début des années 1990, l'espace Grammont remplace l'espace Richter pour les grandes manifestations et une nouvelle affectation du site est opérée.

Les bâtiments universitaires en construction en 1992.

La création de ce campus et du quartier, initiée par Raymond Dugrand[9], dans le prolongement d'Antigone, a donné lieu à de nombreuses problématiques dès le début de sa construction. En effet, le site de Richter abritait autrefois un complexe sportif qui, avant son déménagement vers La Paillade, était régulièrement inondé par les crues du Lez[10]. De plus, le conflit entre le maire de Montpellier, Georges Frêche, initiateur du projet urbain et le président de l'Université Montpellier 1, Yves Loubatières, a donné lieu à de très longues contestations et oppositions de ce dernier qui souhaitait maintenir l'ensemble du pôle d'enseignement du droit-sciences économiques en centre-ville[11],[12].

La faculté de Droit ayant refusé de déménager sur les lieux, seules les UFR de Sciences économiques, d'AES, l'ISEM ainsi qu'un restaurant universitaire sont finalement construits en 1993. En 1999, c'est la bibliothèque universitaire qui est ouverte au bord de la place Christophe-Colomb.

Le quartier est réellement terminé en 2006 avec l'inauguration du bâtiment B et de l'immeuble « Étoile de Richter ».

En 2014[13], le quartier a été choisi afin d'implanter l'une des 12 audacieuses innovations du XXIe siècle par la ville de Montpellier[14],[15]. Le projet choisi est réalisé par l'architecte japonais Sou Fujimoto et l'immeuble porte le nom de « L'Arbre Blanc »[16]. Le bâtiment est d'une hauteur de 55,30 mètres pour 17 étages. Dans sa finalité, il abritera une galerie d'art contemporaine en rez-de-chaussée et un bar panoramique en son sommet[13].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Lez en bordure du quartier.

L'ensemble du quartier est répartie sur une superficie de 12 hectares où 1 636 logements ont été implantés[17],[18].

Il est délimité par les voies suivantes :

  • « Avenue Raymond Dugrand », communément appelée « Avenue de la Mer »[19] à l'est (entre la place Christophe-Colomb et le rond-point Ernest-Granier) ;
  • Le fleuve du Lez à l'ouest ;
  • « Avenue Marie de Montpellier » au sud.

La composition de ce quartier est caractérisée par la présence d'un grand équipement public universitaire avec sa bibliothèque, conçu par Hélène Martinez[20], architecte pour l'agence René Dottelonde[21], qui a remporté le concours au début de l'année 1992 pour ce chantier de 110 millions de francs (soit 22 millions €)[22] pour 15 000 m2 de plancher. Bien que le béton soit omniprésent, un parc de 26 500 m2 a été aménagé dès 1994, en bordure du Lez.

L'agence d'Adrien Fainsilber a développé le concept urbain et architectural de la ZAC Port Marianne-Richter[23]. En 2000, il conçoit, avec l'architecte Jérôme Rio, sur une surface de 12 700 m2, un immeuble de bureaux et commerces au rez-de-chaussée : l’Étoile Richter[23],[24].

Accès[modifier | modifier le code]

L'ensemble des habitats et institutions sont adaptés pour les personnes à mobilité réduite[25] (M). Le quartier est accessible en voiture et par les transports urbains des tramways et bus[26].

Stationnement[modifier | modifier le code]

Le stationnement payant est disponible sur l'ensemble des immeubles longeant l'avenue Raymond Dugrand. Sa création a fait l'objet de controverses à la fin des années 1990. En 1997, la municipalité a décidée de fermer l'avenue Raymond Dugrand (ancienne Avenue de la Mer) et de la transformer en parking dédié aux étudiants. Cette décision a été annulée car ce tronçon, très fréquenté, est la propriété du conseil général et sa fermeture suscitait de très nombreuses oppositions de la part des habitants et des commerçants du centre-ville. Après trois années de recours, l'avenue est rétabli pour une circulation en deux voies dans chaque sens. L'avenue Raymond Dugrand actuelle est réaménagée un peu plus à l'est du tracé initial de l'ancienne route de Boirargues.

Composition actuelle[modifier | modifier le code]

Plan d'accès des bâtiments sur le campus.

En 2007, près de 4 500 étudiants de l'Université Montpellier 1 (qui fusionne avec l'université de Montpellier en 2015) ont leurs enseignements sur le campus de Richter. Le campus est composé de six bâtiments, les cinq premiers appartiennent à l'université de Montpellier, le dernier appartient au CROUS :

D'autres bâtiments abritent des instances administratives :

Le reste du quartier est composé de d'officines administratives, commerciales et d'habitats :

  • des logements étudiants gérés par le CROUS de Montpellier ;
  • des logements sociaux gérés par les HLM de l'Hérault ;
  • des logements privés.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

De par la présence du fleuve du Lez à proximité du quartier, le lieu a été soumis, dans l'histoire, à de forts épisodes cévenols avant le réaménagement des berges[10]. Un couloir d'évacuation des eaux est défini en zone inondable de moindres risques sur l'« avenue de la Pompignane », en amont de l'« avenue Raymond Dugrand » (qui borde le quartier) dans le plan d'exposition aux risques naturels d'inondation (PERI) du 21 octobre 1988[40]. Dans le cadre des définitions des territoires à risques importants d’inondations (TRI), une cartographie des surfaces a été estimée suivant trois scénarios (fréquent, moyen et extrême) pour les débordements du cours d’eau[41].

icône image Image externe
Photo de la chute de la grue à la place du Parnasse, issue du site meteolanguedoc.com
(consulté le 3 avril 2018).

Le 19 septembre 2000, des trombes d'eau s’abattent sur la ville, vers de 15 heures locales, une tornade est aperçue par de nombreux habitants[42]. La photo du lieu permet d'identifier l'immeuble en construction sur la « Place du Parnasse » à coté du « Pont Juvénal » (43° 36′ 22,73″ N, 3° 53′ 52,5″ E). D'une hauteur de 35 mètres pour un poids de sept tonnes, une grue s'écrase en quelques secondes « comme une vrille » sur le préfabriqué[43]. Les pompiers et le SAMU sont retardés par l'état des routes où un niveau d'eau atteint par endroits 50 cm[44]. Un ingénieur et deux cadres d'une entreprise du bâtiment sont tués et huit ouvriers blessés[45]. Après analyse, il s'avère qu'il s'agit d'une trombe marine qui a pris naissance en mer, à proximité de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Villeneuve-lès-Maguelone avant de rentrer dans les terres, son intensité la classe à l'échelon EF2 sur l'échelle de Fujita, avec des vents compris entre 175 et 220 km/h[42].

Avec une anthropisation très importante des aménagements à hauteur du campus de Richter et de son voisinage (Quartiers d'Antigone, de Port Marianne et de la commune de Lattes), le préfet de l’Hérault a engagé, en 2007, une expertise afin d'établir une estimation sur la problématique des débits centennaux du fleuve. Mené sous l’égide du CETE Méditerranée, le rapport a conclu que le débit centennal serait de l’ordre de 600 à 700 m3/s en amont de la zone urbaine et de 800 à 900 m3/s pour la commune de Lattes sans pouvoir conclure définitivement[46] de l'interprétation et/ou conséquences de ces crues cévenole.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Concert Bruce Springsteen à Montpellier » [vidéo], sur ina.fr, JT Montpellier, (consulté le 29 mars 2018)
  2. (en) U2 Concert : Jul 18, 1987 at Montpellier, publié sur le site de U2 (consulté le 29 mars 2018)
  3. « Joshua Tree 30 ans après », publié le 23 juin 2017 par Jean-Marc Le Scouarnec, sur le site de La Dépêche du Midi (consulté le 29 mars 2018)
  4. « U2, espace richter - 18 juil. 1987 », publié le site de myconcertarchive.com (consulté le 29 mars 2018)
  5. (en) Pink Floyd at Espace Richter, Montpellier, publié sur le site de setlist.fm (consulté le 29 mars 2018)
  6. a et b [PDF] Couverture du journal des jeunes et des étudiants Mach2, publication d'avril-mai 1988 sur le site de Georges Frêche L’Association (consulté le 29 mars 2018)
  7. « Michael Jackson arrive à destination de Montpellier », publié le 2 septembre 2012 sur le site de Skyrock (consulté le 29 mars 2018)
  8. Carles Carreras Verdaguer (ca), Guy Jalabert et Christiane Thouzellier, Restructurations urbaines : Actes du colloque de Gérone…, vol. 5 (Publication de conférence), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Villes et territoires », , 361 p., 27 cm (ISBN 9782858162017, ISSN 1140-2296, OCLC 299451913, notice BnF no FRBNF36210813, SUDOC 003067785, présentation en ligne, lire en ligne), p. 358
  9. [PDF] Raymond Dugrand : Le visionnaire, page 2/11, publié le 15 décembre 2011 sur le site de Georges Frêche L’Association (consulté le 29 mars 2018)
  10. a et b Une crue historique du Lez a lieu le 23 septembre 1976, publié sur le site de Météo France (consulté le 26 mars 2018)
  11. Georges Frêche imagine déjà son cinquième mandat, publié le 22 janvier 2001 par Jacques Ramon, sur le site Les Échos (consulté le 26 mars 2018)
  12. Frêche, seul en son royaume, publié le 28 février 2001 par Gilbert Laval, sur le site de Libération (consulté le 3 avril 2018)
  13. a et b L'Arbre blanc ou la Folie Richter, publié le 9 mars 2014 par Chrispic, sur le site de pss-archi.eu (consulté le 5 avril 2018)
  14. L' architecture du XXIe siècle, publié sur le site de la Mairie de Montpellier (consulté le 5 avril 2018)
  15. L'Arbre blanc, publié sur le site de la Mairie de Montpellier (consulté le 5 avril 2018)
  16. [PDF] « L'Arbre blanc, le dedans et le dehors », page 15/32, publié le 31 mars 2017 sur le site de artdeville.fr (consulté le 29 mars 2018)
  17. ZAC Port Marianne-Richter, publié sur le site de la Mairie de Montpellier (consulté le 31 mars 2018)
  18. Données issues du calcul de surface du site Géoportail (consulté le 31 mars 2018)
  19. Le projet Ode, publié le 27 novembre 2014 par Mylène Colmon, sur le site toutmontpellier.fr (consulté le 31 mars 2018)
  20. « Une double protection pour un établissement à risques », publié le 24 septembre 1999 par Jean Lelong, sur le site Le Moniteur (consulté le 31 mars 2018)
  21. Montpellier achève la construction du quartier d'Antigone, publié le 5 août 1996 par Jacques Arnaud, sur le site Les Échos (consulté le 26 mars 2018)
  22. Convertisseur franc-euro avec la valeur du pouvoir d'achat, publié le 17 janvier 2017 sur le site de l'Insee (consulté le 26 mars 2018)
  23. a et b [PDF] Plaquette de la ZAC Richter, page 3 et 6/8, publié le 2 septembre 2010 sur le site de montpellier.fr (consulté le 27 mars 2018)
  24. [PDF] Immeuble de bureaux Etoile Richter, page 1/2 (Lire en ligne), publié sur le site de la Cité de l'architecture (consulté le 27 mars 2018)
  25. « Carte d'aide à l'accessibilité », sur le site handimap.org (consulté le 25 mars 2018)
  26. Plan interactif du réseau de transport de Montpellier TAM (consulté le 25 mars 2018)
  27. Détails des sorties de l'autoroute A709 de l'agglomération de Montpellier.
  28. a, b et c [PDF] « Comment se rendre à l'Institut Montpellier Management ? », page 1/2, publié le 3 mars 2017 sur le site de l'Institut Montpellier management (consulté le 25 mars 2018)
  29. Ancienne douane à Montpellier, publié le 28 avril 2008 par Pascal et Thierry, sur le site du petit-patrimoine.com (consulté le 25 mars 2018)
  30. Horaires : Direction Place de France / Grammont et Montpellier - Apollo, publié sur le site de la TAM (consulté le 25 mars 2018)
  31. « Stations et voitures », sur le site modulauto.net (consulté le 25 mars 2018)
  32. Site de la Bibliothèque Universitaire de Droit – Science politique - Économie – Gestion (consulté le 24 mars 2018)
  33. Site de l'Institut de préparation à l'administration générale (IPAG) (consulté le 25 mars 2018)
  34. Site de la Direction du Système d’Information et du Numérique (DSIN) (consulté le 25 mars 2018)
  35. Site de la Maison des étudiants « Aimé Schoenig » (consulté le 25 mars 2018)
  36. Site du Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives (SUAPS) (consulté le 25 mars 2018)
  37. Site du Service Commun de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SCMPPS) (consulté le 25 mars 2018)
  38. Resto’U de Richter, publié sur le site du CROUS de Montpellier (consulté le 27 mars 2018)
  39. [PDF] Plan d'accès à l'INSET de Montpellier, publié le 4 janvier 2013 sur le site de l'INSET (consulté le 27 mars 2018)
  40. [PDF] « PPRI : Les zones inondables du Lez », page 26/41, publié le 6 décembre 2011 sur le site des services de l'État dans l'Hérault (consulté le 3 avril 2018)
  41. [PDF] TRI de Montpellier, secteur 7, scénarios : fréquent, moyen et extrême, page 5/8, publié en décembre 2013 sur le site de L'eau dans le bassin Rhône-Méditerranée (Zone de Montpellier) (consulté le 3 avril 2018)
  42. a et b « Une tornade aux portes de Montpellier », publié sur le site de Météo Languedoc (consulté le 3 avril 2018)
  43. « La tornade tue trois personnes », publié le 20 septembre 2000 par Christian Goutorbe, sur le site de La Dépêche du Midi (consulté le 3 avril 2018)
  44. « Mini-tornade meurtrière », publié le 20 septembre 2000 sur le site du NouvelObs (consulté le 3 avril 2018)
  45. [PDF] « Tornade à Montpellier », 3 pages, publié le 19 mars 2003 par Pascal Ginioux, sur le site pluiesextremes.meteo.fr (consulté le 3 avril 2018)
  46. [PDF] « Règlement de surveillance, de prévision et de transmission de l'information sur les crues », page 6/78, publié le 31 décembre 2014 sur le site de Vigilance météorologique de Météo France (consulté le 29 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]