Richmond (comté)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richmond.
image illustrant l’Angleterre image illustrant le Duché de Bretagne
Cet article est une ébauche concernant l’Angleterre et le Duché de Bretagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Localisationdu Richmondshire (en rouge) dans le Yorkshire du Nord

Le comté de Richmond (ou Richmondshire) est un district du Yorkshire du Nord en Angleterre.

Particularité[modifier | modifier le code]

D'après le Domesday Book, à la fin du XIe siècle, le premier titulaire du comté est Alain le Roux, fils cadet d'Eudes de Penthièvre: Guillaume le Conquérant lui accorde l' « honneur de Richmond », en récompense de sa participation à la conquête de l'Angleterre[1]. Ce fut alors le troisième plus riche baron laïc d'Angleterre. Alain le Roux installa ses quartiers à Richmond et y construisit un château. Ses possessions s'étendaient bien au-delà des limites du comté actuel. Après la mort d'Alain, son frère Étienne Ier de Penthièvre en hérita.

Ensuite, le comté de Richmond a longtemps été une possession des ducs de Bretagne. En effet, les Penthièvre devenus ducs de Bretagne au milieu du XIIe siècle, le titre de comte de Richmond resta en possession des souverains bretons jusqu'en 1399. Cependant de 1342 à 1372, le titre passera provisoirement entre les mains de Jean de Gand, fils d'Édouard III. Puis en 1414, il tombe définitivement dans la famille royale d'Angleterre par l'intermédiaire de Jean de Lancastre, troisième fils d’Henri IV.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bratagne Féodale XIe-XIIIe siècles, 1987, p. 78.