Richard de Prémare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de Prémare.
Richard de Prémare
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Maître
Hélène Perrier
Mouvement

Richard de Prémare, de son nom complet Richard Dumouchel de Prémare, né le à Casablanca au Maroc, est un artiste peintre figuratif. Après avoir vécu à Eu (Seine-Maritime), Amiens, Rio de Janeiro et Paris, il se partage aujourd'hui entre la capitale et Aigneville (Somme).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Richard de Prémare est né dans une famille originaire de Normandie qui acquit sa noblesse au service de la maison militaire du Roi. Issue de Gaillefontaine en Seine-Maritime[1], son premier aïeul connu est Robert (I) Dumouchel (1668-1748), brigadier des Chevau-légers de la Garde du roi, chevalier de Saint-Louis. Robert (II) Dumouchel (1714-1772), était à son tour brigadier des chevau-légers de la Garde du roi, chevalier de Saint-Louis. Robert (III) Dumouchel de Prémare (1761-1827), était garde du corps du roi à la Compagnie Écossaise en 1788. Puis, promu au grade de chef d'escadron, il est chevalier de Saint-Louis en 1814, sous la Première Restauration.

Richard de Prémare est le 6ème enfant de Robert Dumouchel de Prémare (1870-1937). Il est le petit-fils de Paul Dumouchel de Prémare (1900-1963), Saint-cyrien, colonel de cavalerie, officier de la Légion d'Honneur.

Carrière[modifier | modifier le code]

Entre 1952 et 1958, la formation de Richard de Prémare se situe à Paris, successivement dans l'atelier d'Hélène Perrier, à l'Académie Charpentier et à l'Académie de la Grande Chaumière.

Livres illustrés[modifier | modifier le code]

Expositions individuelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Le Nombre d'Or, Alger, 1961.
  • Galerie Dusevel, Amiens, 1970.
  • Galerie G. Montmarte, Rio de Janeiro, 1971.
  • Moulin de Vauboyen, Paris, 1972.
  • Galerie Minamikawa, Tokyo, 1973.
  • Galerie Rombaldi, Toulouse, 1974.
  • Galerie Home-Color (Alexis Ovtchinikoff), rue de Rennes, Paris, 1975.
  • Galerie J. Semour, Deauville, juin-septembre 1975.
  • Galerie J. Rousseau, Deauville, 1976.
  • Galerie de La Lieutenance, Honfleur, 1977, 1978, 1982, 1987, 1989, 1990.
  • Galerie Marie-Jeanne Garoche, Paris, 1978.
  • Rotonde du Bragance, parc du château d'Eu, juin-juillet 1978.
  • Galerie Saint-Rémy, Liège, 1978, 1981.
  • Galerie Présences, Bruxelles, 1979.
  • Galerie Élisabeth Amyot, Paris, mars-avril 1980, 1982, 1984, 1986, 1989, 1990, 1993, 1998, février 2014.
  • Galerie Axel Thorpe, Houston, 1980.
  • Hôtel de Basqueville, Rouen, 1981.
  • Hôtel du Mont-Blanc, Megève, 1983.
  • Galerie Le Lys de Provence, Saint-Paul-de-Vence, 1983.
  • Galerie Présence, Liège, 1986.
  • Galerie Médicis, Zürich, 1988.
  • Galerie de La Main d'Or, Saint-Paul-de-Vence, 1988, 1990.
  • Pavillon des ministres, Cour d'honneur du château d'Eu, décembre 1991.
  • Espace Gauguin, Pont-Aven, 1994.
  • Domaine du Pavillon de Joinville (avec la Galerie Élisabeth Amyot, Paris), Eu, novembre-décembre 1994.
  • La Galerie d'Art, Nicosie, 1995.
  • Elysées Fine Arts Gallery, Alexandrie, 1997.
  • Galerie de l'Hôtel de Sauix, Beaune, 1997.
  • Chetkin Gallery, Red Bank (New Jersey), 1999, 2002, 2008.
  • Villa La Sirène (avec la Galerie Élisabeth Amyot, Paris), Mers-les-Bains, juillet-août 2005, août 2007.
  • BAM Gallery, Toulouse, septembre-octobre 2007[2].
  • La Galerie, Ajaccio, mai 2009[3], novembre-décembre 2014.
  • Chartil du Château de Varengeville-sur-Mer (avec la Galerie Élisabeth Amyot, Paris), juillet-août 2014[4].
  • La Chapelle des Jésuites, Chaumont (Haute-Marne), mars-avril 2015[5].
  • Pavillon des ministres, cour du château d'Eu, septembre 2016.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Lorsque je me trouve devant des toiles de Richard de Prémare, je suis de plus en plus convaincu qu'un tableau est d'abord, et avant tout, une part de rêve accrochée à un mur, une part de rêve qui n'est pas la même pour tous mais que chacun peut façonner et modeler à sa guise et selon son humeur du moment. La part du rêve que nous offre de Prémare est une des plus subtiles, des plus délicates et des plus sensibles que j'aie jamais éprouvée... Pas d'appel impératif, pas de coup de cymbales sonores, pas de couleur trop vive mais une sorte d'invitation pleine de retenue, le sourire de l'enfant qui vous demande presque avec humilité, mais aussi avec la certitude d'être entendu et compris, de jouer avec lui. Alors, jouons avec de Prémare. Entrons avec lui dans le cercle enchanté de sa peinture. Les mots sont à peine prononcés, les phrases sont parfois chuchotées, mais il est des murmures qui en disent plus que de grands discours. Et de Prémare dit tout et, sans qu'il y paraisse, bien davantage encore. » - André Flament, Président des Peintres témoins de leur temps[9].
  • « Dessinateur né, il excelle tant dans le portrait que dans les paysages, toujours d'après nature, mais laisse aussi un droit important à l'imaginaire. Richard de Prémare a le grand mérite de témoigner de la valeur incontestable d'une belle et foisonnante figuration contemporaine. » - Élisabeth Amyot[10].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand Prix du Salon du Maroc, 1959.
  • Médaille d'argent, Salon Léonard-de-Vinci, Paris, 1980.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Madeleine Leduc, Richard de Prémare, Éditions P.J. Mathan, Boulogne, 1973.
  • Mustapha Chelbi, L'Affiche d'art en Europe, Éditions van Wilder, 1989.
  • Jacques Dubois, Vingt grandes signatures contemporaines - Sélection figuratif, Éditions du Chêne vert, 1994.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]