Richard Whately

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Whately.
Richard Whately
Richard Whately.jpg
Richard Whately
Fonction
Membre du Conseil privé d'Irlande (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
DublinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Formation
Activités
Conjoint
Elizabeth Whately (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Jane Whately (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Traduction française (1849) de l’Introduction à l'histoire du culte de Richard Whately.

Richard Whatel, né le et mort le , est un économiste et théologien anglais, archevêque anglican de Dublin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Londres, il est le fils du pasteur Dr Joseph Whately (17 mars 1730 au 13 mars 1797). Il a été éduqué dans une école privée située près de Bristol, puis à Oriel College à l'Université d'Oxford. Richard Whately obtenu le prix de la rédaction en anglais, en 1811. Il fut élu membre d'Oriel, et en 1814, a été ordonné prêtre anglican.

Pendant son séjour à Oxford, il a écrit son traité, Doutes historiques sur Napoléon Bonaparte, un habile jeu d'esprit à l'encontre du scepticisme excessif appliqué à l'histoire de l'Évangile. Après son mariage en 1821, il s'installe à Oxford, et en 1822 a été nommé chargé de cours aux Bampton Lectures. Les conférences, sur l'utilisation et l'abus de l'esprit de parti en matière de religion, ont été publiés dans la même année.

En août 1823, il s'installe à Halesworth de Suffolk, mais en 1825, après avoir été nommé principal de Saint-Alban Hall, il retourne à Oxford. En 1825, il publie une série d'Essais sur certaines particularités de la religion chrétienne, suivis en 1828 par une deuxième série sur Certaines difficultés dans les écrits de Saint Paul, et en 1830 un livre sur Les erreurs du catholicisme. Alors qu'il est à Saint-Alban Hall (1826), il publie un ouvrage, Traité sur la logique qui sera l'un de ses ouvrages les plus connus.

Il donne ainsi une nouvelle impulsion à l'étude de la logique en Grande-Bretagne. Il écrit un deuxième « Traité sur la rhétorique », et participe à la rédaction d'articles dans l'Encyclopédie Encyclopædia Metropolitana.

D'abord ami de John Henry Newman, les deux hommes vont très vite avoir des divergences sur la manière de conduire l'éducation. La création par John Henry Newman de la Catholic University of Ireland est considérée comme la poursuite de leurs divergences réciproques en matière d'éducation.

En 1829, Richard Whately est élu à la chaire d'économie politique à Oxford, en remplacement de Nassau William Senior. Son mandat a été interrompu par sa nomination à l'archevêché de Dublin en 1831. Il a publié un seul cours de « Conférences d'introduction » (1832), mais un de ses premiers actes en allant à Dublin a été de doter une chaire d'économie politique à l'Université Trinity College.

En Irlande, il était impopulaire parmi les protestants, pour ses conceptions libérales, d'autant plus qu'il est nommé par un Anglais. Dans le même temps, il rencontre l'opposition déterminée à partir de son clergé. Il imposa une discipline stricte dans son diocèse, et il a publié un exposé de son opinion le jour du sabbat (Réflexions sur le jour du sabbat, 1832).

Les questions de la dîme, la réforme de l'Église irlandaise et de la loi irlandaise sur les pauvres et l'organisation de l'éducation nationale ont occupé la plupart de son temps.

En 1837, il a écrit son célèbre manuel Christian Evidences, qui a été traduit de son vivant dans plus d'une douzaine de langues. Un peu plus tard, il a également écrit, sous une forme similaire, Leçons faciles sur le raisonnement, sur la morale, sur l'esprit et sur la constitution britannique. Parmi ses autres œuvres, on peut citer Charges and Tracts (1836), Essais sur certains des dangers pour la foi chrétienne (1839), Le Royaume du Christ (1841). Sa volonté de réformer l'éducation religieuse dans des universités comprenant des protestants et des catholiques a échoué du fait de l'opposition de l'archevêque catholique de Dublin, et contraint Richard Whately à se retirer des fonctions dans l'éducation.

Le 27 mars 1848, Whately est devenu membre de l'Association de Canterbury. À partir de 1856, des symptômes de paralysie du côté gauche ont commencé à se manifester, mais il continua son activité jusqu'en 1863 où, victime de problèmes de santé, il doit tout abandonner et meurt après plusieurs mois de souffrances le 8 octobre 1863.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Whately was a prolific writer, a successful expositor and Protestant apologist in works that ran to many editions and translations. His Elements of Logic (1826) was drawn from an article "Logic" in the Encyclopædia Metropolitana[1]. The companion article on "Rhetoric" provided Elements of Rhetoric (1828)[2].

In 1825 Whately published a series of Essays on Some of the Peculiarities of the Christian Religion, followed in 1828 by a second series On some of the Difficulties in the Writings of St Paul, and in 1830 by a third On the Errors of Romanism traced to their Origin in Human Nature. In 1837 he wrote his handbook of Christian Evidences, which was translated during his lifetime into more than a dozen languages[2]. In the Irish context, the Christian Evidences was adapted to a form acceptable to Catholic beliefs, with the help of James Carlile[3].

L'oeuvre de Whately inclut[2]:

  • 1819 Historic Doubts relative to Napoleon Buonaparte, a jeu d'ésprit directed against excessive scepticism as applied to the Gospel history[4],[5]*1822 On the Use and Abuse of Party Spirit in Matters of Religion (Bampton Lectures)
  • 1825 Essays on Some of the Peculiarities of the Christian Religion
  • 1826 Elements of Logic
  • 1828 Elements of Rhetoric
  • 1828 On some of the Difficulties in the Writings of St Paul
  • 1830 On the Errors of Romanism traced to their Origin in Human Nature
  • 1831 Introductory Lectures on Political Economy, 1st ed. (London: B. Fellowes). Eight lectures.
  • 1832 Introductory Lectures on Political Economy, 2nd ed. (London: B. Fellowes). Nine lectures and appendix.
  • 1832 A view of the Scripture revelations concerning a future state: lectures advancing belief in Christian mortalism.
  • 1832 Thoughts on the Sabbath
  • 1836 Charges and Tracts
  • 1837 Christian Evidences
  • 1839 Essays on Some of the Dangers to Christian Faith
  • 1841 The Kingdom of Christ
  • 1845 onwards "Easy Lessons": on Reasoning, On Morals, On Mind, and on the British Constitution

Il a aussi édité le Treatises of Predestinationde Wake [6], les Essaysde Francis Bacon (philosophe), les Evidences et la Moral Philosophy de Paley[2] .

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Whately, Richard, Elements of Logic, p.vii, Longman, Greens and Co. (9th Edition, London, 1875)
  2. a b c et d Modèle:Cite EB1911
  3. Donald H. Akenson, Being Had: Historians, Evidence, and the Irish in North America, P. D. Meany, , 183–4 p. (ISBN 978-0-88835-014-5)
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées ODNB
  5. Modèle:Cite ODNB
  6. The Living Age, Littell, Son and Company, (lire en ligne), p. 388

Liens externes[modifier | modifier le code]