Richard Wagner (juge)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richard Wagner (homonymie).
Richard Wagner
Image illustrative de l'article Richard Wagner (juge)
Fonctions
Juge en chef du Canada
En fonction depuis le
Prédécesseur Beverley McLachlin
Juge puîné à la Cour suprême du Canada
Prédécesseur Marie Deschamps
Successeur Indéterminé
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Montréal, Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Père Claude Wagner
Diplômé de Université d'Ottawa
Profession Juriste

Richard R. Wagner, né le à Montréal, est un juriste canadien. Nommé juge puîné à la Cour suprême du Canada le , il deviendra juge en chef du Canada le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

Né à Montréal en 1957, il est le fils de Gisèle Normandeau et de l'homme politique Claude Wagner. Il complète ses études collégiales au collège Jean-de-Brébeuf en 1975. Il obtient ensuite un baccalauréat en sciences sociales avec concentration en sciences politiques (B.Sc.Soc.) de l'Université d’Ottawa en 1978. L'année suivante, au sein de la même institution, on lui décerne une licence en droit (LL.L.)[1].

En 1980, il intègre le Barreau du Québec. Il exerce ensuite le métier d'avocat ensuite en tant qu'associé au cabinet Lavery, de Billy. Il plaide devant tous les tribunaux dans les affaires de responsabilité professionnelle et de litige commercial. Il siège sur plusieurs comités au sein du barreau. En 1998, il est membre fondateur du Collège canadien des avocats en droit de la construction. À l'École du Barreau, il enseigne la plaidoirie en 1989-1990 et en 2001 puis la procédure civile en 2003. En 2001-2002, il est bâtonnier du Barreau de Montréal, siégeant également au conseil général du barreau québécois.

Juge[modifier | modifier le code]

Magistrat québécois[modifier | modifier le code]

Le , à l'âge de 47 ans, il devient juge à la Cour supérieure du Québec dans le district de Montréal. Il siège alors à la Chambre civile, à la Chambre commerciale et à la Chambre criminelle. Le , il accède à la Cour d'appel du Québec.

Cour suprême[modifier | modifier le code]

Il reste membre de la plus haute cour québécoise seulement quelques mois puisque le , le premier ministre Stephen Harper annonce sa nomination à titre de juge puîné de la Cour suprême du Canada[2]. Cette nomination est confirmée par la Chambre des communes, puis par le gouverneur général David Lloyd Johnston le .

Le , le premier ministre Justin Trudeau annonce sa nomination comme juge en chef du Canada [3]. Il succède à la juge Beverley McLachlin, originaire de la Colombie-Britannique, précédemment en poste depuis 2000. Ce choix respecte la tradition d'alternance entre un juge du Québec, issu de la tradition du droit civil, et un juge d'une autre province, issu de la common law[4]. Il sera assermenté le par la gouverneure générale Julie Payette.

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Mérite du Barreau du Québec

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cour suprême du Canada, « Cour suprême du Canada - Biographie - Richard Wagner », (consulté le 13 décembre 2017)
  2. La Presse, 2012-10-02
  3. « Richard Wagner nommé juge en chef de la Cour suprême | MAXIME BERGERON | Actualités judiciaires », La Presse,‎ (lire en ligne)
  4. Zone Justice et faits divers - ICI.Radio-Canada.ca, « Richard Wagner, nouveau juge en chef de la Cour suprême », sur Radio-Canada.ca (consulté le 13 décembre 2017)