Richard Ramos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramos.

Richard Ramos
Illustration.
Richard Ramos en juin 2017 à l'Assemblée nationale.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 25 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 6e circonscription du Loiret
Législature XVe
Prédécesseur Valérie Corre
Vice-président de la Communauté de communes des Loges
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 14 jours)
Élection
Président Jean-Pierre Garnier
Conseiller municipal de Fay-aux-Loges
En fonction depuis le
(10 ans, 6 mois et 25 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Blois (France)
Nationalité Français
Parti politique MoDem
Profession Autre cadre (secteur privé)

Richard Ramos, né le à Blois en France, est un homme politique français. Il est l'actuel député de la 6e circonscription du Loiret[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant à Blois, il prend la tête de la contestation contre le projet de loi Devaquet dans son université. Il s'engage avec le MoDem en 2008.

Conseiller municipal[modifier | modifier le code]

Son premier mandat d'élu à Fay-aux-loges est mouvementé. Richard Ramos, alors vice-président du Sictom, propose une redevance incitative pour le ramassage des ordures. Pétition, manifestation : la colère monte dans plus de 60 communes et le Sictom renonce à son projet[2].

Député de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Il devient député à l'assemblée nationale en 2017 dans sa circonscription du Loiret.

Le 11 février 2018, sur l'émission C politique de France 5, il reprend la légende urbaine du tract de Villejuif et dénonce l'acide citrique (E330) comme cancérigène alors que c'est un composant naturel que l'on trouve dans les agrumes[3]. Il reconnaît par la suite avoir commis une erreur durant cette émission d’une heure mais promet de continuer à combattre la malbouffe[4].

Il s’implique beaucoup sur la question du lobbying auprès des législateurs[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]