Richard Ramos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramos.

Richard Ramos
Illustration.
Richard Ramos en juin 2017 à l'Assemblée nationale.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(2 ans, 7 mois et 25 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 6e circonscription du Loiret
Législature XVe
Groupe politique MoDem
Prédécesseur Valérie Corre
Vice-président de la Communauté de communes des Loges
En fonction depuis le
(3 ans et 13 jours)
Élection
Président Jean-Pierre Garnier
Conseiller municipal de Fay-aux-Loges
En fonction depuis le
(11 ans, 10 mois et 25 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Blois (Loir-et-Cher)
Nationalité Française
Parti politique MoDem
Profession Autre cadre (secteur privé)

Richard Ramos, né le à Blois en France, est un homme politique français. Il est l'actuel député de la 6e circonscription du Loiret.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pied-noir d'Algérie rapatrié en 1962, Richard Ramos nait à Blois le 23 mars 1968 et assiste aux conseils municipaux de sa ville natale alors qu'il est adolescent et aide aussi son père à coller des affiches de l’UDF lors des campagnes électorales, parti qu'il refuse lui-même de rejoindre le considérant « trop bourgeois »[1].

Après obtenu un bac B (économie), il quitte le giron familial et occupe un emploi de serveur dans un café-brasserie de Blois, « La Tocade »[1].

En 1988, il décide avec deux amis de créer une agence de communication, proposant aux restaurants du Centre-Val de Loire de traduire leurs menus en langues étrangères. Au tarif d'un franc le mot, la société est rentable. Mais, une dizaine d’années plus tard, une mésentente avec un associé provoque sa liquidation judiciaire[1] il est à préciser que c'est surtout parce que ses fournisseurs ou sous-traitants (notamment imprimeurs) n'étaient pas payés, l'obligeant à en trouver toujours de nouveau que la société "Impulsion" a été liquidée.

Il a participé à diverses créations d'entreprises qui ne duraient pas, notamment FACCIA en 1994, dont la gérante était sa femme Véronique THIRION (pour éviter d'être exposé suite à la liquidation d'Impulsion), qui a déclenché sa liquidation lorsqu'un des associés à découvert l'existence d'un chèque client (règlement d'une facture FACCIA) surchargé au niveau du bénéficiaire ou il avait ajouté son nom: FACCIA RAMOS, il avait même ouvert un compte à la CAISSE D'EPARGNE (grâce à un ce ses amis de la Jeune Chambre Economique) à cet effet pour encaisser ce chèque.

C'est à cette époque qu'il a développé son obsession politique en disant : « il faut une stratégie, se faire élire à des petits mandats (communaux, etc), se créer un tissus de relations utiles dans ce domaine, puis se faire élire député pour finir sénateur (la ou l'on est indéboulonnable et ou la cantine est bonne) ».

Passionné par l’alimentation et l’agriculture, il a été chroniqueur gastronomique à la télévision, sur France 3 Centre Val de Loire[2].

Conseiller municipal[modifier | modifier le code]

Son premier mandat d'élu à Fay-aux-loges est mouvementé. Richard Ramos, alors vice-président du Syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères (Sictom) local, propose une redevance incitative pour le ramassage des ordures. Le projet est alors mis en place[3].

Député de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Lors de la vague macroniste, il devient député à l'Assemblée nationale en 2017, élu dans la sixième circonscription du Loiret.

En profitant de l'étiquette La République en Marche (qu'il n'aura pas pu garder suite à analyse du comité d'éthique du parti), Il devient député à l'Assemblée nationale en 2017, élu dans la 6e circonscription du Loiret, "on a tous été dans la vague, j'ai été député sur un malentendu" avoue-t-il dans un interview pour justifier cette expulsion, c'est normal il avait tout fait pour cela et c'était sa seule chance de passer, opportunisme quand tu nous tiens.

A l’Assemblée nationale, il milite pour faire adopter une loi permettant aux restaurateurs de mettre des pré-enseignes dans leurs communes. Sur le sujet de l'alimentation, il défend par ailleurs des positions allant au-delà des clivages politiques traditionnels, ayant notamment été soutenu par les députés La France insoumise (LFI) et Les Républicains (LR)[4].

Il s’implique beaucoup sur la question du lobbying auprès des législateurs[5]. Il ne prends aucun risque (tant sur les sujets que dans les actes), mais applique les règles de base qu’il avait apprises lors de son passage dans la communication : faire parler de sois – en bon ou en mauvais – du moment que l’on est en vue, dans l’objectif d’être élu là ou ailleurs (avec l’argent public).

Le 11 février 2018, sur l'émission C politique de France 5, il dénonce l'acide citrique (E330) comme cancérigène alors que c'est un composant naturel que l'on trouve dans les agrumes4. Il reconnaît dans l’émission suivante avoir commis une erreur durant cette émission d’une heure mais promet de continuer à combattre la malbouffe5. et les mauvais additifs alimentaires.

Il a aussi su se faire remarquer par son franc parler lors des revendications portées par les Gilets jaunes(dialogue de sourd avec un gilet jaune lors d’une émission) avec cette incompréhension qui caractérise certains politiciens détachés de la réalité dont personne ne veux. Régulièrement invité à débattre sur les plateaux et dans LCI avec David Pujadas, il est apprécié pour sa franchise, surtout lors de l’émission « La Grande Explication » diffusée le 28 novembre sur LCI.

Le 12 décembre 2018, il devient secrétaire général adjoint du MoDem. À ses débuts en politique, il avait dit « il vaut mieux être important dans un petit parti que invisible dans un grand »(sa référence était la progression de François MITTERRAND).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Centre France, « 6e circonscription - Richard Ramos à la table des élus », sur www.larep.fr, (consulté le 22 juillet 2019)
  2. « Loiret : Richard Ramos, un député aux petits oignons pour les agriculteurs », sur www.magcentre.fr, (consulté le 28 février 2019).
  3. « Qui est Richard Ramos, le nouveau député MoDem de la 6e circonscription du Loiret ? », sur France bleu,
  4. Centre France, « Politique - Le député du Loiret Richard Ramos (MoDem) en froid avec ses amis macronistes », sur www.larep.fr (consulté le 2 janvier 2019)
  5. Le député Richard Ramos dénonce l'influence des lobbies au sein de l'Assemblée nationale, France 3 Centre Val de Loire, 13 juin 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]