Richard Rado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rado.
Richard Rado
Description de cette image, également commentée ci-après
Richard Rado, ca 1967 (coll. MFO[1])
Naissance
Berlin
Décès (à 83 ans)
Reading (Berkshire)
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Domaines Mathématiques
Diplôme Berlin et Cambridge
Directeur de thèse Issai Schur et G. H. Hardy
Étudiants en thèse David Daykin
Gabriel Andrew Dirac
Kenneth Gravett
Eric Charles Milner (en)
Renommé pour Théorème d'Erdős-Rado (de)
Théorème d'Erdős-Ko-Rado
Théorème de Rado
Paradoxe de Milner-Rado (en)
Graphe de Rado (en)
Distinctions Prix Senior Berwick (1972)

Richard Rado (1906-1989) est un mathématicien allemand qui a principalement travaillé en combinatoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Rado était originaire de Budapest. L'adolescent aurait pu faire une carrière de pianiste mais choisit de devenir mathématicien. Il étudia d'abord à Berlin et à Göttingen et obtint en 1933 son doctorat, sous la direction d'Issai Schur[2]. La même année, à la suite de la prise du pourvoir en Allemagne par les nazis, il émigra en Grande-Bretagne. Boursier à Cambridge (Fitzwilliam House), il y fut influencé par G. H. Hardy, J. E. Littlewood, Bernhard Neumann, Abram Besicovitch et Philip Hall. En 1935, il obtint une seconde thèse, dirigée par Hardy[2]. Il fut aussi en contact avec Harold Davenport et Hans Heilbronn. Lecturer à Cambridge, il y rencontra Paul Erdős, avec qui il publia[3] une série d'articles en combinatoire et théorie des graphes. Il passa en 1936 à l'université de Sheffield, où il fut collègue et ami de Leonid Mirsky (en), puis en 1947 au King's College de Londres, avant d'occuper une chaire à l'université de Reading, de 1954 jusqu'à sa retraite en 1971.

Il était marié depuis 1933 avec Luise Zadek, avec qui il eut un fils. Le couple se produisait dans des manifestations musicales, elle chantant et lui l'accompagnant au piano.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Rado a fondé avec Erdős le calcul des partitions en théorie de Ramsey. Dès sa thèse de 1933, il traitait de questions apparentées à cette théorie, à partir du théorème de van der Waerden. Il a ensuite travaillé sur la théorie des graphes, le lemme des mariages de Hall et la théorie des matroïdes. D'après la description par Erdős de leur collaboration, lui-même excellait à découvrir des cas particuliers intéressants, tandis que la spécialité de Rado était de les généraliser de façon optimale[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Rado a reçu en 1972 le prix Senior Berwick.

En 1978, il a été élu membre de la Royal Society[5].

En 1981, il a été fait docteur honoris causa de l'université libre de Berlin.

Il a été orateur invité au Congrès international des mathématiciens de 1974 à Vancouver (Families of Sets) ainsi qu'en 1962 (A theorem on vector spaces), 1954 (A Partition Calculus) et 1936 (Some recent results in combinatorial analysis).

Le prix Richard Rado (de) pour la meilleure thèse en mathématiques discrètes[6], attribué tous les deux ans par la Deutsche Mathematiker-Vereinigung, honore son nom.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Richard Rado » (voir la liste des auteurs).
  1. Autres photos
  2. a et b (en) Richard Rado sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  3. Son nombre d'Erdős est donc 1.
  4. « I was good at discovering perhaps difficult and interesting special cases and Richard was good at generalising them and putting them in their proper perspective. » (en) P. Erdős, « My joint work with Richard Rado », dans C. Whitehead, Surveys in combinatorics, 1987: Invited Papers for the Eleventh British Combinatorial Conference, CUP, coll. « London Mathematical Society Lecture Note Series » (no 123), (ISBN 978-0-521-34805-8, lire en ligne), p. 53-80
  5. (en) C. A. Rogers, « Richard Rado. 28 April 1906-23 December 1989 », Biogr. Mems Fell. R. Soc. (en), vol. 37,‎ , p. 412-426 (DOI 10.1098/rsbm.1991.0021)
  6. (de) « Richard-Rado-Preis für die beste Dissertation in Diskreter Mathematik », sur Philipps-Universität Marburg,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) L. Mirsky (éd.), Studies in pure mathematics. Papers in combinatorial theory, analysis, geometry, algebra, and the theory of numbers; presented to Richard Rado on the occasion of his 65th birthday, Academic Press, (ISBN 978-0-12-498450-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]