Richard Mille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Richard Mille
logo de Richard Mille

Création 2001
Personnages clés Richard Mille
Dominique Guenat
Lucien Tissot
Forme juridique Société anonyme
Siège social Rue du Jura 11
2345 Les Breuleux
Drapeau de Suisse Suisse
Direction Richard Mille
Activité Horlogerie de luxe
Produits Montres
Société mère Horométrie SA
Sociétés sœurs ProArt, VMDH
Effectif 190
Site web richardmille.com

Chiffre d'affaires 260 millions de francs suisses (2017)

Richard Mille est une marque de montres suisse du Groupe Richard Mille, fondée en 2001 par Dominique Guenat et Richard Mille, aux Breuleux en Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Richard Mille et Dominique Guenat

Richard Mille est l'ancien directeur général de la division horlogerie du joaillier Mauboussin[1] qu'il quitte en 1998 à la suite d'un désaccord sur la stratégie commerciale de la marque de la Place Vendôme dont il est actionnaire[2].

Fin 1998, il propose son projet à son ami Dominique Guenat[2], propriétaire des Montres Valgine[3], qu'il a rencontré en 1988 lorsqu'il travaillait à Besançon pour la Compagnie Générale Horlogère (CGH), et avec qui il a participé à la réalisation de montres pour Mauboussin. Richard Mille et Dominique Guenat établissent leur projet d'une marque Richard Mille, en association avec Guenat (et Audemars Piguet[4]). Puis ils créent Horométrie SA[3], leur société d'exploitation de la marque Richard Mille inscrite le au registre du commerce Suisse, en collaboration avec la manufacture d'horlogerie Suisse Audemars Piguet qui est ensuite entrée au capital de Richard Mille en 2007 à hauteur de 10 %[5].

La première montre, le RM 001 Tourbillon est créée en 2001, la RM 002 en 2002, une évolution du premier modèle avec une réserve de marche de 70 heures[6],[7]. Puis viennent différents modèles, la RM 003, puis en 2003 le chronographe à rattrapante RM 008 qui possède une seconde aiguille des secondes pour mesurer des temps intermédiaires pendant que l'aiguille principale des secondes continue sa course (fonction utilisée dans les courses automobiles prendre les temps de plusieurs véhicules)[8], et en 2005 la RM 007, 1re montre de la collection pour femme[9].

Développement[modifier | modifier le code]

En 2007, la marque fait son entrée à la Fondation de la Haute Horlogerie[10],[11]. À la suite de la vente du fournisseur de boîtiers Donzé-Baume au groupe de luxe suisse Richemont en 2007, la marque entreprend d'usiner ses propres boîtiers et certains des composants de ses montres[12]. En août 2011, Richard Mille parraine la Dragon's Heart Foundation de l'acteur de cinéma Jackie Chan[13].

En , Richard Mille et Dominique Guenat rachètent 90 % des parts de l'entreprise « Prototypes Artisanals SA », 10 % restant à Alain Varrin, l'ancien directeur. L'entreprise fondée par Marco Poluzzi devient « ProArt » et travaille comme sous-traitant exclusif de la marque. ProArt s'installe dans un bâtiment de 3 000 m2 construit aux Breuleux, pour la réalisation des boîtiers et prototypes de montres[14].

En 2014, le groupe Richard Mille reprend les Éditions Cercle d'Art. La maison d'édition décide de recentrer ses activités sur le livre d'art de prestige. En même temps, elle publie désormais des ouvrages sur l'horlogerie, l'architecture, la photographie, le design, la gastronomie ou bien encore l'automobile[15].

Le , Richard Mille annonce son retrait du salon international de la haute horlogerie (SIHH) de Genève après l'édition 2018, tout comme son actionnaire Audemars Piguet[16],[17].

La société dispose de plusieurs boutiques aux États-Unis, dont la plus grande ouverte à New York[18] en [19]. Sa façade de 10 mètres laisse apparaître une sculpture de verre évoquant le mouvement tourbillon de la RM 008, l'ensemble pesant 16 700 kg[20].

Technologie[modifier | modifier le code]

La marque utilise des matériaux issus de l'aéronautique, la Formule 1 ou la chirurgie tels que le titane grade 5[21], le LITAL[22], le carbone TPT ou le graphène[23]. Elle collabore avec North Thin Ply Technology, une entreprise de fabrication de matériaux pré-imprégnés, pour l'utilisation de carbone NTPT et Quartz TPT[24]. La RM 002 utilise pour la première fois dans l'horlogerie l'ARCAP pour ses propriétés anti-magnétiques et sa résistance à la corrosion[25].

Résistance aux chocs[modifier | modifier le code]

L'étude de la résistance aux chocs permet d'augmenter la rigidité des platines et des mouvements en limitant les frottements. Grâce à une platine monocoque squelettée en carbone TPT le tourbillon RM 27-03 peut résister à des chocs de 10 000 g[26],[27].

Le , lors de l'accident de Formule 1 de Felipe Massa, au cours des qualifications du Grand Prix automobile de Hongrie 2009[28], celui-ci portait une RM 006 sortie indemne après un crash survenu à près de 200 km/h[29].

Légèreté[modifier | modifier le code]

Dans l'horlogerie traditionnelle de luxe, la valeur d'une montre se détermine en fonction de son poids. Or, grâce aux technologies modernes et aux matériaux de haute technologie, les montres de la marque sont à l'inverse très légères, comme le tourbillon à remontage manuel RM 27-01 Rafael Nadal, développé en 2013 avec le tennisman, qui ne pèse que 19 grammes[22] grâce à l'utilisation d'aluminium lithium pour son mouvement et de nanotubes de carbone pour son boîtier[30]. En 2017, la marque suisse présente au salon international de la haute horlogerie (SIHH 2017) la RM 50-03 McLaren F1, un tourbillon chronographe à rattrapante de 38 grammes[31], produite à 75 exemplaires commercialisés à un tarif supérieur à un million d'euros.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Groupe Richard Mille[modifier | modifier le code]

Le marque de montres fait partie du groupe homonyme qui est constitué des sociétés Horométrie SA (distribution), Guenat SA Montres Valgine (études et assemblage), ProArt (composants), VMDH (décoration)[32], et les Éditions Cercle d’Art (livres et documentations). En 2019, le groupe emploie 190 collaborateurs[33].

Horométrie SA[modifier | modifier le code]

Horométrie SA est la société d'exploitation de la « marque Richard Mille », créée par Richard Mille et Dominique Guenat en 2001[3], assurant également la distribution et le service après-vente dans le monde entier.

Guenat SA - Montres Valgine[modifier | modifier le code]

La totalité des montres sont développées et produites en Suisse par la manufacture horlogère Guenat SA - Montres Valgine (GMV), aux Breuleux[33],[12].

ProArt[modifier | modifier le code]

Les boîtiers ainsi que certains composants de mouvements, comprenant les platines, les ponts, les vis et certaines roues sont entièrement fabriqués par ProArt, l'entreprise d'usinage du groupe Richard Mille aux Breuleux[14].

VMDH[modifier | modifier le code]

VMDH (Vital Morel Décalque Horlogère), installée à La Chaux-de-Fonds en Suisse, à 25 km des Breuleux, est l'entreprise spécialisée dans la décalque et la décoration de pièces constitutives du mouvement horloger (galvanoplastie, électroplastie ...)[32]. L'entreprise produit la totalité des cadrans et rehauts de la marque Richard Mille ainsi qu'une partie des aiguilles, et gère l'application des pigments phosphorescents de « SuperLuminova »[34].

Implantation géographique[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La marque horlogère Richard Mille est installée dans le Jura Suisse, dans la commune des Breuleux[35], au sein de l'entreprise Montres Valgine.

Distribution[modifier | modifier le code]

Horométrie assure la distribution de la marque dans le monde répartit en quatre zones :

  • RM EMEA pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique
  • RM USA pour l'Amérique du Nord et du Sud
  • RM JAPAN pour le Japon
  • RM ASIA pour l'Asie du Sud-Est

Succursales[modifier | modifier le code]

Pays Ville
Amérique du Nord
Drapeau du Canada Canada Toronto
Drapeau des États-Unis États-Unis Las Vegas (Nevada)
Beverly Hills (Californie)
Aspen (Colorado)
New York (État de New York)
Miami (Floride)
Bal Harbour (Floride)
Amérique du Sud
Drapeau de l'Argentine Argentine Buenos Aires
Europe
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Munich
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Londres
Drapeau de la France France Paris
Saint-Barthélemy (Antilles françaises)
Drapeau de l'Italie Italie Milan
Porto Cervo (Sardaigne)
Drapeau de Monaco Monaco Monaco
Drapeau de la Suisse Suisse Genève (2 boutiques)
Drapeau de la Turquie Turquie Istanbul
Pays Ville
Moyen-Orient
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite Djeddah
Riyadh
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis Abou Dabi (Émirat d'Abou Dabi)
Dubaï (Émirat de Dubaï)
Drapeau du Liban Liban Beyrouth
Drapeau du Qatar Qatar Doha
Asie
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Shanghai
Macao
Hong Kong (2 boutiques)
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Séoul
Drapeau de l'Indonésie Indonésie Jakarta
Drapeau du Japon Japon Tokyo
Osaka
Drapeau de la Malaisie Malaisie Kuala Lumpur
Drapeau de Singapour République de Singapour Singapour (3 boutiques)
Drapeau de Taïwan Taïwan Taipei
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam Hanoï

Ventes et chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

Montre RM 030

La marque annonce pour 2018 la vente de 4 600 montres avec un prix unitaire moyen de 180 000 €[17], mais un chiffre d'affaires de 300 millions de francs suisses en 2018[36],[37].

Les ventes mondiales en 2015 étaient de 30 % en Asie du Sud-Est, 10 % au Japon, 30 % en Europe et Moyen-Orient et 30 % en Amérique[38].

La croissance des ventes est de 15 % par an en moyenne depuis le lancement de la marque, avec un total de 32 000 montres vendues de 2001 à 2017[39],[33]. Mais en 2020, à la suite de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19, les ventes sont retombées avec 4 300 montres vendues sur l'année[40].

Sponsoring et marketing[modifier | modifier le code]

La marque Richard Mille a conclu de nombreux partenariats avec des entreprises du secteur du luxe, de l'automobile ou encore du sport de haut niveau. Richard Mille investit 2,5 % de son chiffre d'affaires dans ses partenariats, soit un budget de sponsoring de 4,5 millions d'euros en 2019[41]. En 2016, ses dépenses de marketing sont de 45 millions de francs suisse, pour un chiffre d'affaires de 225 millions[37].

Aéronautique[modifier | modifier le code]

Richard Mille et Airbus Corporate Jets ont conclu un partenariat en 2016, et la marque a dévoilé la montre tourbillon RM 50-02 ACJ, conçut avec des matériaux provenant de l'industrie aéronautique, tels que les nanofibres de carbone ou l'alliage titane-aluminium (TiAl) qui est un revêtement ultrarésistant qui recouvre les pales des turbines d'avions[42]. Ils récidivent en 2019 avec la RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ[43].

Nautique[modifier | modifier le code]

En 2006, Richard Mille lance un partenariat avec le fabricant de yachts italien Perini Navi et la marque horlogère devient le chronométreur officiel de la Perini Navi Cup. À ce titre, elle lance les montres RM 014 Tourbillon Perini navi en 2006 et RM 015 Tourbillon Perini navi en 2007. En 2007, Ian Williams, navigateur britannique, a remporté la 3e édition de la Monsoon Cup sous les couleurs Richard Mille, dernière épreuve du World Match Racing Tour à Kuala Terengganu en Malaisie, et devient champion du monde de Match-Race[44].

Depuis 2010, la marque de montres est partenaire des Voiles de Saint Barth avec la « Richard Mille Maxi Cup »[45].

Sport[modifier | modifier le code]

Polo Club de Chantilly à Apremont

En , Richard Mille a créé la Richard Mille Polo Team, une équipe de polo composée du Prince Bahar de Brunei, du britannique Max Routledge et des argentins Pablo Mac Donough et Alejandro Muzzio[46].

Depuis 2013, Richard Mille est partenaire de l'Open de France Féminin de golf du Lacoste Ladies Open[47].

La marque horlogère est aussi partenaire et sponsor du Polo Club de Chantilly, premier centre de polo d'Europe occidentale situé à Apremont dans l'Oise, dont il est le chronométreur officiel[48]. Richard Mille devient de plus chronométreur officiel de l'Open de France de Polo en 2011 et du Polo Club de Saint-Tropez en 2013[49]. L'horloger dispose de sa propre équipe de polo qui remporte le St.Regis World Snow Polo Championship en décembre 2019[50] et la World Polo League Founder's Cup en mars 2021[51].

En , la société annonce un partenariat de trois ans avec le Paris Saint-Germain Football Club[52] et lance la montre RM 030 Paris Saint-Germain limitée à 100 exemplaires. Elle est dotée d'un boîtier en céramique bleue (TZP) et quartz rouge (TPT)[53].

Art[modifier | modifier le code]

En 2018, Richard Mille conclu un partenariat avec la plateforme mondiale d'art moderne et contemporain londonienne Frieze, qui possède trois magazines (Frieze, Frieze Masters et Frieze Week) et quatre expositions internationales d'art (Frieze London, Frieze Masters, Frieze New York et Frieze Los Angeles)[15].

Puis en 2019, la marque horlogère signe un partenariat de trois ans avec le Palais de Tokyo pour soutenir l'art contemporain dans la capitale française[54].

Automobile[modifier | modifier le code]

Concours d'élégance de Chantilly.

Dès ses débuts la marque horlogère s'associe à des événementiels consacrés à l'automobile et la compétition, ses fondateurs Richard Mille et Dominique Guenat étant passionné et collectionneurs d'automobiles historiques et de compétition.

En 2002, Richard Mille devient partenaire du Le Mans Classic, une rétrospective d'automobiles de compétition qui se déroule sur le circuit des 24 Heures du Mans[55].

En 2014, Richard Mille contribue à la création d'un événementiel consacré aux concours d'élégance automobile, le Chantilly Arts & Elegance Richard Mille[56].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Linda Benotmane, « Portrait. Qui est Richard Mille, ce Rennais qui vend ses montres aux sportifs et aux milliardaires ? », Ouest-France,
  2. a et b « Richard Mille », Le Point
  3. a b et c « Richard Mille », sur http://www.horlogerie-suisse.com (consulté le ).
  4. « Audemars Piguet (Renaud et Papi) SA - Sur 2'800 m2 au Locle », Fédération de l'industrie horlogère suisse, .
  5. Bastien Buss, « Audemars Piguet s'empare de 10% de Richard Mille », Le Temps,
  6. « RM002 », Le Point, (consulté le )
  7. La montre RM 002 sur leguidedesmontres.com
  8. « RM 008-V2 Felipe Massa RG », WorldTempus
  9. Christophe Roulet, « Richard Mille, un univers (aussi) féminin », FHHJournal,
  10. « Histoire - Richard Mille », Haute Horlogerie
  11. Ina Chong, « Visite du QG suisse de Richard Mille, l'horloger ultraluxe », sur thegoodlife, (consulté le )
  12. a et b Ina Chong, « Visite du QG suisse de Richard Mille, l'horloger ultraluxe », Thegoodlife.thegoodhub.com, (consulté le ).
  13. (en) Richard Mille supports Jackie Chan Dragon's Heart Foundation, Great Reporter, 8 août 2011
  14. a et b Jean-René Gonthier, « Un sous-traitant exclusif », MSM.ch, (consulté le )
  15. a et b Le Point Montres, « Richard Mille et Frieze, pour l'amour de l'art », Le Point,
  16. (en) Anthony DeMarco, « Richard Mille, Audemars Piguet To Leave SIHH After 2019 », sur Forbes (consulté le )
  17. a et b Judikaël Hirel, « Audemars Piguet et Richard Mille vont faire bande à part », Le Point,
  18. (en-US) Michael Young, « Central Park Tower Surpasses 432 Park Avenue to Become The Tallest Residential Building in The Western Hemisphere », sur New York YIMBY, (consulté le )
  19. « Richard Mille ouvre sa plus grande boutique au monde à New York », (consulté le ).
  20. (en) Paige Reddinger et Paige Reddinger, « Richard Mille Debuts Its Largest Flagship Worldwide », sur Robb Report, (consulté le )
  21. Judikael Hirel, « Une Richard Mille martienne signée Pharrell Williams », Le Figaro,
  22. a et b Vincent Daveau, « Richard Mille Tourbillon RM 27-01 Rafael Nadal, perfection sous tension », L'Express,
  23. Marie de Pimodan-Bugnon, « Des montres de catégorie poids plume », Le Temps (quotidien suisse),
  24. « Les nouveaux matériaux de Richard Mille », sur www.luxe-magazine.com, (consulté le )
  25. « RM 031 Haute Performance », My-watchsite.fr, (consulté le ).
  26. La Cote des Montres, « Tourbillon RM 27-03 Rafael Nadal : Un tourbillon hors normes », sur http://www.lacotedesmontres.com, (consulté le ).
  27. « La Montre Tourbillon RM 27-03, L'Icône Signé Richard Mille Pour Rafael Nadal », sur http://www.icon-icon.com, (consulté le ).
  28. « Felipe Massa sorti du coma mais dans un état grave », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le )
  29. Christophe Roulet, « L'art du contrepoint », HH Journal, (consulté le ).
  30. Le Point Montres, « Rafael Nadal, la "decima", avec sa montre à 650 000 euros », Le Point,
  31. « Au poignet : l'incroyable RM 50-03 McLaren F1 », sur http://www.leguidedesmontres.com, (consulté le ).
  32. a et b Fabrice Eschmann, « Richard Mille : un outil de production en perpétuelle évolution », HH Journal,
  33. a b et c « Richard Mille agrandit sa manufacture », Fédération de l'industrie horlogère suisse, (consulté le )
  34. « Pigments phosphorescent pour l'industrie horlogère », sur http://www.rctritec.com (consulté le ).
  35. « Il fait fortune avec ses montres à 200 000  », Ouest-France, .
  36. « Richard Mille, ascension perpétuelle pour une marque star », Agefi, .
  37. a et b « Richard Mille: chiffre d'affaires en hausse de 20 % », Tribune de Genève, .
  38. « Richard Mille augmente chiffre d'affaires et production en 2015 », ArcInfo, .
  39. Interview : WA/SG, « Richard MILLE, CEO R.Mille - En croissance linéaire depuis 2001 », Watch-around.swiss, (consulté le ).
  40. Christophe Roulet, « Richard Mille bientôt dans le club des marques milliardaires », sur journal.hautehorlogerie.org,
  41. Olivier Müller, « Les Mille amis de Richard », WorldTempus, (consulté le ).
  42. Pauline Castellani, « Richard Mille: quinze ans de succès », Le Figaro date=17 mai 2016.
  43. Hervé Gallet, « Une montre hors norme pour des vols d'exception », Le Point, .
  44. « Monsoon Cup : le bateau sponsorisé par Richard Mille gagne la course », Montres-de-luxe.com, (consulté le ).
  45. « Les Voiles de Saint-Barth signées Richard Mille », Le Point,
  46. « Entrée dans l'univers du polo », WorldTempus, .
  47. « Partenaires Lacoste Ladies Open de France », Opendefrancefeminin.fr (consulté le ).
  48. « Richard Mille : chronométreur du Polo de Chantilly », Montres-de-luxe.com, (consulté le ).
  49. « Une montre Polo Club de St-Tropez », WorldTempus, .
  50. (en) Richard Mille defends title & captures St. Regis World Snow Polo Championship, US Polo, 23 décembre 2019
  51. (en) Richard Mille Captures World Polo League Founder’s Cup Title, Polo +10, 17 mars 2021
  52. Alexandre Bailleul, « L'horloger Richard Mille devient Fournisseur Officiel du PSG », sur www.sportbuzzbusiness.fr, (consulté le ).
  53. « Une star (trop) discrète au Paris Saint-Germain », Le Point, .
  54. « Richard Mille s'invite au palais de Tokyo », Le Point, .
  55. fhs, « Richard Mille soutient Le Mans Classic », sur fhs.swiss, (consulté le )
  56. « Concours d'élégance automobile orchestré par Richard Mille », Journal du luxe, .
  57. « Le palmarès 2007 », Fondation du grand prix d'horlogerie de Genève.
  58. « Une montre de vingt grammes lauréate du prix de l'excellence et de l'innovation », Radio fréquence Jura, .
  59. Boris Poupet, « Richard Mille RM 035 Rafael Nadal certifiée Chronofiable : Une technique récompensée », Luxe.net, (consulté le ).
  60. « Richard Mille récompensé pour ses matériaux innovants aux JEC Awards », sur https://www.sojh.ch, (consulté le ).
  61. « Richard Mille récompensé », Radio fréquence Jura, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]