Richard Maguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Richard Maguet
Maguet-Selfportrait.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître

Richard Maguet, né le à Amiens et décédé le à Sully-sur-Loire, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1913, il se rend pour la première fois à Paris « pour y gagner sa vie et peindre ». C'est son maître le sculpteur Albert Roze (1861-1952) qui l'envoie alors vers le peintre Berthold Mahn (1885-1975) avec qui il va travailler et qui deviendra l'un de ses meilleurs amis. Le 15 avril 1915, il est engagé dans la Première Guerre mondiale où il participe à la Bataille de Verdun. Il obtiendra la Croix de Guerre.

En 1919, il est démobilisé et retourne à Paris où il travaille dans l'imprimerie. L'année suivante, il épouse Lucienne.

En 1922, il réalise plusieurs dessins humoristiques et publicités illustrées pour des journaux. Il dessine également des maquettes de costumes pour Marthe Ray. Il présente ses premières expositions au Salon d'automne et au Salon des indépendants. Naissance de son Fils Bernard.

En 1928, il fait plusieurs séjours dans l'Yonne notamment à Cravant, puis à Boulogne-sur-Mer avec Eugène Corneau (1894-1976) et Jean Launois (1898-1942). L'année suivante, il retourne dans l'Yonne à Valloux.

En 1930, il est nommé sociétaire du Salon d'Automne.

En 1932, il visite Nîmes, Arles, Saintes-Maries-de-la-Mer et Saint-Rémy-de-Provence. Ils partent pour l'Algérie, où il séjourne à la Villa Abd-el-Tif et Il obtient le Prix Abd-el-Tif avec le sculpteur Marcel Damboise.

En 1933, Lucienne son épouse décède d'une crise cardiaque. Il voyage au Maroc suivi l'année suivante d'un voyage dans le sud algérien puis retourne au Maroc.

En 1935, il rentre à Paris. Il épouse en secondes noces Denise Titre, arrière-petite fille d'Elisée Reclus, géographe français. Elle publiera une monographie de Richard.

En 1938, après avoir peint La Pêche et Les Dormeurs, il obtient la bourse des Amis de Saint-Paul-de-Vence.

En 1939, il s'engage pour défendre la France. Fin septembre 1940, on apprendra sa mort survenue le 16 juin à Sully-sur-Loire sous les bombardements. Il repose dans le Carré des Soldats morts pour la France à Saint-Père-sur-Loire. Son ami Marcel Damboise réalisera sa stèle funéraire.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1922 : Salon d'automne et Salon des Indépendants
  • 1924-1925 : la Maison Blanc
  • 1925-1926 : Galerie André (Charles Fegdal préface sa première exposition particulière)
  • 1927 : Salon des Tuileries.
  • 1928 : exposition particulière Galerie Eugène Blot.
  • 1932 : exposition particulière Galerie Vildrac.
  • 1935 : exposition particulière Galerie Bernier. Il envoie Paysage Algérien et Mauresque au Pavillon Marsan de l'exposition sur l'Afrique française,
  • 1936 : expose Les Femmes d'Alger au salon d'automne. Exposition particulière chez Marcel Bernhiem.
  • 1937 : Nature Morte aux Raisins, L'Atelier. Deuxième exposition chez Marcel Bernhiem. Envoie Fenêtre sur Alger à l'Exposition Universelle de Paris. Expose des dessins à la Galerie Balcon.
  • 1938 : expose aux Artistes de ce Temps au Petit Palais. Envoie Le Ravin de la femme Sauvage au Comtemporaty Art of Seventy-nine Countries à New-York. Expose à Prague et West La Have (Canada) Les Femmes d'Alger et La Nature morte à la Chéchia.
  • 1939 : peint La Résurrection de Lazarre qui sera exposée au deuxième Salon d'automne de 1940. Envoie L'été et Les Jeunes Gens à l'Exposition d'Arrhus (Danemark). La Nature morte à la Chéchia et une aquarelle de Touggourt figurent aux Artistes de l'Empire Français à Paris. Expose Galerie Effinger, La Haye (Hollande). Envoie La Nature Morte aux Trois Pipes à l'exposition Internationale de New-York. Fait partie du groupe Le retour à la terre Exposition particulière chez Rodrigues.

Expositions réalisées depuis la mort de Maguet[modifier | modifier le code]

  • 1941 : Rétrospective des œuvres au Salon d'Automne.
  • 1949 : Galerie André Maurice, Paris.
  • 1950 : Exposition Afrique du Nord, Lisbonne.
  • 1953 : La peinture contemporaine Salon d'Automne.
  • 1955 : Galerie André Maurice
  • 1965 : Musée de Picardie, Amiens.
  • 1976 : 57 peintures, aquarelles et dessins, Ville de Toulouse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Cazenave, Albert Camus et le Monde de l'Art, avril 2009, Editions Fol'fer-Association Abd El Tif, (ISBN 978-2-35791-003-4)