Richard Lefebvre des Noëttes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Richard Lefebvre des Noëttes
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Distinction

Richard Lefebvre des Noëttes () est un officier français, historien des techniques. Il est connu pour sa thèse, aujourd'hui abandonnée, sur le lien entre la prétendue invention du collier d'épaule au Moyen Age et la disparition de l'esclavage.

Thèse sur l'attelage antique et médiéval[modifier | modifier le code]

En 1924 le commandant Lefebvre de Noëttes publia un ouvrage qui fit date « La Force animale à travers les âges » (Paris, Berger-Levrault) dans lequel il soulevait un problème particulier, celui de l’attelage et du cheval de selle. La seconde édition, parue en 1931, et intitulée « L'attelage, le cheval de selle à travers les âges, contribution à l'histoire de l'esclavage » fut préfacée par J.Carcopino[1]. Il développa également ses thèses dans une série d'articles parus dans le Mercure de France. Selon l'auteur, l'Antiquité aurait connu un collier d'attelage défectueux, dit « collier au garrot », qui rendait les gros transports impossibles et entraînait le recours au travail manuel, donc à l'esclavage. L'origine de l'esclavage se trouvait donc dans une déficience de la technique, son maintien entraîna un blocage des techniques, et tous les grands progrès seraient à reporter au Moyen Âge[2].

Aussi discutées que purent être par la suite les idées du commandant Lefèbvre des Noëttes, il semblait avoir ouvert une voie nouvelle, des perspectives et des explications inédites[3]. Si le fait même est aujourd’hui contesté, il n’en reste pas moins vrai qu’en liant mode d’attelage et disparition de l’esclavage, le commandant Lefèbvre des Noëttes avait compris qu’il existait une relation, entre système technique et système social[3]

En fondant essentiellement son étude de l’attelage sur une documentation iconographique, il contribua à redonner à l’histoire des techniques un intérêt certain. Un large public apprécia les illustrations variées autant que l'assurance du professionnel et la simplicité des thèses[1]. Si des études thématiques de techniques précises avaient déjà été réalisées à travers l’art (moulin mystique, pressoir mystique…), Lefebvre des Noëttes ouvrit la voie à des recherches analogues, telles que pour la construction des édifices[3].

Après la parution du livre du commandant Lefebvre, il y eut de nombreuses discussions sur les origines et la date de l’attelage moderne qui repose essentiellement sur le collier d’épaule, sur la bricole et sur le dispositif en file. L’ensemble a été présenté comme constituant un net progrès sur l’attelage antique que l'on imaginait gêner l’animal dans sa respiration. Lefebvre des Noëttes mentionne son apparition au XIe siècle et son développement rapide au XIIe siècle [3].

Pourtant les recherches récentes ont complètement invalidé les reconstitutions et les hypothèses avancées par le commandant Lefebvre. La conception qu'il avait des attelages antiques était erronée. Contrairement à ses hypothèses les attelages antiques se révèlent en fait divers et présentent une évolution historique, ils n'entraînaient pas nécessairement une gêne pour l'animal : l'attelage n'était pas un blocage technique[4].

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (43e division).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marie-Claire Amouretti. Le pain et l'huile dans la Grèce antique p 241
  2. C.Lefebvre des Noëttes, Mercure de France, mai 1932, février 1933
  3. a, b, c et d Histoire des techniques - Bertrand Gille
  4. M.-C. Amouretti, « L’attelage dans l’Antiquité. Le prestige d’une erreur scientifique », Annales, 1991, 46-1, p. 219-323

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Richard Lefebvre des Noëttes, La force motrice animale à travers les âges, Paris, Berger-Levrault, (lire en ligne).
  • Raymond Queneau, « Cdt. Lefebvre des Noëttes, L’Attelage », La Critique sociale, n° 7, janvier 1933, pp. 39-40 [lire en ligne].
  • (s. dir.), Bertrand Gille : Histoire des techniques, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1978 (ISBN 978-2-07-010881-7)
  • M. Molin, « Quelques considérations sur le chariot des vendanges de Langres (Haute-Marne) », Gallia, 42-1, 1984, p. 97-114 [lire en ligne].
  • Marie-Claire Amouretti, Le pain et l'huile dans la Grèce antique. De l'araire au moulin, Besançon, Les Belles Lettres, ALUB, (328), 1986. (ISBN 2-251-60328-X)
  • Marie-Claire Amouretti, « L’attelage dans l’Antiquité. Le prestige d’une erreur scientifique », Annales, 1991, 46-1, p. 219-323 [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]