Richard Kuklinski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard Kuklinski
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
TrentonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Richard Leonard KuklinskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
IcemanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Joseph Kuklinski (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Catholique non pratiquant (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Condamné pour

Richard Kuklinski ( - ) aussi connu sous le nom de Ice Man était un criminel et tueur à gages américain d'origine polonaise et irlandaise. Il travailla pour plusieurs familles mafieuses italo-américaines. Il a avoué avoir tué plus de cent personnes durant sa carrière qui a duré trente ans, et en a probablement tué environ 250. Il est mort de cause naturelle en 2006 en prison après avoir été condamné à deux peines à perpétuité. Il était le frère aîné de Joseph Kuklinski, lui-même violeur et meurtrier. La mort de cause naturelle a été remise en question. Il devait comparaître contre des parrains de la famille Gambino, qui auraient commandité son assassinat, et qui furent arrêtés par le FBI lors de l'opération « Old Bridge », début 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1935 à Jersey City dans le New Jersey, en banlieue de New York et élevé par un père violent et alcoolique, Richard Kuklinski commet son premier meurtre à treize ans[1], sur le caïd de sa classe. En 1973, il est recruté par la mafia. Son absence totale d'émotions et de remords lui permet de travailler avec les plus grandes familles mafieuses des États-Unis. Il devient grâce à sa carrure impressionnante — 136 kg pour 1,95 m — le tueur attitré de la famille Gambino.

Une de ses particularités était de filmer ses victimes en train de se faire dévorer vivantes par des rats, comme le lui demandaient ses commanditaires. Le surnom de "Ice Man" provient des policiers qui enquêtèrent sur lui ; ils le surnommèrent ainsi car Kuklinski maquillait l'heure de la mort des victimes en congelant leurs corps dans une chambre froide industrielle[2]. Avant de mourir en prison, Kuklinski a répondu aux questions des journalistes et ainsi livré ses secrets, permettant l'écriture de The Ice Man: Confessions of a Mafia Contract Killer (Confessions d'un tueur à gages).

Postérité[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • La bande dessinée Big K de Ptoma et Nicolas Duchêne raconte l'histoire de Frank Kielowski, personnage inspiré de Richard Kuklinski[3]
  • Le tueur à gage du thriller Il faut tuer Peter Pan de John Verdon s'inspire de Richard Kuklinski[4].

Documentaire[modifier | modifier le code]

Film[modifier | modifier le code]

Le film The Iceman d'Ariel Vromen, sorti en 2013, s'inspire de la vie de Kuklinski.

Lars von Trier fait référence à lui dans son film The House that Jack Built (2018).

Musique[modifier | modifier le code]

Le morceau Ice Man Confessions du groupe de deathcore Emmure est inspiré par Kuklinski.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Philip Carlo, The Ice man : confessions of a mafia contract killer [« Confessions d'un tueur à gages »], Sydney, HarperCollinsPublishers, (ISBN 978-0-7322-8496-1 et 0-7322-8496-1), p. 26, paragraphe 1, ligne 8, et couverture arrière
  2. Cf. Philip Carlo, Confessions d'un tueur à gages, K&B Éditeurs, 2008.
  3. « Big K - Trilogie intégrale »
  4. Stéphane Bourgoin, « Richard Kuklinski, "The Iceman" », émission L'Heure du crime sur RTL, 12 février 2015, 1 min 30 s.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philip Carlo, The Ice man : confessions of a mafia contract killer [« Confessions d'un tueur à gages »], New York, St. Martin's Paperbacks, , 544 p. (ISBN 978-0-312-93884-0 et 0312938845)

Articles connexes[modifier | modifier le code]