Richard Gwyn (martyr)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Richard Gwyn
Image illustrative de l’article Richard Gwyn (martyr)
Richard Gwyn, peinture de la Cathédrale Notre-Dame-des-Douleurs de Wrexham.
Saint - Martyr d'Angleterre et du pays de Galles
Naissance c. 1537
Décès   (47 ans)
Wrexham
Béatification 1929
par Pie XI
Canonisation
par Paul VI
Vénéré par Église catholique
Fête 17 octobre
25 octobre (Martyrs d'Angleterre et du pays de Galles)

Richard Gwyn, né vers 1537 dans le Montgomeryshire (Pays de Galles) et mort le à Wrexham (Pays de Galles), est un professeur et martyr catholique gallois, exécuté pour sa fidélité au pape sous le règne de la reine Élisabeth Ire. Membre des quarante martyrs d'Angleterre et du pays de Galles, il a été béatifié en 1929 par le pape Pie XI, puis canonisé en 1970 par le pape Paul VI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Conversion au catholicisme[modifier | modifier le code]

On sait peu de chose de la jeunesse de Richard Gwyn. Né vers 1537, il entre à l'Université d'Oxford vers 1556, mais ne termine pas ses études. Il entre ensuite à l'Université de Cambridge, où il est particulièrement marqué par la charité du Dr. George Bullock, professeur catholique contraint de démissionner dès 1558,en raison des lois anti-catholiques du début du règne de la reine Élisabeth Ire[1]. Gwyn arrête ses études et retourne au pays de Galles, où il devient enseignant dans la région de Wrexham. Il y épouse une femme nommée Catherine, avec qui il a six enfants[2].

Sa conversion au catholicisme est notée par l'évêque de Chester, qui fait pression sur lui afin qu'il se conforme à la foi anglicane. Gwyn cède sous les menaces mais, revenant à son domicile, il est attaqué par une nuée de corbeaux. Interprétant cet événement comme lié à la Providence divine, il retourne à la foi catholique.

Emprisonnement et martyre[modifier | modifier le code]

Richard Gwyn change régulièrement de domicile et d'école pour éviter les amendes et l'emprisonnement. Mais en 1579, il est arrêté par le vicaire de Wrexham, un ancien catholique soumis à l'anglicanisme. Il réussit toutefois à s'échapper et vit en fugitif pendant un an et demi, avant d'être de nouveau arrêté et emprisonné.

En , il est enchaîné devant la chaire de l'église de Wrexham, puis enfermé dans la réserve car il provoquait trop de bruit durant la messe. Il est également condamné à une amende de 280 £ pour avoir refusé d'assister aux services religieux anglicans et à une autre de 140 £ pour s'être débattu.

En 1583, Richard Gwyn ainsi que deux autres catholiques, John Hughes et Robert Morris, sont inculpés pour haute trahison. Morris est cependant reconnu innocent, et Hugues est gracié. Gwyn est quant à lui condamné à mort pour sa fidélité au pape et pour son « prosélytisme ». Il est alors pendu, traîné jusqu'à la potence et écartelé[3] sur le marché aux bêtes de Wrexham, le [1],[2].

Vénération[modifier | modifier le code]

Béatifié en 1929 par le pape Pie XI, il est canonisé le par le pape Paul VI, en même temps que les autres martyrs d'Angleterre et du pays de Galles. Il est célébré individuellement le 17 octobre mais aussi le 25 octobre en tant que martyrs d'Angleterre et du pays de Galles[1]. Ses reliques sont exposées en la cathédrale Notre-Dame-des-Douleurs de Wrexham.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Le martyrologe romain fait mémoire de Saint Richard Gwyn », Magnificat, no 239,‎ , p. 247.
  2. a et b « Saint Richard Gwyn, martyr (✝ 1584) », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 20 novembre 2017).
  3. Certaines sources indiquent « dépecées vivant ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]