Richard Garneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard Garneau
Naissance
Québec, Québec, Canada
Décès (à 82 ans)
Montréal, Drapeau : Québec Québec, Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Profession Commentateur sportif
Spécialité Hockey sur glace, athlétisme
Autres activités Journaliste
Écrivain
Années d'activité 1953-2012
Distinctions honorifiques Cf. honneurs
Médias
Média principal Télévision, Radio
Pays Canada
Télévision La Soirée du hockey

Richard Garneau (QuébecMontréal)[1],[2],[3], est un commentateur sportif, un journaliste et un écrivain québécois. Il est connu pour sa carrière à la Société Radio-Canada, où il a agi comme journaliste, commentateur et chef d'antenne des émissions sportives les plus prestigieuses du télédiffuseur public canadien, La Soirée du hockey et la couverture des Jeux olympiques d'été et d'hiver.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Charles Garneau et de Marthe Devarennes[4] et descendant de la même souche que l'historien François-Xavier Garneau[5],[1],[6],[7], Richard Garneau est né à Québec[1] au milieu de la Grande Dépression, le [1]. Il demeurait sur la rue Fraser. Il a une sœur, Madeleine, de huit ans sa cadette. Son père, jadis courtier, s'était enrichi assez rapidement après quelques transactions réussies. Il est toutefois victime du krach d'octobre 1929, qui le ruina[8].

Se décrivant comme un élève moyen et dissipé qui ramassait « suffisamment de miettes ici et là pour réussir [ses] examens avec tout juste ce qu'il fallait », Garneau écrit dans À toi Richard..., le premier tome de son autobiographie, paru en 1992, qu'il était doué pour l'expression orale. Il remportait, à chaque année, le premier prix au concours de diction de son école[9].

ll obtient un diplôme de bachelier en arts de l'Université Laval puis, avec l'ambition de devenir acteur, il étudie pendant deux ans au Conservatoire d'art dramatique Francis-Synval[1], fondé à Québec en 1948. Il fait ensuite un court séjour en Europe.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

En novembre 1953, il débute à la radio de CHRC, un poste alors bilingue[5]. Il y reste six mois, à la fois annonceur, commentateur, rédacteur, y faisant tout : les présentations, les bulletins d'informations, le sport, la présentation des concerts[5].

C’est également dans la Vieille Capitale qu’il effectue, durant deux ans et demi, à compter de juillet 1954, ses premières armes à la télévision à CFCM-TV, alors propriété de Famous Players[5].

Richard Garneau entre à Radio-Canada[10] en janvier 1957[5], comme « annonceur » (c'est-à-dire comme narrateur polyvalent, généraliste[5]). Il y reste 33 ans et devient animateur puis, choisissant la section des sports, il est notamment commentateur à la Soirée du hockey pendant 23 ans.

La Soirée du hockey[modifier | modifier le code]

Couverture des Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Il est présent à tous les Jeux d’été à partir de Rome en 1960 jusqu'à Londres en 2012 (à l'exception d'Atlanta), surtout en tant que spécialiste de l'athlétisme, aux côtés de l'entraîneur et analyste Jo Malléjac, puis de Jean-Paul Baert, et à tous les Jeux d'hiver depuis Innsbruck en 1964 jusqu'à Vancouver en 2010[11] (à l’exception de Nagano[12]). Aux Jeux d'hiver, ainsi qu'à plusieurs championnats canadiens et mondiaux, il se spécialisait en patinage artistique, aux côtés de l'analyste Alain Goldberg. Il a commenté tous les jeux du Commonwealth de 1962 à 1986 ainsi que de nombreux Jeux panaméricains, d’été et d’hiver, du Canada et du Québec.

Commentateur d'un grand nombre de Jeux olympiques d'été et d'hiver, entre autres pour Radio-Canada et RDS, il est celui qui en détient le record pour la plus longue couverture, soit 23 Jeux sur 25, en 48 ans.

Chroniqueur à la radio[modifier | modifier le code]

Entre janvier 1998 et le 12 décembre 2012, il participe aux émissions de Joël Le Bigot Samedi et rien d’autre et Pourquoi pas dimanche à l’antenne de la Première Chaîne, en compagnie du comédien mélomane Edgar Fruitier, du cuisinier Philippe Mollé, de la journaliste culturelle Francine Grimaldi et de l'historien André Champagne.

Avec le lancement du Marathon international de Montréal, en 1977, il s'en fait un champion aux côtés de son ex-collègue Serge Arsenault. Il a aussi présidé la Fédération québécoise d'athlétisme dans les années 1970.

Il a aussi été coanimateur de l'émission Les héros du samedi (au moins en 1983).

En attendant « Sotchi 2014 » et « Rio 2016 »[modifier | modifier le code]

Le 14 décembre 2012, à 82 ans, Richard Garneau a la douleur de vivre la mort de son fils aîné, âgé de 54 ans, Jean Garneau[13]. Peu après, en tout début de 2013, il doit lui-même entrer à l'hôpital pour une chirurgie cardiaque. Son fils Stéphane Garneau témoigne qu'il aurait accepté en souhaitant une remise en forme, pour pouvoir commenter ses 24e et 25e Jeux olympiques, ceux d'hiver 2014 à Sotchi, en Russie — patrie d'origine de son actuelle épouse, mère de ses jeunes filles — et ceux de « Rio 2016 »[14]

Le 8 janvier 2013, les médias transmettent la nouvelle que Richard Garneau a subi une chirurgie cardiaque en tout début d'année et se trouve encore hospitalisé aux soins intensifs, pour des complications survenues à la suite de l'intervention — ce qui suscite aussitôt une grande vague de sympathie chez ses collègues des médias et sur les réseaux sociaux[15]. Puis, le 12, une semaine après l'opération, l'espoir renaît : le coma artificiel est terminé, qui a duré 4 jours (du 5 au 9 janvier)[16], mais son fils Stéphane invite à un « optimisme prudent »[17].

Encore aux soins intensifs, Richard Garneau meurt le [1],[2],[3]. La tristesse, les regrets et les hommages fusent[18].

« Richard Garneau mérite sans conteste une place sur la plus haute marche du podium des grandes personnalités du Québec, selon tous les professionnels qui ont eu le privilège de le côtoyer.
[…] Dans une entrevue accordée au Devoir en 2002, il déclarait : « Je ne veux pas prendre ma retraite. Ils devront m’arrêter parce que je vais continuer ! » — Personne n’a jamais eu l’intention de l’arrêter, et sa voix s’éteint beaucoup trop tôt. »

— Jean Dion, « Richard Garneau (1930–2013) : un monument disparaît », Le Devoir, 21 janvier 2013[19].

Le 23 janvier, le Gouvernement du Québec annonce sa décision d'honorer la mémoire de Richard Garneau par une « cérémonie de commémoration nationale » et offre à la famille l'aide de son service du protocole, pour l'organisation de l'événement[20]. Le jour du rassemblement commémoratif, est aussi prévue la traditionnelle mise en berne du drapeau du Québec sur l'Hôtel du Parlement du Québec.

Le 4 février, son fils Stéphane Garneau annonce le jour, l'heure et le lieu de cette cérémonie[21] : le 16 février, à 14 h, à la Maison symphonique de Montréal, inaugurée l'année précédente et comportant une salle de 1 900 sièges.

Famille[modifier | modifier le code]

Marié à Lucie Bégin, puis remarié à Valentina Neven-Dumont, une Allemande d'origine russe que Richard Garneau a rencontrée lors des jeux panaméricains de Cali, en Colombie, en 1966[22], Richard Garneau est le père de trois filles, Catherine, Julia et Nina, et de deux garçons, Jean (1958-14 décembre 2012), l'aîné, et le journaliste Stéphane Garneau[13].

Influence[modifier | modifier le code]

Des analystes sportifs qui ont partagé le micro avec lui comme Jean-Paul Baert ou Gilles Tremblay parlent de lui comme l'un grand commentateur sportif, à l'image de l'illustre René Lecavalier[18], auprès de qui il s'est initié à la fonction.

Le style de Richard Garneau a laissé sa marque chez les journalistes sportifs qui l'ont côtoyé et suivi. Reconnu pour son éloquence, sa maîtrise de la langue parlée ainsi que pour ses connaissances encyclopédiques du sport[3], qu'il actualisait sans cesse.

L'animateur et comédien Paul Houde évoque la « grande polyvalence » de Garneau, qui était capable de commenter aussi bien le patinage artistique, l'athlétisme que le ski alpin[18]. Paul Houde évoque aussi « un homme d'une grande classe », qui « laissait toute la place aux athlètes »[3], ajoutant[3] : « Effacez-vous devant l'image et devant la performance sportive, n'essayez pas de vous mettre en évidence comme tel. Richard Garneau, c'était ça, sa principale qualité, et il le faisait avec une élégance incroyable. Il n'était pas celui qui essayait de se mettre devant. Pourtant, à 6 5 (1,96 m), il aurait pu ! »

L'ancien joueur des Canadiens de Montréal, Pierre Bouchard, qui l'a fréquenté non seulement à titre de joueur mais aussi comme collègue à La Soirée du hockey, de Radio-Canada, souligne lui aussi la toujours grande discrétion et affabilité de son ami[3] : « Il ne prenait pas le plancher, il avait toujours une opinion intéressante et une grande gentillesse. Je retiens sa grande gentillesse et la classe de Richard Garneau. »

Serge Arsenault, grand ami de Richard Garneau depuis les Jeux olympiques d'été de 1976, ajoute : « Il aurait pu vous parler de musique, de cinéma, de politique avec la même aisance qu'il parlait de sport[23]. »

Un autre grand ami, le journaliste retraité Pierre Nadeau, très ému lui aussi, évoque à son tour l'excellence multiple de Richard Garneau[3] : « Toujours élégant, toujours précis, et surtout enthousiaste et passionné, des qualités qui ne lui ont jamais fait défaut. »

Aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, en août 2016, la Société Radio-Canada dédie son studio d'animation à Richard Garneau. Toutes les émissions animées en studio, et où les animateurs reçoivent les athlètes canadiens, sont transmises à partir du "Studio Richard-Garneau".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Garneau, À toi Richard... : altius, angélus, airbus, Montréal, Stanké, , 492 p. (ISBN 2-7604-0400-5)
  • Richard Garneau, Vie, rage... dangereux : abjectus, diabolicus, ridiculus [nouvelles], Stanké, , 213 p. (ISBN 2-7604-0437-4)
  • Richard Garneau, Les patins d'André, Stanké, , 30 p. (ISBN 978-2-7604-0470-0 et 2-7604-0470-6)
  • Richard Garneau, Train de nuit pour la gloire ou 45 jours à la conquête de la coupe Stanley, Stanké, , 239 p. (ISBN 2-7604-0492-7)
  • Richard Garneau, À toi Richard — Prise deux : Un Québécois en Bavière..., Montréal, Stanké, , 185 p. (ISBN 2-7604-0542-7)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il est aussi récipiendaire de quatre prix Gémeaux, respectivement pour La Soirée du hockey (1986 et 1989)[24], le Marathon international de Montréal (1987)[24] et les Jeux olympiques de Barcelone, présentés à l'antenne du Réseau TVA (1992).
À titre posthume

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Radio-Canada, « Richard Garneau est décédé », Radio-Canada Nouvelles,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Agence QMI, « Garneau : Une grande voix s'est éteinte », TVA Sport,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f et g La Presse canadienne, « La voix du commentateur sportif Richard Garneau s'est éteinte », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  4. « Garneau, Richard (lignée généalogique », sur Francogène (consulté en 20 janvier 2013))
  5. a, b, c, d, e et f Yves Beauregard, « Un esprit sain dans un corps sain : Entrevue avec Richard Garneau », dans Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, Hors série, 1993, p. 52-57. Propos recueillis par Yves Beauregard à Montréal le 19 août 1993. — Article tiré à part et retransmis sur érudit.org ; consulté le 30 janvier 2013.
  6. Garneau 1992, p. 13
  7. Ancêtres communs : Louis Garneau et Marie Mazouer, mariés à Québec le 23 juillet 1663.
    L'historien François-Xavier Garneau (marié à Québec avec Esther Bilodeau le 25 août 1835) est le bisaïeul (arrière-grand-père) du poète Hector de Saint-Denys Garneau.
  8. Garneau 1992, p. 9
  9. Garneau 1992, p. 15
  10. Richard Garneau, sur le site de la SRC.
  11. Jeux Olympiques de 2010 - RDS et TQS se préparent pour Vancouver, Canoë Divertissement, 2 juin 2009
  12. Notice biographique de Richard Garneau, sur radio-canada.ca
  13. a et b « Garneau, Jean (1958 - 14 décembre 2012) », notice nécrologique, sur necrologie.lapresse.ca le 19 décembre 2012.
  14. En janvier 2013, son fils, Stéphane Garneau, témoigne, en entrevues sur Radio-Canada, dont en vidéo sur RDI (attachées aux références ci-contre), que Richard Garneau a subi une crise cardiaque à ses côtés, à l'émission matinale de Joël Le Bigot, Samedi et rien d'autre, le samedi matin 5 janvier 2013 ; qu'il l'a aussitôt accompagné à l'hôpital et entendu maintenir son souhait de pouvoir œuvrer à « Sotchi 2014 » et « Rio 2016 »… — Voir et écouter, notamment : [vidéo] Stéphane Garneau, en entrevue à RDI, par Anne-Marie Dussault, entre le 23 janvier et le 4 février 2013.
  15. Valérie Simard, « Richard Garneau aux soins intensifs », dans La Presse, les 8 et 9 janvier 2013.
  16. Philippe Teisceira-Lessard, « La santé de Richard Garneau s'améliore », dans La Presse, le 12 janvier 2013.
  17. Richard Garneau : « optimisme prudent », sur Radio-Canada, le 12 janvier 2013.
  18. a, b et c Radio-Canada, « Au revoir, Richard ! : Classe, polyvalence et excellence », Radio-Canada Nouvelles,‎ (lire en ligne)
  19. Jean Dion, « Richard Garneau (1930–2013) : un monument disparaît », sur Le Devoir, le 21 janvier 2013.
  20. « Une cérémonie nationale pour Richard Garneau », sur Radio-Canada, le 23 janvier 2013.
  21. « Une cérémonie en l'honneur de Richard Garneau », sur canoë.ca, le samedi 4 février 2013.
  22. a et b http://www.lapresse.ca/sports/sotchi-2014/201401/18/01-4730042-richard-garneau-sera-honore-a-sotchi.php
  23. Yan Bussières, « Richard Garneau (1930-2013) : le témoin de plus d'un demi-siècle de sport s'éteint », sur Le Soleil, le 20 janvier 2013.
  24. a, b, c, d et e Note de l'éditeur dans Garneau 1992, p. 5-6
  25. Gouvernement du Québec, « Richard Garneau : (Chevalier, 2000) », sur Ordre national du Québec, (consulté le 20 janvier 2013)
  26. Richard Garneau reçoit un Doctorat honorifique.
  27. « Richard Garneau, C.M., C.Q. (admis le 17 novembre 2005, investi le 6 octobre 2006) », sur Gouverneur Général du Canada (consulté le 20 janvier 2013)
  28. http://olympiques.radio-canada.ca//nouvelles/article/richard-garneau-honore-sotchi.html
  29. http://www.lapresse.ca/sports/sotchi-2014/201402/06/01-4736301-richard-garneau-recoit-la-medaille-pierre-de-coubertin.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]