Richard Fournaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard Fournaux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Richard Fournaux, né le à Namur est un homme politique belge de langue française.

Membre du cdH jusqu'en 2004 où il représente l’aile droite du parti (RC), il est bourgmestre de Dinant jusqu’aux élections communales de 2018. Richard Fournaux entame sa carrière comme président des Jeunes PSC au national. En 1988, il est élu conseiller communal de Dinant. Après les élections de 1994, il devient bourgmestre de Dinant et conseiller provincial : il succède à Antoine Tixhon.

Lors des élections législatives de , de 1999 et de 2003, Richard Fournaux est élu à la Chambre des représentants. Il a été candidat à l'élection présidentielle du cdH (remportée par Joëlle Milquet) en 2003. L'année suivante, il rejoint le MR, plus spécifiquement sa composante MCC.

Lors des élections du , Richard Fournaux, après 24 ans à la tête de Dinant, perd le mayorat. Axel Tixhon (ID!) lui succède.

Démêlés judiciaires[modifier | modifier le code]

Élu sénateur en 2007, membre de BPlus[1], il a donné son accord à l'organisation à Dinant des fêtes de la Communauté flamande organisées par BPlus le . Richard Fournaux fait l'objet d'accusations de faux et usage de faux dans le cadre de l'appel d'offres qui a servi à désigner un nouveau gestionnaire pour le Casino de Dinant le . Le lundi , le tribunal correctionnel de Dinant rend sa décision : Richard Fournaux est acquitté dans l'affaire du Casino de Dinant. Le lundi , la famille Mantia, partie civile, décide d’interjeter appel de cette décision. Le jeudi , la sixième Chambre de la Cour d'appel de Liège confirme le premier jugement : Richard Fournaux est définitivement acquitté[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. BPlus est un groupe de pression visant à renforcer la Belgique fédérale dans un esprit de convivialité et de solidarité multiculturelle
  2. DH Les Sports+, « Richard Fournaux fait l'objet d'une saisie sur salaire: "Vivre avec 1.350 € net par mois, c'est impossible" », sur DH Les Sports +, (consulté le )