Ricardo Sanz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ricardo Sanz García
Ricard Sanz i García
image illustrative de l’article Ricardo Sanz

Naissance
Canals (Communauté valencienne, Espagne)
Décès (à 87 ans)
Toulouse (Haute-Garonne, France)
Origine espagnol
Type de militance activisme
Cause défendue Logo CNT.jpg CNT
libertaire
anarcho-syndicalisme
antifranquisme

Ricardo Sanz García, Ricard Sanz i García en catalan, né à Canals (Communauté valencienne, Espagne) le et mort à Toulouse (Haute-Garonne) le , est un militant anarcho-syndicaliste, combattant antifranquiste et écrivain espagnol, membre de la Confédération nationale du travail.

En octobre 1922 à Barcelone, avec Buenaventura Durruti, Francisco Ascaso et Juan García Oliver, il fonde le « groupe d'action » Los Solidarios[1].

Il est connu pour avoir, pendant la Guerre d'Espagne remplacé Durruti à la tête de la Colonne Durruti[2].

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'anarchisme et la Révolution sociale espagnole de 1936.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils de paysans, il a commencé à travailler à 12 ans dans une minoterie. En 1914, (il a 16 ans) il part habiter à Barcelone, dans le quartier de Poblenou où il adhère au syndicat CNT alors qu'il travaille dans une fabrique de teinture textile. Bon orateur, il a participé à différents meetings et campagnes de son syndicat. Ami de Pau Sabater alias « El Tero », camarade du même syndicat au quartier de Poblenou à la teinturie "Canilla" qui sera assassiné par les assassins des patrons. Il a fait partie du comité de grève de "La Canadiense" en 1919. En octobre 1922 il participait à la création du groupe anarchiste "Los Solidarios", avec Buenaventura Durruti et Juan García Oliver, entre autres.

Le coup d'État de Miguel Primo de Rivera le surprend à Saragosse durant la réunion du comité local. Il propose alors de réaliser un attentat contre le train qui devait transporter le dictateur de Barcelone à Madrid, mais le plan échoua. En 1925, il fut incarcéré pour la première fois et en 1930, il fut nommé président du Syndicat de la Construction. Il a participé à la conférence de la CRTC le 31 mai 1931 à Barcelone, au troisième Congrès de la CNT le 11 juin à Madrid. En 1932 il est élu vice-secrétaire national de la CNT, et jusqu'en 1936 il a maintenu un intense travail de propagande dans toute l'Espagne.

Guerre civile espagnole et exil[modifier | modifier le code]

Le 19 juillet 1936, alors qu'éclate la guerre civile espagnole, il prend les armes pour lutter contre le soulèvement de l'armée, puis est nommé inspecteur général des fronts de Catalogne et d'Aragon à la mort de Buenaventura Durruti, chef de la 26e division de la 120e brigade mixte. La guerre finie, il s'exile en France lors de la Retirada, est interné au camp de Vernet en Ariège, et plus tard avec Antonio Ortiz en Algérie. Libéré grâce à l'occupation de l'Afrique du Nord par les Alliés, il travaille comme boulanger. Ensuite il reste en France jusqu'en 1979, et revient ensuite en Espagne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ruta de Titanes (1933).
  • Francisco Ascaso y Buenaventura Durruti (1946).
  • El Sindicalismo y la Política. Los Solidarios y Nosotros (1966)
  • Porqué perdimos la guerra (1968).
  • Los que fuimos a Madrid. Columna Durruti, 26a. División (1969)
  • El Sindicalismo Español antes de la guerra civil (1976)
  • La Política y el Sindicalismo (1978)
  • Figuras de la Revolución Española (1979)
  • Bibliographie complète sur worldcat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chris Ealham, Class, Culture and Conflict in Barcelona, 1898-1937, Routledge, 2004, page 50.
  2. (es) Miguel Iñiguez, Esbozo de una Enciclopedia histórica del anarquismo español, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, Madrid, 2001, p.193.