Ricardo López (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ricardo López et López.
Ricardo López
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député de la Chambre des communes du Canada
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Ricardo López (né le à Madrid, Espagne) est un homme politique canadien qui fut député à la Chambre des communes de 1984 à 1993.

Carrière[modifier | modifier le code]

Homme d'affaires de carrière, il s'est présenté pour la première fois à l'élection fédérale canadienne de 1984 dans la circonscription de Châteauguay, au Québec et fut élu sous la bannière du Parti progressiste-conservateur. López fit partie des 33e et 34e législatures du Canada puisqu'il fut réélu à l'élection de 1988.

À l'élection générale de 1993, il fut défait par Maurice Godin du Bloc québécois. Il fut également battu à l'élection fédérale de 2000, alors qu'il se présenta pour l'Alliance canadienne.

En tant que député, Lopez tint parfois des propos controversés. Il embarrassa le Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney en 1990 pendant la crise d'Oka, en déclarant qu'il valait mieux déporter les autochtones au Labrador. Lopez vota également en faveur de l'interdiction de l'avortement[1] et suggéra d'abolir l'aide sociale aux personnes aptes au travail[2].

Ricardo López tenta d'être candidat pour le Parti libéral du Canada dans la circonscription de Beauharnois—Salaberry à l'élection fédérale de 2008, mais un article du quotidien La Presse rappelant les déclarations controversées faites par López dans le passé amena le PLC à retirer son candidat et à le remplacer par sa fille, Maria López[3].

Notes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]