Ricardo Iorio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ricardo Horacio
Surnom Caudillo, Perro cristiano
Nom de naissance Ricardo Horacio Iorio
Naissance (57 ans)
Ciudadela, Tres de Febrero, Buenos Aires, Drapeau de l'Argentine Argentine
Activité principale Musicien, producteur
Genre musical Heavy metal, tango, milonga
Instruments Voix, basse, guitare
Années actives Depuis 1979

Ricardo Iorio, né le à Ciudadela, Tres de Febrero, Buenos Aires[1], est un musicien et producteur argentin. Il est connu pour être le fondateur des groupes V8, Hermética et Almafuerte, et comme étant l'une des personnalités les plus importantes de la scène heavy metal d'Argentine[2],[3],[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à l'hôpital Ramón Carrillo de Ciudadela et a grandi à Caseros. Au cours de son adolescence, il aidait son père sur le marché dans la vente de pommes de terre, pour laquelle il gagne le surnom de « Papero »[6]. Il épouse Ana Mourín en 1987, avec qui il devient père de deux filles, et de laquelle il se sépare en 1999. Mourín se suicidera en 2001. Depuis 2000, il vit avec Fernanda García (Fernandita), avec qui il s'est marié en septembre 2012.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Ricardo Iorio se considère nationaliste[7] bien qu'il n'adhère à aucun parti politique[8]. Après avoir été insulté de « facho », Iorio déclare : « Pour ceux qui nous traitent de fachos, est-il interdit d'aimer son patrie[7] ? » Ses déclarations concernant les détenus/disparus lors de la dernière dictature argentine, qu'il considérait comme « très peu indemnisés »[9] sont fustigées par les organismes de défense des droits de l'Homme et de différentes personnalités[10]. En août 2017, Iorio revient sur ses paroles du morceau La Revancha de América d'Hermética afin que la communauté mapuche ne puisse pas l'utiliser en sa faveur[11]. Il se déclare anti-Kirchner et anti-maçons[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Peso argento (avec Sr. Flavio)
  • 2008 : Ayer deseo, hoy realidad
  • 2014 : Tangos y milongas
  • 2015 : Atesorando en los cielos

Avec Almafuerte[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Mundo guanaco
  • 1996 : Del entorno
  • 1997 : Profeta en su tierra
  • 1998 : Almafuerte
  • 1999 : A fondo blanco
  • 2001 : Piedra libre
  • 2003 : Ultimando
  • 2006 : Toro y pampa
  • 2012 : Trillando la fina

Avec Hermética[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Hermética
  • 1991 : Acido argentino
  • 1994 : Víctimas del vaciamiento

Avec V8[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Luchando por el metal
  • 1985 : Un paso más en la batalla
  • 1986 : El fin de los inicuos

Littérature[modifier | modifier le code]

  • 1993, V8, un Sentimiento. La historia de la banda precursora del heavy metal argentino, Ana Mourin[13]
  • 2007, Iorio: El Perro Cristiano, Ariel Osvaldo Torres[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Biografía de Ricardo Iorio. CMTV.
  2. (es) « Iorio: "Hay gente que es perseguidora de vaginas" » (consulté le 26 avril 2015) : « El cantante y líder de “Almafuerte”, Ricardo Iorio, visitó el programa radial que conduce Mario Pergolini, “Cuál es?”, y cedió una entrevista de más de una hora. En la misma, el emblema del heavy metal nacional habló sobre diversos temas [...]. »
  3. (es) Guzzante, Mariana, « Ricardo Iorio: “Uno no es un músico por las minitas” » (consulté le 9 avril 2015) : « El exponente del heavy metal argentino asegura: “Yo soy mi estado, mi patrón y mi íntimo dios”. »
  4. (es) Del Greco, Alexis, « Iorio llevó lo mejor del heavy nacional a Goya » (consulté en 9 de avril 2015) : « El emblema de la música pesada argentina entregó un repertorio lleno de clásicos. »
  5. (es) El último paso antes de convertirse en mito del Heavy Metal nacional.
  6. (es) Biografía de Ricardo Iorio. Matanza Metal.
  7. a et b (es) « Ricardo Iorio le respondió a quienes lo acusan de ser un fascista », sur minutouno.com, (consulté le 8 octobre 2017)
  8. (es) « Ricardo Iorio: “El motivo de la censura no fue la foto con Biondini” - Somos Rock », sur Somos Rock, (consulté le 20 octobre 2017).
  9. (es) radiomitre.cienradios.com
  10. (es) nuevodiarioweb.com.ar
  11. (es) minutouno.com
  12. (es) infobae.com
  13. (es) Mourin, Ana, V8, un sentimiento. Historia de la banda precursora del Heavy Metal Argentino, Buenos Aires, Argentina, (ISBN 950-43-5315-0).
  14. (es) Ariel Osvaldo Torres, Iorio, el perro cristiano, Argentine, (ISBN 9789870536963), p. 288.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :