Ricardo Anaya Cortés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ricardo Anaya Cortés
Image illustrative de l'article Ricardo Anaya Cortés
Biographie
Date de naissance (39 ans)
Lieu de naissance Querétaro (Mexique)
Nationalité Mexicaine
Profession avocat

Ricardo Anaya Cortés, né le à Querétaro, est un avocat et homme politique mexicain, membre et ancien président du Parti action nationale (PAN).

Il a occupé les postes de député fédéral à la 62e législature du Congrès du Mexique, de président de la Chambre des députés et chef du groupe parlementaire du principal parti d'opposition. Il est président du Parti d'action nationale de 2015 jusqu'au 9 décembre 2017, date à laquelle il démissionne pour se présenter à l'élection présidentielle de 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ricardo Anaya Cortés est licencié en droit, diplômé de l'Université autonome de Querétaro. Il est titulaire d'une maîtrise en droit fiscal de l'Université del Valle de México, et d'un doctorat en sciences politiques et sociales de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM).

Il est membre du Parti action nationale. En 2000, à l'âge de 21 ans, il est candidat du PAN au poste de député local dans le 14e arrondissement de Querétaro. De 2003 à 2009, il est secrétaire privé du gouverneur de l'État de Querétaro.

Le , il est nommé sous-secrétaire du ministère du Tourisme du gouvernement fédéral par le président mexicain Felipe Calderón.

Le , il est élu à la Chambre des députés, dont il occupe la présidence du au . En septembre 2014, il remplace une première fois Gustavo Madero Muñoz à la présidence du PAN. Ce dernier reprend son poste en janvier 2015, avant d'être à nouveau remplacé par Anaya le de la même année.

En 2017, il donne une conférence à l'Université George-Washington sur les relations entre le Mexique et les États-Unis, où il rejette ouvertement l'idée de Donald Trump de construire un mur à la frontière entre les deux pays.

Le , il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2018 et quitte la présidence de son parti.

Son image est entachée par plusieurs affaires de corruption[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mexique: début de campagne pour les trois principaux candidats à la présidentielle », Libération.fr,‎ (lire en ligne)