Ribulose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un composé chimique
Cet article est une ébauche concernant un composé chimique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ribulose
Ribulose
Identification
Nom UICPA D-érythro-2-pentulose
L-érythro-2-pentulose
Synonymes

Arabinocétose
Arabinulose
Ribocétose

No CAS 488-84-6 (D); 2042-27-5 (L)
et 5556-48-9 (DL)
No EINECS 207-687-8
PubChem 151261
Propriétés chimiques
Formule brute C5H10O5  [Isomères]
Masse molaire[1] 150,1299 ± 0,0062 g/mol
C 40 %, H 6,71 %, O 53,29 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le ribulose est un cétopentose (un pentose du type cétose), un ose constitué d’une chaîne de 5 éléments carbone ainsi que d’une fonction cétone.

Chimie[modifier | modifier le code]

Sa formule chimique est C5H10O5 comme tous les cétopentoses. Il existe 2 énantiomères possibles, le D-ribulose (D-érythro-2-pentulose) et le L-ribulose (L-érythro-2-pentulose). Le D-ribulose est le diastéréoisomère du D-xylulose.

Dans l'eau, le D-ribulose se trouve sous 3 conformations possibles : une linéaire et 2 tautomères cycliques de type furanose.

Conformére du D-Ribulose
Forme linéaire Projection de Haworth
D-Ribulose Keilstrich.svg Alpha-D-Ribulofuranose.svg
α-D-Ribulofuranose
Beta-D-Ribulofuranose.svg
β-D-Ribulofuranose

Rôle biologique[modifier | modifier le code]

Les ribuloses sont des sucres qui participent à la voie des pentoses phosphates et sont importants dans la formation de plusieurs biomolécules. Par exemple, le D-ribulose est un intermédiaire pour la fabrication du D-arabitol dans la voie métabolique des champignons. Sous forme phosphatée (ribulose-1,5 bisphosphate), il joue le rôle d'accepteur de dioxyde de carbone dans le cycle de Calvin qui prend place dans le stroma des chloroplastes des organismes photosynthétiques.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]