Rhynchophorus palmarum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rhynchophorus palmarum est une espèce tropicale d'insecte coléoptère de la famille des Dryophthoridae de grande taille que l'on trouve en Amérique centrale et dans la partie tropicale l'Amérique du Sud, où il est assez commun. C'est un insecte nuisible des palmiers (dont les cocotiers)

Description[modifier | modifier le code]

Ce charançon est de couleur noire mate avec des élytres rainurés[1]. Il mesure de 20 mms à 40 mms de long. Le rostre est fin et long. Le dimorphisme sexuel concerne la longueur de l'insecte, ainsi que la dimension de la prolongation du rostre. Rhynchophorus palmarum ne peut pas tourner la tête de 90 degrés lorsqu'il est inquiété. Il ne doit pas être confondu avec Dynamis borassi dont les élytres ne sont pas finement pruineuses mais sont noir brillant et qui peut tourner la tête de 90° lorsqu'il est inquiété.

Biologie[modifier | modifier le code]

L'insecte est attiré par l'odeur de sève des palmiers voire d'autres plantes, ce qui implique qu'il attaque plus les palmiers qui présentent une blessure voire les stipes et souches des palmiers abattus. Il se nourrit dans les tissus des stipes de palmiers (et donc cocotiers également) et pond dedans. La larve se développe à l'intérieur des tissus et peut creuser les stipes assez profondément en produisant une forte putréfaction. Les individus communiquent entre eux au moyen d'une phéromone d'agrégation qui a été isolée et synthétisée. Un individu qui découvre un palmier propice au développement de l'espèce émet cette molécule volatile qui attire d'autres individus. La phéromone n'est attractive que lorsqu'elle est combinée à l'odeur du végétal blessé même légèrement. On peut attirer R. palmarum avec d'autres végétaux ou organes qui ferment rapidement comme la canne à sucre ou les fruits du palmiers Bactris gasipaes.


Divers[modifier | modifier le code]

R. palmarum est un transmetteur du nématode Bursaphelenchus cocophilusqui cause la maladie dite de l'anneau rouge des cocotiers (red ring disease)[2]. Il a d'abord été décrit par Carl von Linné sous le nom de Curculio palmarum.

En Guyane, sa larve est un ver palmiste comestible, appelé pisu en Wayãpi, tandis que l'adulte est appelé alamɛnay[3].

Les larves ont été ou sont encore consommées par des populations amérindiennes ailleurs qu'en Guyane

Le genre Rhynchophorus contient d'autres espèces nuisibles aux palmiers dans diverses parties du monde.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Rhynchophorus cycadis Erichson
  • Rhynchophorus depressus Chevrolat
  • Rhynchophorus languinosus Chevrolat

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. très finement pruineuses (d'où l'aspect mat)(es) Rodolfo Bastidas et Yanet Zavala, Principios de Entomología Agrícola, Ediciones Sol de Barro, (ISBN 980-245-006-5)
  2. (en) M. Robin, Gilblin-Davis, Paul S. Lehman, Renato Inserra, Bursaphelenchus cocophilus pest information. Consulté le 15 mars 2013
  3. Françoise Grenand, Dictionnaire wayãpi-français, lexique français-wayãpi, Paris, Peeters-Selaf, , 538 p. (ISBN 2877230120 et 9782877230124, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Mexzón, G. Ramón; Carlos M. Chinchilla; Geovanny Castrillo & Danny Salamanca, Biología y hábitos de Rhynchophorus palmarum L. asociado a la palma aceitera en Costa Rica, ASD Oil Palm Papers 8: pp. 14–21, 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :