Rhodiacéta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rhodiacéta

Création 1922
Dates clés 1928 : Usine de Lyon Vaise
1929 : Création du Nérane
1932 : Création de l'Albène
1934 : Changement de nom
1954 : Usine de Besançon
1967 : Grèves
Disparition 1981
Fondateurs Marcel Bô[1]
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Chimie des textiles
Produits Soie artificielle (Rayonne)
Fibre synthétique (Nylon)
Société mère Société chimique des usines du Rhône
Comptoir des soies artificielles
Sociétés sœurs Rhodiaseta S.p.A (Italie)
Rhodiaseta A. G. (Brésil)
Effectif 7500 (Lyon Vaise en 1955)

La société Rhodiaséta (du latin Rhodanus, « le Rhône », et seta, « la soie ») est une société industrielle fondée en 1922, par l'association du Comptoir des soies artificielles avec les usines du Rhône.

En 1934, c'est du mot « acétate[2] » que le groupe tire la nouvelle orthographe de son nom : Rhodiacéta, avec un « c ».

L'entreprise cesse ses activités en 1981[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Besançon
L'ancienne usine
vue depuis la citadelle

En 1924, la société fait l'acquisition de l'ancienne pépinière royale, propriété de la société Brissac frères. Ses usines s'étendent alors sur quinze hectares[3]. En 1952, Rhodiacéta rachète, à Besançon, l'usine de la Société de la soie Chardonnet[4] menacée de fermeture par le retrait du groupe Givet Heyrieux. Le site est agrandi et reconverti à la production de fil polyester[5].

Rhodiacéta devient alors rapidement le plus gros producteur français de fil synthétique : numéro un de la fibre polyester dont elle a le monopole, et deuxième en ce qui concerne le nylon. Au maximum de son développement, l'entreprise emploie huit mille ouvriers[3]. Les salaires sont plutôt plus élevés que la moyenne, mais les conditions de travail sont difficiles. L'année 1967 débute par une période de réduction de la production, conséquence inévitable de l'ouverture du Marché commun, selon la direction, qui décide, pour diminuer les coûts fixes, de compter les jours chômés comme jours de congé, et qui annonce un plan de licenciement[6].

Le 5 mars 1968, l'ORTF, télévision nationale, diffuse À bientôt, j'espère, documentaire de Chris Marker sur la grève soutenue, du 25 février au 24 mars de l'année précédente, par jusqu'à la totalité des trois mille ouvriers et ouvrières de l'usine de Besançon. Ce film contribue à faire connaître, peu avant les événements de Mai 68, une entreprise où, à partir donc de Besançon, les mouvements de contestation et de revendication sont très vite suivis dans les quatre autres usines, à Lyon-Vaise, Vénissieux et Saint-Fons et au Péage-du-Roussillon[7],[8].

L'entreprise cesse son activité en 1981[3].

Un film documentaire intitulé Tant que les murs tiennent a été réalisé par Marc Perroud pour FR3 Franche-Comté sur cette friche qui, pendant plus de trente ans, a attiré des graffeurs, mais aussi des historiens[9].

Le désamiantage a commencé en 2016, avant les travaux de démolition, entrepris en 2017, d'environ soixante mille mètres cubes de béton, pour un coût de cinq millions d’euros. Certains sols sont pollués par des métaux lourds et des hydrocarbures, mais les usines lyonnaises ont aujourd'hui disparu. Seule l'entrée du 45, rue du Tunnel (aujourd'hui rue du Sergent-Michel-Berthet) a été conservée, et donne un des accès au campus René-Cassin[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La Mémoire de la Rhodiacéta : Histoire d'une recherche », dans Le Monde alpin et rhodanien, no 2-3, 1991, pp. 111-124.
  • Valérie Jacquet et Gilles Lizanet (dir.), Visages d'une usine textile à Lyon de 1924 à 1987, association L’Âge libre, Villeurbanne, 1992 (ISBN 2-9506403-03).
  • Collectif, Histoires d'une usine en grève : Rhodiacéta 1967-68 Lyon Vaise, éditions Révoltes, Lyon, 1999.
  • « Rhodiacéta Lyon Vaise : Une entreprise à l'échelle du monde », dans Lyon cité, « Lyon sépia », fiche no 68, 1999. (Télécharger [PDF]. Page consultée le 21 août 2013.)
  • « Filature de soie artificielle dite la Rhodiaséta », dans Dossiers électroniques de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Rhône-Alpes. (Lire en ligne. Page consultée le 15 juin 2011.)
  • Nicolas Hatzfeld (dir.), Cédric Lomba et al., « La Grève de Rhodiacéta en 1967 », dans Dominique Damamme, Mai-juin 68, Paris, éditions de l'Atelier, , p. 102-113.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir « Bô, Marcel » sur le site Patrons de France (Lire en ligne. Page consultée le 22 août 2013.)
  2. Acétate de cellulose : composé chimique, succédané synthétique de la soie, vendu sous les noms de « viscose », « rayonne », « soie artificielle », etc.
  3. a b c d et e « D’hier à aujourd’hui : la Rhodiacéta », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  4. Société fondée en 1889 par Hilaire de Chardonnet, inventeur, en 1884, du procédé de la soie artificielle.
  5. Bernard Girard, « L’Usine Rhodiacéta à Besançon », sur Racines comtoises, 27 mai 2010. (Texte intégral. Consulté le 6 décembre 2011.)
  6. Voir Dominique Damamme, op. cit., p. 103.
  7. Voir Dominique Damamme, op. cit.
  8. Voir Collectif, Histoires d'une usine en grève, op. cit.
  9. France info et France 3 Rhodiacéta, derrière tes murs, 2016.