Reygade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Reygade
Reygade
L'église Saint-Eutrope de Reygade.
Blason de Reygade
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Intercommunalité Communauté de communes Xaintrie Val'Dordogne
Maire
Mandat
Bernard Trassoudaine
2020-2026
Code postal 19430
Code commune 19171
Démographie
Gentilé Reygadais, Reygadaises
Population
municipale
187 hab. (2018 en diminution de 4,1 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 59″ nord, 1° 54′ 33″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 518 (ou 526) m
Superficie 13,94 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Biars-sur-Cère - Saint-Céré
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Argentat-sur-Dordogne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Reygade
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Reygade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reygade
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reygade

Reygade (nom officiel), ou parfois Reygades (nom local), est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune de Reygade, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Dans le sud du département de la Corrèze, elle est bordée au nord par la Dordogne. Son territoire s'étend sur 13,94 km2, principalement sur les hauteurs entre la vallée de la Dordogne et celle de son affluent, la Cère.

L'altitude minimale, 160 mètres, se trouve à l'extrême nord, là où la Dordogne quitte la commune et sert de limite entre celles de Bassignac-le-Bas et Monceaux-sur-Dordogne. L'altitude maximale avec 518 ou 526 mètres est localisée à l'extrême ouest[Note 1], au nord-ouest du lieu-dit Roupeyroux.

Le bourg de Reygade, desservi par la route départementale (RD) 41E3, se situe, en distances orthodromiques, neuf kilomètres au sud-sud-ouest d'Argentat.

Le territoire communal est également desservi par les RD 41, 116 et 136.

Dans le sud, le sentier de grande randonnée GR 480 traverse le territoire communal du sud-ouest à l'est, sur environ six kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Reygade est limitrophe de cinq autres communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Reygade est une commune rurale[Note 2],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Biars-sur-Cère - Saint-Céré, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 49 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (49,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,3 %), prairies (41,7 %), zones agricoles hétérogènes (10,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,9 %), eaux continentales[Note 4] (0,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom officiel de la commune s'écrit Reygade, mais localement il s'écrit aussi Reygades[7].

Ce nom pourrait provenir du verbe provençal razicar, signifiant « enraciner », et pourrait ainsi correspondre à une plantation[8].

L'appellation pourrait être issue de l'occitan razigada (« bouture de vigne ».)[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1995 mai 2020 Lucien Delpeuch UMP-LR Agriculteur retraité
Conseiller général du canton de Mercœur (1994-2015)
mai 2020 En cours Bernard Trassoudaine   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 187 habitants[Note 5], en diminution de 4,1 % par rapport à 2013 (Corrèze : −0,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
606320399437434454404448420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
402420397368354349365323338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292291276243257257244224250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
260226210202172161182185188
2013 2018 - - - - - - -
195187-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Eutrope.

Église Saint-Eutrope[13].

Dans une petite chapelle près du cimetière on peut admirer derrière une vitre pour la protéger, une mise au tombeau polychrome du XVe siècle avec un son et lumière commenté par Jean Piat.

Ni l'auteur, ni la date exacte de ce chef-d'œuvre ne sont connus, mais la mise au tombeau qui se trouve à Carennac (dans le Lot) lui est très similaire mais dans une forme non polychrome. Elle est impressionnante par la douloureuse expression des personnages, grandeur nature, au centre desquels se trouve la Vierge Marie qui pleure, soutenue par Jean le Baptiste et Marie, épouse de Cléophas. De chaque côté Marie-Salomé joint les mains et Marie-Madeleine tient un vase d'aromates. Le Christ, dont le visage est empreint de douceur, est étendu sur une table de pierre. Le linceul est soutenu par Joseph d'Arimathie, à droite, et Nicodème, à gauche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Reygade Blason
Parti, au 1er de gueules à la gerbe de blé d'or soutenue d'un croissant d'argent,au chef d'azur chargé d'une étoile d'or, au 2d d'azur à la bande d'argent au chef de même chargé de trois étoiles de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 518 mètres sur la carte et 526 pour la boîte « Communes ».
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 17 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 17 avril 2021)
  7. Code officiel géographique sur le site de l'Insee, consulté le 24 décembre 2015.
  8. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, Librairie Guénégaud, 1989, 1re édition en 1963, (ISBN 2-85023-076-6), p. 565.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Lieux de culte de A à Z en Corrèze sur le site du Diocèse de Tulle, consulté le 24 décembre 2015.