Rexton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rexton
L'église Unie de Rexton.
L'église Unie de Rexton.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Incluse dans Kent
Statut municipal Village
Maire
Mandat
David L. Hanson
2012-2016
Constitution
Démographie
Population 818 hab. (2011 en diminution)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 33″ N 64° 52′ 15″ O / 46.6425, -64.8708333346° 38′ 33″ Nord 64° 52′ 15″ Ouest / 46.6425, -64.87083333
Superficie 614 ha = 6,14 km2
Divers
Langue(s) Français et anglais (officielles)
Fuseau horaire -4
Indicatif +1-506
Code géographique 1308017
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Rexton

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Rexton
Liens
Site web http://www.villageofrexton.com

Rexton est un village du comté de Kent, à l'est du Nouveau-Brunswick, au Canada. Le village comptait 810 habitants en 2001.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Rexton s'appelait à l'origine The Yard, d'après le chantier naval qu'avait établi John Jardine en 1825. Le village prit ensuite le nom de Kingston, d'après la ville de Kingston-upon-Hull au Royaume-Uni, d'où sont originaires Holderness et Chelton, qui établirent un autre chantier naval. En 1901, le docteur J.W. Doherty renomma le village Rexton pour éviter la confusion[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière Richibouctou à Rexton.

Situation[modifier | modifier le code]

Rexton est situé dans le comté de Kent, à 71 kilomètres de route au sud-est de Miramichi et à 81 km au nord de Moncton. Le village a une superficie de 6,14 kilomètres carrés[2].

Rexton est limitrophe de la ville de Richibouctou au nord et de la paroisse de Richibouctou sur les autres côtés. Le DSL de Cap-de-Richibouctou se trouve également à faible distance à l'est. Outre Richibouctou, les municipalités les plus proches sont la première nation d'Elsipogtog à 14 km à l'ouest, le village de Saint-Louis-de-Kent à 16 km au nord-ouest, ainsi que la ville de Bouctouche, à 24 km au sud-est.

Le village est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Rexton est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[4].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 415 logements privés en 2006, dont 360 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 81,9 % sont individuels, 4,2 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 13,9 % sont des immeubles de moins de cinq étages. 68,1 % des logements sont possédés alors que 31,9 % sont loués. 77,8 % ont été construits avant 1986 et 6,9 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,2 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 180 496 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Rexton est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[6].

Rexton est habité dès le XVIIe par des Acadiens[7]. Des Loyalistes s'y établissent à partir de 1783[7].

En 1825, Rexton est touché par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km² et 20 000 km² dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[8],[9].

C'est pourtant en 1825 que John Jardine implante l'industrie de la construction navale à Rexton[7]. L'économie se développe à partir de 1890 par l'ouverture de scieries alimentées par les pins blancs poussant au bord de la rivière[7].

Rexton est constitué en municipalité le [10]. L'école mémoriale Bonar Law est inaugurée en 1978, l'école élémentaire de Rexton en 1989 et l'école intermédiaire Eleanor W. Graham en 2010[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Rexton depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
928 926 940 908 810 862 818
(Sources : [12],[13],[2])


Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Anglais
  •      Français
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources[14],[15],[16]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de quatre conseillers généraux[10]. Le conseil précédent est élu par acclamation le [17]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du [10].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire David L. Hanson
Conseillers généraux Albert J. Corcoran, William (Billy) Edward Flanagan, Lisa Warman, Elaine Warren

Ancien conseil municipal

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire David L. Hanson
Conseillers William (Billy) Flanagan, Rodney Girvan, Jean Graham, Elaine Warren.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
196? 19?? Malcolm G. Hanney[18]    
1974 198? Conrad Leblanc[19],[20],[21]    
1994 2004 Raymond Murphy    
2004 en cours David L. Hanson    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Rexton fait partie de la Région 6[22], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [23]. Rexton est représenté au conseil par son maire[24]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[25].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Rexton est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[26].

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Rexton fait partie de la circonscription provinciale de Kent, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Shawn Graham, ancien Premier ministre du Nouveau-Brunswick. Il fut élu en 1999 puis réélu en 1999, en 2003, en 2006 et en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Rexton fait partie de la circonscription fédérale de Beauséjour. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Dominic LeBlanc, du Parti libéral.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Kent, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[27].

L'économie de Rexton est basée sur la pêche et l'agriculture[7]. Il y a une succursale de la Advance Savings Credit Union, une caisse populaire basée à Riverview et membre de la Credit Union Central of New Brunswick[28].

Vivre à Rexton[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Rexton possède trois écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire #16. Tout d'abord, les élèves fréquentent l'école élémentaire Rexton de la maternelle à la 5e année, avant d'aller à l'école Bonar Law Memorial jusqu'en 12e année. Cette dernière possède un programme d'immersion française. Il y a aussi le Rexton & Area Learning Centre, une école alternative s'adressant aux élèves de la 9e à la 12e année.

Santé[modifier | modifier le code]

Le village dispose du Centre de santé de Rexton. Ouvert en 1974, il dispose de plusieurs médecins ou infirmières, offrant des services tels que la médecine préventive, les premiers soins, le suivi des pansements, la vaccination et les tests hématologiques. Il y a aussi un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et un foyer de soins agréés, le Rexton Lions Nursing Home.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Rexton compte une caserne de pompiers et un bureau de poste. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est situé à Richibouctou.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Les anglophones bénéficient quant à eux des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et Times & Transcript, de Moncton.

Religion[modifier | modifier le code]

Rexton compte plusieurs lieux de cultes dont une église unie, l'église anglicane St. John the Evangelist et l'église catholique romaine Immaculate Conception, faisant partie de l'archidiocèse de Moncton.

Culture[modifier | modifier le code]

Andrew Bonar Law

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Rexton est officiellement bilingue[29] puisque l'anglais et le français sont tous deux parlés par plus de 20 % de la population.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

La maison Bonar Law est un site historique national.

Rexton dans la culture[modifier | modifier le code]

Rexton est mentionné dans le recueil de poésie La terre tressée, de Claude Le Bouthillier[30].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Richibouctou Richibouctou Paroisse de Richibouctou
rivière Richibouctou
Rose des vents
Paroisse de Richibouctou N Paroisse de Richibouctou
O    Rexton    E
S
Paroisse de Richibouctou Paroisse de Richibouctou Paroisse de Richibouctou

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 228
  2. a et b « Profils des communautés de 2006 - Rexton - Population », sur Statistique Canada (consulté le 25 octobre 2011).
  3. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ (ISBN 2921166062), p. 141.
  4. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick »,‎ (consulté le 19 juin 2009)
  5. « Profils des communautés de 2006 - Rexton - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 26 octobre 2009).
  6. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ , 777 p., p. 109-110
  7. a, b, c, d et e Roger P. Nason, « Rexton », sur L'encyclopédie canadienne.
  8. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel,‎ , 119 p., p. 61-62.
  9. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  10. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  11. [PDF] « Anglophone North », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  12. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 24 octobre 2011).
  13. « Profils des communautés de 1996 - Rexton - Population », sur Statistique Canada (consulté le 25 octobre 2011).
  14. « Profils des communautés de 1996 - Rexton - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  15. « Profils des communautés de 2001 - Rexton - Population », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  16. « Profils des communautés de 2006 - Rexton - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  17. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  18. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  19. « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  20. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  21. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  22. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  23. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  24. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  25. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  26. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  27. « Carte », sur Entreprise Kent (consulté le 8 novembre 2012).
  28. « Location map of credit unions in New Brunswick », sur Credit Union Central of New Brunswick (consulté le 1 janvier 2010).
  29. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].
  30. Claude Le Bouthillier, La terre tressée : poésie, Tracadie-Sheila, La Grande Marrée,‎ , 109 p. (ISBN 978-2-349-72276-8), p. 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎