Revolver Mas 1873-1874 11 mm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Revolver réglementaire MAS modèle 1873 ou 1874 Chamelot-Delvigne
Présentation
Pays d'origine Drapeau de la France France
Type Revolver d'ordonnance
Batailles Révolution monégasque
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Utilisateur(s) Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de Monaco Monaco
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau de la Grèce Royaume de Grèce
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Munitions 11 mm Mle 1873 (11x17 R)
Concepteur Henri-Gustave Delvigne
J. Chamelot
Fabricant Manufacture d'armes de Saint-Étienne
Durée de service 1873 - 1962
Production MAS 73 : 337 000 exemplaires environ (entre 1873 - 1887)
MAS 74 : 35 000 exemplaires environ (entre 1874 - 1887)
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 1,2 kg (MAS 73)
1 kg (MAS 74)
Longueur(s) 24,5 cm (MAS 73)
22,8 cm (MAS 74)
Longueur du canon 11,4 cm (MAS 73)
11 cm (MAS 74)
Caractéristiques techniques
Mode d'action Double et simple action
Portée maximale 300 m
Portée pratique 50 m
Cadence de tir 20 - 30 coups par minute
Vitesse initiale 130 m/s à 210 m/s
Capacité Barillet de 6 cartouches
Viseur Guidon fixe et cran de mire fixe
Variantes Revolver réglementaire MAS Mle 1873
Revolver réglementaire MAS Mle 1874 (Version Officier allégée)

Suivi de Revolver MAS Modèle 1892

Le revolver réglementaire modèle 1873 Chamelot-Delvigne fut la première arme de poing moderne de l’armée française. Il fut produit par la Manufacture d'armes de Saint-Étienne de 1873 à 1887 à environ 337 000 exemplaires. Bien que remplacé assez rapidement par le modèle 1892, il fut cependant largement utilisé durant la Première Guerre mondiale et équipait encore des unités de réserve en 1940. Par la suite, la résistance l’employa encore fort généreusement.

Revolver modèle Mas 1873

Le modèle 1874, produit à 35 000 exemplaires, était une version pour officier qui ne se distinguait que par un allègement général et un bronzage noir. De nombreuses copies civiles furent réalisées en France et en Belgique.

Ces deux armes employaient à l'origine une munition de 11 mm dont la vélocité était peu satisfaisante pour une arme de guerre. En effet, la vitesse à la sortie du canon n'était que de 130 m/s, ce qui correspondait à 98 joules. Cette munition fut modifiée en 1890 pour lui procurer une vitesse initiale de 190/210 m/s, pour une énergie de 230 joules, ce qui restait faible en comparaison des autres munitions de l'époque, mais qui rendait une certaine crédibilité à l'arme. Par contre, ces revolvers, d’un fonctionnement mécanique irréprochable, étaient fiables et robustes.

Des versions « Marine » furent également produites, tirant au début une munition spécifique plus puissante (jusqu'à épuisement des stocks) puis la munition standard.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Il a été distribué à l'Armée de terre, à la Marine nationale, la Gendarmerie nationale et à la Police nationale jusqu'en 1962. Il arma aussi la Banque de France, les FFI et l’administration des eaux et forêts. Il a ainsi connu le feu durant la conquête du Second espace colonial français, la Grande Guerre et la Seconde Guerre mondiale (usage limité lors de ce dernier conflit)

Casanova (H & L Publishing Publishing - HLebooks.com-2001)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le revolver réglementaire Chamelot-Delvigne Modèle 1873 - Ebook téléchargeable par Bastié et Casanova - (Editions H&L - HLebooks.com 2001)
  • Connaissance du revolver français Modèle 1873 - Ebook téléchargeable par Gérard Henrotin - (Editions H&L - HLebooks.com 2011)

Liens[modifier | modifier le code]

ainsi que de la plupart des armes françaises.