Revel-Tourdan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Revel-Tourdan
Revel-Tourdan
Église de Revel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Entre Bièvre et Rhône
Maire
Mandat
Yvan Argoud
2020-2026
Code postal 38270
Code commune 38335
Démographie
Gentilé tourvellois
Population
municipale
1 053 hab. (2017 en augmentation de 2,23 % par rapport à 2012)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 05″ nord, 5° 02′ 21″ est
Altitude Min. 267 m
Max. 444 m
Superficie 11,62 km2
Élections
Départementales Canton de Roussillon
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Revel-Tourdan
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Revel-Tourdan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Revel-Tourdan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Revel-Tourdan
Liens
Site web revel-tourdan.fr

Revel-Tourdan est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Revellois, ou Tourdanais[1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Revel-Tourdan est une petite agglomération à vocation nettement rurale, située dans le nord-ouest du département de l'Isère, non loin de la ville de Beaurepaire.

Après avoir appartenu à la communauté de communes du Territoire de Beaurepaire, la commune a adhéré à la communauté de communes Entre Bièvre et Rhône depuis le 1er janvier 2019 à la suite d'une fusion des communautés de communes de ce secteur du département.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Moissieu-sur-Dolon Primarette Rose des vents
N Pisieu
O    Revel-Tourdan    E
S
Pact Beaurepaire

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Dans ce secteur du département de l'Isère, les étés sont généralement chauds avec des périodes sèches mais des orages fréquents surviennent durant cette période. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la route départementale 538 (RD538) dénommée ainsi entre Vienne et Salon-de-Provence et se dénommait, autrefois Route nationale 538. Cette ancienne route nationale reliait Vienne à Marseille a été déclassée en 1972.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Revel-Tourdan est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme l'ensemble des communes de la plaine de Bièvre-Valloire et de la vallée du Rhône[2].

Terminologie des zones sismiques[3]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noms du lieu[modifier | modifier le code]

Tourdan (français), Tourdan (arpetan), un quartier de la commune de Revel-Tourdan (français et arpetan)

Historique du nom[modifier | modifier le code]

Turenonno au IVe s.[4], Urdonno au VIIe s.[5] (AR C, IV_27), uilla Tordoniacus en 910-927[6] et uilla Thordon en 1055[7]

Interprétation et étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom a été rapproché de Tourdun, dans le Gers ou de Tourdon dans la commune de Saint-Priest-Ligoure dans le Limousin. On pourrait y ajouter le Mont-Tourdon, lieu-dit près de Virton en Belgique, où subsiste des ruines de l’époque romaine. On a ainsi supposé que le premier terme du nom dériverait du gaulois *turno-[8] ou qu’il s’agit de la contraction du latin turris, « tour »[9] , avec un second terme, le gaulois *duno-, à moins que le second membre soit de type *donno-, mot gaulois pour désigner un « noble »[10]. Il est cependant étonnant de trouver cet adjectif en deuxième membre et il est vraisemblable que l’on a affaire, comme dans Crouciatonnum (Carentan), à *tonno-, une variante tardivement germanisée de *duno- [11], avec un suffixe –um. Un vocable *turá- « riche, fort » d’origine proto-indo-européenne[12] pourrait expliquer le premier membre[13]. *Turodonnum serait alors un « site fortifié », comme semblent l’être Tourdun, Tourdon et le Mont-Tordon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Épitaphe chrétienne provenant de Revel-Tourdan, portant l'inscription latine transcrite par CIL XII, 2187. Provient du jardin de la cure de Tourdan, trouvée sans doute avant 1865, puis encastrée à gauche de l'église de Tourdan, puis au moins depuis 2014 à l'intérieur, sur le mur droit de la nef proche de l'entrée.

Voir la préhistoire de la Bièvre-Valloire par Aimé Bocquet

Ancienne station gallo-romaine située sur l'ancienne voie Vienne-Milan, Turedonum (nom latin de Tourdan) figure sur la table de Peutinger[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1962[14] ? Marcel Gabier PCF Artisan rural
mars 200 2020 Sylvie Dézarnaud DVD Employée[réf. nécessaire]
Conseillère départementale depuis 2015
mars 2020 En cours Yvan Argoud    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2017, la commune comptait 1 053 habitants[Note 1], en augmentation de 2,23 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 158655803673884937930941979
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
893833814791784781788744700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
678705664554577564505486477
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4735315496307948429411 0241 042
2017 - - - - - - - -
1 053--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Vienne Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise de Tourdan
  • Le château de Barbarin, maison forte du XIVe siècle, est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [20].
  • L'église prieurale Notre-Dame de Tourdan, du XIIe siècle, est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [21].
  • Église Saint-Jean-Baptiste de Revel, du XIIe siècle-XVe siècle.
  • Motte castrale du Saut du Chevalier, du XIe siècle[22].
  • Vestiges de la maison forte de Barbarin, du XVe siècle remaniée au XVIIIe siècle[22].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Revel-Tourdan possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, apage sur le nom des habitants de Revel-Tourdan, consulté le 12 juillet 2020
  2. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  3. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  4. Tabula Peutingeriana, III, 1
  5. Anonyme de Ravenne, Cosmographie, IV_27
  6. cartulaire de Cluny)
  7. cartulaire de Saint- André-le-Bas de Vienne
  8. A. Dauzat & Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Guénégaud, Paris, 1978
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, 2, 3, Droz, Genève,1990-1
  10. X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, Coll. des Hespérides, Paris, 2008
  11. M. Lhuillier, Bulletin trimestriel de la société archéologique de Touraine, 1889
  12. Julius Pokorny, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, Francke, 1959
  13. a et b Nicolas Drouvot, « L'agglomération antique de Turedonnum (Revel-Tourdan, Isère) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. XXXVIII-XXXIX,‎ , p. 45-59 (DOI 10.3406/ran.2005.1149).
  14. https://archive.org/details/EL028L196211038062PFPdfmasterocr/page/n1
  15. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  20. « château de Barbarin », notice no PA38000032, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Ensemble prieural de Tourdan », notice no PA38000031, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. a et b Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 692

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :