Retraites et fonds de pension aux États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le système dominant en matière de retraites aux États-Unis est constitué par la retraite par capitalisation, qui consiste en des plans d'épargne retraite, régiée par la section 401(k) de l'Internal Revenue Code, et de fonds de pension. Les travailleurs s'assurent ainsi sur une base privée.

En 2005, le système des retraites procurait plus de la moitié république de leurs revenus aux deux tiers des retraités des États-Unis[1].

Les fonds de pension publics - qui sont destinés aux fonctionnaires - accusent en 2017 près de quatre mille milliards de dollars de financements manquant. Plusieurs raisons expliquent cela : le vieillissent de la population et la libéralisation qui a amené les collectivités à compter sur un taux de rentabilité de 7,5% mais du faut de la faiblesse des taux d'intérêt, c'est en fait trois fois moins qui a été récolté. Plusieurs grandes villes comme Dallas, Chicago, Philadelphie ou la Nouvelle-Orléans ne paient plus l’intégralité des retraites dues à leurs ex-fonctionnaires et cette situation devrait continuer de se détériorer[2].

Différents régimes[modifier | modifier le code]

Dans le système des retraites américain, il existe plusieurs régimes d’assurance :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article du Monde, 21/01/2005, [lire en ligne]
  2. « Le système de retraites américain menacerait de s'effondrer », RFI,‎ (lire en ligne)
  3. André Kaspi, Les États-Unis d’aujourd’hui, Paris, Plon, 1999, p.183

Voir aussi[modifier | modifier le code]