Retouche d'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Modification numérique de saturation des couleurs
Modification numérique du contraste

La retouche d'image désigne tout procédé qui consiste à modifier une image. En peinture, il s'agit pour le peintre de modifier très légèrement certains aspects de sa toile. Si les sujets sont modifiés dans leurs positions, supprimés ou ajoutés, on parle de repentir. Si un autre peintre modifie ultérieurement la toile achevée par le peintre initial, on parle de repeint.

En photographie, la retouche consiste à corriger des défauts d'aspect, éclaircir ou assombrir l'image, augmenter ou diminuer les contrastes, la saturation des couleurs, etc. La retouche d'image peut aussi faire référence à des modifications plus importantes. Si on transforme une photographie pour ajouter une personne ou en enlever une (par exemple), on parle alors de photomontage ou de trucage photographique.

Peinture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La restauration des œuvres d'art.

Photographie[modifier | modifier le code]

La retouche permet de modifier des éléments courants d'une photographie (luminosité, contraste) pour en améliorer l'aspect. Elle permet de supprimer rapidement des petits défauts (sur un portrait : boutons, yeux rouges, etc.). Il est également possible d'effectuer des montages à partir d'une ou de plusieurs photographies : suppression d'un détail, ajout d'une personne...

L'arrivée des smartphones et des tablettes avec appareil photo numérique intégré a multiplié la prise de vue rapide et les retouches photo, notamment par voie de services en ligne gratuits où à l'aide d'applications installées sur les appareils. Beaucoup de montages sont effectués par les propriétaires de blogs ou de pages de réseaux sociaux et notamment les adolescents. Ces montages rapides sont souvent issus de plusieurs photographies assemblées entre elles ou de photos de fond intégrant une photo personnelle, souvent à l'aide de logiciels proposant des corrections ou des montages automatiques.

Logiciels de retouche d'images numériques[modifier | modifier le code]

Liste non-exhaustive

Commercialisés[modifier | modifier le code]

Logiciels avec gestion des images intégrée
Logiciels sans gestion des images intégrée

Libre[modifier | modifier le code]

  • GIMP (GNU Image Manipulation Program) : généraliste.
  • LightZone : d'abord propriétaire, maintenant libre. Avec Aftershot Pro, c'est le seul programme utilisable en petite production sous Linux. Windows et Mac OS.
  • Darktable : développeur de fichiers bruts et de traitement d'image photographiques sous Linux, extrêmement puissant. Son ergonomie ne convient pas à tous.

Gratuits[modifier | modifier le code]

Gratuits en ligne[modifier | modifier le code]

Exemples[modifier | modifier le code]

Numérisation de films cinématographiques[modifier | modifier le code]

Avant l'apparition de la technologie numérique, les films de cinéma étaient tournés sur film argentique[3]. La numérisation de ceux-ci s'accompagne presque toujours d'une certaine altération, conséquence nécessaire du changement de procédé de sauvegarde et résultant également de la modification voulue des paramètres de l'image (luminosité, contraste, rendu des couleurs).

Si les films de cinéma jusqu'aux années 1970 présentent pour la plupart un contraste faible à l'origine[4], force est de constater visuellement que leurs versions disponibles par la suite en numérique ont subi très souvent une augmentation du contraste, accompagnée généralement d'une légère diminution de la résolution effective perçue (notamment dans les parties fonçées de l'image qui ont tendance alors à perdre leurs détails, ce phénomène étant la conséquence de l'augmentation du contraste, comme cela apparaît à droite dans la photo de paysage retouchée plus haut), et pouvant induire, lorsqu'il ne s'agit pas de films en noir et blanc, une dénaturation des couleurs. Celles-ci sont altérées de différentes façons suivant qu'elles soient des couleurs relativement claires ou des couleurs plus sombres. Un traitement du film (expression préférable à « retouche » car il s'agit de retoucher, de manière identique et automatisée, chacune des images numériques du film, qui se comptent par milliers) par augmentation du contraste aura pour conséquence que les couleurs plutôt claires deviennent pâles et délavées, et que les couleurs plutôt sombres au contraire apparaissent plus fonçées et s'approchant du noir. Ces modifications se remarquent assez facilement par exemple dans le ciel bleu qui devient presque blanc, et dans la végétation (arbres, etc.) où les parties vert clair blanchissent et les parties vert fonçé noircissent ; les visages de personnes à peau claire qui devraient normalement apparaître, de manière réaliste, avec la couleur normale de leur peau (par exemple, plus ou moins rose), ont tendance à devenir presque blancs dans leurs parties exposées à la lumière directe, tandis que leurs parties dans l'ombre s'assombrissent fortement ; les cheveux, dans le cas où ils ont une teinte assez foncée au départ, s'affichent avec une couleur encore plus fonçée, voire presque noire.

De telles distorsions ne sont pas dues à la simple numérisation, mais résultent d'un traitement spécifique effectué par les distributeurs de films, qui, lors de l'élaboration d'un DVD, contrôlent et règlent les paramètres déterminant la qualité de l'image après la conversion analogique/numérique. Contrairement à une œuvre littéraire dont le texte en lui-même (constitué de symboles identifiés et non altérables : les lettres et la ponctuation) peut être diffusé sans aucune erreur et de façon parfaitement identique à l'original, la reproduction d'une œuvre audiovisuelle ou cinématographique est potentiellement sujette à des altérations, qui ne se remarquent d'ailleurs pas nécessairement de manière immédiate et évidente pour tout le monde (il faut parfois un œil attentif ou exercé), et qui peuvent être qualifiées de manipulations, suivant le point de vue que l'on adopte.

Simplement à titre d'exemple et de façon uniquement indicative, les versions numériques de Les Tontons flingueurs, de Quand la Panthère rose s'emmêle ou du Magnifique illustrent de façon assez frappante ce genre d'altération.

Un contraste excessif ou une luminosité exagérée peuvent être réduits et corrigés en utilisant certains lecteurs vidéo comme BSplayer (touches 7 et 1 du pavé numérique désactivé, correspondant à un réglage de la luminance sur ffdshow).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seezat - Site officiel
  2. Pimagic - Site officiel
  3. La pellicule absente - Guillaume Basquin, Le Monde diplomatique, 4 juin 2013
  4. (en) Part 3: Cinematography - Université Yale, 27 août 2002 (chapitre Contrast)
    « Most films use low contrast to achieve a more naturalistic lighting. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]