Restitution des biens culturels du Bénin par la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Restitution des biens culturels du Bénin par la France

Type de traité loi no 2020-1673
Signature
Lieu de signature Paris
Entrée en vigueur
Condition Construction d'un musée d'accueil au Bénin
Signataires Autorités du Bénin et de la France

La restitution des biens culturels du Bénin par la France est un processus démarré par la demande officielle effectuée en par le président béninois Patrice Talon au sujet des biens saisis au Bénin lors du sac effectué par les soldats français à Abomey en 1892. Initialement refusée par le gouvernement français sous la présidence de François Hollande[1], la demande est acceptée par celle d'Emmanuel Macron sous la forme d'une loi française mais limitée à 26 œuvres, ce que conteste le gouvernement béninois. Dans ce contexte, le Bénin aménage un musée pour accueillir les œuvres demandées. Ce processus de restitution ne devrait pas être confondu avec le retour au Bénin d'objets faisant partie de collections privées en France.

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la déclaration du président Emmanuel Macron de vouloir « restituer le patrimoine africain à l’Afrique » (Discours de Ouagadougou, 2017), les auteurs du rapport Felwine Sarr et Bénédicte Savoy (Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain : vers une nouvelle éthique relationnelle, 2018) affirment que cela « exige une connaissance précise des collections africaines conservées en France (où sont-elles et que sont-elles ?) ; une clarté totale sur les contextes historiques et scientifiques à la faveur desquels les objets sont arrivés dans les collections qui les conservent aujourd’hui[2] ».

Historiquement, en France, l’acquisition, les « modes d’appropriations » du patrimoine culturel africain sont très variés. L’importation des objets en France et leur exposition par les musées « s’échelonnent sur une période relativement longue, du dernier tiers du XIXe siècle à la seconde moitié du XXe siècle[2] ».

Au Bénin, les « prises de guerres » d’Alfred Dodds lors du sac d’Abomey en 1892 sont réclamées[3]. Les objets exposés au Musée du Quai Branly - Jacques-Chirac « sont entrés au sein des collections nationales dans le cadre de dons ou dations s’échelonnant de la fin du XIXe siècle à l’année 2003[4] ».

Processus de restitution[modifier | modifier le code]

Déroulement du processus[modifier | modifier le code]

  • Le , le président béninois Patrice Talon fait une demande officielle de restitution des œuvres d’art emportées lors de la conquête coloniale à la fin du XIXe[5],[6]. En 2016, le Bénin initie une demande de restitution des biens culturels pillés sur son territoire[7].
  • En , la demande est écartée par Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères, au nom du principe d'inaliénabilité des collections nationales[6],[8],[9],[10],[11].
  • Le président français François Hollande rejette la demande faite par le Bénin, de restituer les bien culturels pillés[12].
  • Le à l’université de Ouagadougou, au Burkina Faso, devant 800 étudiants, le président français Emmanuel Macron présente « les axes de la relation qu’il souhaite entretenir avec « un continent où se joue une partie de notre avenir commun[13] » (discours de Ouagadougou[14]). Concernant la culture, il affirme que « le patrimoine africain doit pouvoir être exposé en Afrique ». Précisant que cela suppose un gros travail et la mise en place de nombreux partenariats avec diverses structures (scientifique, muséographique), il estime que cinq années sont nécessaires pour permettre « une restitution temporaire ou définitive du patrimoine africain en Afrique »[a].
  • Emmanuel Macron commande un rapport à Bénédicte Savoy et Felwine Sarr[15] qui inventorie le patrimoine africain conservé en France et propose d'amender la législation sur l’inaliénabilité du patrimoine muséal.
  • Le , Patrice Talon est l’invité d’honneur de la Conférence internationale des biens culturels et du patrimoine en partage à l'UNESCO. Il prononce alors un discours[16].
  • Après la remise du rapport Sarr-Savoy en [b], Emmanuel Macron annonce vouloir restituer « sans tarder » 26 œuvres saisies par l’Armée française en 1892 et réclamées par le Bénin[8].
  • Après des premiers signes d’avancées en et l’examen par le gouvernement du « premier projet de loi permettant le transfert d’œuvres culturelles vers leur pays d'origine[17] », l'Assemblée nationale, sur demande la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, vote la restitution des pièces le [18],[19],[20].
  • La loi no 2020-1673 du 24 décembre 2020 relative à la restitution de biens culturels à la République du Bénin et à la République du Sénégal est publiée au Journal officiel le [21],[22],[23].

Situation en 2021[modifier | modifier le code]

Le processus de restitution est suspendu à la réalisation d'un musée par la partie béninoise. La France déclare les 26 œuvres disponibles pour leur restitution au Bénin. Le Bénin cependant dit ne pas être prêt car aucun musée n'est capable de recevoir et de mettre en valeur ces œuvres.

Les œuvres concernées[modifier | modifier le code]

Il existe un désaccord entre les deux pays sur le nombre et les objets qui ont été pillés au Bénin par Alfred Dodds et plus largement par les soldats du corps expéditionnaire français. Le gouvernement béninois, à travers Alain Gonodou, directeur de l'Agence nationale béninoise de promotion des patrimoines et de développement du tourisme, a exprimé que la liste des 26 œuvres retenue par le grand public a été établie unilatéralement par la France et sans concertation avec les instances béninoises[24],[25],[26].

Le trésor de Béhanzin[modifier | modifier le code]

Il s'agit de 26 œuvres dont la statue anthropomorphe du roi Ghézo, la porte du palais royal d'Abomey, la statue anthropomorphe du roi Béhanzin et de plusieurs autres œuvres[27],[28],[29],[30], toutes conservées dans le musée du Quai Branly-Jacques Chirac en France[31]. Ces objets ont été pillés lors de la prise de la capitale du royaume du Dahomey par les troupes françaises dirigées par Alfred Dodds[32].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La demande de restitution de biens culturels du Bénin par la France a eu des conséquences dans ces deux pays concernés, mais également dans d'autre pays[En quoi ?].

Au Bénin[modifier | modifier le code]

Le Bénin a démarré la construction d'un musée pour accueillir les œuvres lors de leur restitution[33]. Le musée au Bénin n'étant pas encore prêt, le processus de rétrocession est retardé[34],[35],[36]. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest élabore un plan d'action régional 2019-2023[37].

En France[modifier | modifier le code]

Vingt-six pièces seront restituées en au Bénin[38]. Il s'agit des œuvres offertes par Alfred Dodds au musée du Trocadéro : huit objets en 1893 — trois statues mi-homme, mi-animal, quatre portes du palais et un siège royal — et les autres en 1895 — trois récades, six autels portatifs, des calebasses gravées, les trônes des rois Ghézo et Glélé, un repose-pieds, un fuseau, un métier à tisser, une tunique et un pantalon de soldat —[38].

En , le musée du Quai du Branly organise une exposition de ces 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey avant leur restitution[39]. Une cérémonie de restitution est prévue le au musée du Quai Branly[40].

Initiatives privées de restitution[modifier | modifier le code]

Le processus de restitution de biens culturels du Bénin par la France ne concerne que des objets faisant partie de collections publiques de l'État français. Il existe aussi un retour de biens culturels béninois depuis des collections privées. C'est le cas notamment des 27 récades ayant rejoint le Petit Musée de la Récade en . Ce « retour au pays natal » est une initiative du galeriste parisien Robert Vallois et du Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés[41],[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le premier remède c’est la culture, dans ce domaine, je ne peux pas accepter qu’une large part du patrimoine culturel de plusieurs pays africains soit en France. Il y a des explications historiques à cela mais il n’y a pas de justification valable, durable et inconditionnelle, le patrimoine africain ne peut pas être uniquement dans des collections privées et des musées européens. Le patrimoine africain doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou, ce sera une de mes priorités[14]. »
  2. Ce rapport est disponible en ligne (Rapport de novembre 2018). Voir aussi la page de présentation avec une liste des articles de presse sur le sujet :
    « Felwine Sarr, Bénédicte Savoy: Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle. Paris 2018; The Restitution of African Cultural Heritage. Toward a New Relational Ethics (version originale en français et traduction en anglais, pdf, », (consulté le ).
    Ce rapport est disponible aussi au Éditions du Seuil :
    voir Bénédicte Savoy et Sabine Cassard, « Bénédicte Savoy. Co-auteur avec Felwine Sarr d’un rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain », La lettre du Collège de France, no 44,‎ , p. 32–33 (ISSN 1628-2329, DOI 10.4000/lettre-cdf.4336, lire en ligne, consulté le )
    Philippe Dagen, « Art africain : la France coloniale au rapport », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La France finalise solennellement la restitution de 26 œuvres d'art au Bénin • FRANCE 24 » (consulté le )
  2. a et b Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, p. 37.
  3. Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, p. 17, 44-45.
  4. Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain, p. 42.
  5. « Art classique : le Bénin réclame à la France des pièces de son patrimoine – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  6. a et b « Restitution du patrimoine africain : Emmanuel Macron donne des gages à Patrice Talon – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  7. « Le Bénin attend toujours la restitution de son patrimoine promis par la France – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  8. a et b Philippe Dagen, « La France va rendre « sans tarder » 26 œuvres d’art au Bénin », sur lemonde.fr, (consulté le )
  9. « Restitution du patrimoine africain : Emmanuel Macron nomme deux experts culturels », sur Connaissance des Arts, (consulté le )
  10. « 26 objets du palais de Béhanzin vont être restitués au Bénin », sur Connaissance des Arts, (consulté le )
  11. « Édito : Attention à la boîte de Pandore ! », sur Connaissance des Arts, (consulté le )
  12. « Le Bénin attend le retour d’œuvres prises par la France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Laurence Caramel et Cyril Bensimon, « Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. a et b « Le discours de Ouagadougou d’Emmanuel Macron », Le Monde
    « L’intégralité du discours prononcé le mardi 28 novembre 2017 par le président français à l’université Ouaga 1 au Burkina Faso. »
  15. « Le président Macron nomme deux experts pour la restitution du patrimoine africain », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « A l’Unesco, Patrice Talon plaide pour la restitution des biens culturels du Bénin gardés en France », sur ortb.bj (consulté le )
  17. « La France officialise la restitution d'objets d'art au Sénégal et au Bénin », sur Le Figaro (consulté le )
  18. « Roselyne Bachelot et le parlement acceptent de rendre un sabre au Sénégal et des statues au Bénin », sur Le Figaro, (consulté le ).
  19. « 1ère séance : Projet de loi de finances pour 2021 (lecture déf.) ; Retour de biens culturels au Bénin et au Sénégal (lecture définitive) ; Prorogation des chapitres VI à X du titre II du livre II et de l'art. L. 851-3 du code de la sécurité intérieure - Jeudi 17 décembre 2020 » [[vidéo]], sur videos.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  20. « Loi du 24 décembre 2020 relative à la restitution de biens culturels à la République du Bénin et à la République du Sénégal », sur Vie-publique.fr (consulté le ).
  21. Loi 2020-1673 du 24 décembre 2020.
  22. « Les députés français approuvent la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  23. « REPLAY- Emmanuel Macron s'exprime sur la restitution des œuvres d'art au Bénin • FRANCE 24 » (consulté le )
  24. « Restitution du patrimoine : « Au Bénin, les soldats français n’ont pas pris que vingt-six objets ! » – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  25. « Patrice Talon "pas satisfait" du projet français de restitution d'oeuvres d'art - Africa Radio », sur www.africaradio.com (consulté le )
  26. « Restitution des biens culturels au Bénin: Patrice Talon insatisfait sur un point », sur Banouto (consulté le )
  27. « Restitution des biens culturels : liste des 26 œuvres retenues pour le Bénin en France », sur Banouto (consulté le )
  28. « Restitution des biens culturels africains : le Sénat valide le retour du «Trésor de Béhanzin» au Bénin », sur Connaissance des Arts, (consulté le )
  29. « La France acte la restitution d’objets d’art au Sénégal et au Bénin – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  30. « Restitution des biens culturels au Bénin et au Sénégal : où en est le projet de loi ? », sur Connaissance des Arts, (consulté le )
  31. « Restitution des trésors au Bénin : Une délégation française à Cotonou », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le )
  32. Histoire coloniale et postcoloniale, « La France prête au Bénin des trophées de la colonisation », sur histoirecoloniale.net, (consulté le )
  33. « Restitution des biens culturels: La qualité des investissements muséaux du Bénin emballe la France », sur La Nation Bénin, (consulté le )
  34. « Restitution des objets d'art au Bénin : le pays demande à la France de retarder la date de livraison », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  35. « Restitution des trésors au Bénin : Une délégation française à Cotonou », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le )
  36. « Bénin : « Demander à la France qu’elle retarde la restitution de nos œuvres d’art est une atteinte à notre fierté » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Restitution des biens culturels: La Cedeao pour l’élaboration d’un plan d’action régional 2019-2023 », sur La Nation Bénin, (consulté le )
  38. a et b Philippe Dagen, « Vingt-six objets bientôt rendus au Bénin par le Musée du quai Branly », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. [entretien] Philippe Dagen, Guillaume Fraissard et Emmanuel Kasarhérou, « « Nous avons décidé avec le Bénin de ne pas faire les restitutions des objets royaux en catimini » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Sophie Cachon, « Bénin : les 26 œuvres du palais d’Abomey restituées par Emmanuel Macron », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Retour au pays natal pour des objets traditionnels du Dahomey », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « Un musée du Bénin va accueillir 27 objets traditionnels provenant de collections européennes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]