Inédie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Respirianisme)
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Inédit.

L'inédie (parfois appelé respirianisme ou pranisme) est le fait pour une personne de vivre sans se nourrir, parfois sans boire, en puisant son énergie dans le milieu ambiant, cela sur de longues périodes pouvant concerner une partie non négligeable de sa vie. Les cas décrits sont souvent concomitants d'un contexte religieux, voire mystique ou sectaire. La possibilité de l'inédie est contraire aux connaissances de la physiologie humaine. Les rares cas cliniquement suivis sont entachés de biais observationnels et de soupçons de charlatanisme. L'extrémisme de ce comportement est dénoncé comme cause de sous-nutrition parfois mortelle[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7].

Connaissances scientifiques[modifier | modifier le code]

Le point de vue scientifique est que ces allégations sont fausses et que ceux qui en font la promotion seraient des manipulateurs ou des mythomanes. En France, la MIVILUDES a mis en garde contre l'inédie, qu'elle qualifie de « jeûne extrême », et qu'elle assimile au charlatanisme[8].

Pour un être humain en bonne santé, un régime sans eau est généralement mortel après une semaine[9],[10]. Sans nourriture solide, il n'est généralement pas possible de survivre au-delà de quarante à soixante jours[9],[11] voire environ 85 jours dans des cas exceptionnels[12],[13], si la personne est bien portante et bien nourrie au moment du début du jeûne. La physiologie peut s'adapter en mobilisant des réserves internes, mais, assez vite (en moyenne au bout de 3 à 4 semaines), la poursuite du jeûne comporte des risques importants, notamment cardiaques.

Définition de l'inédie par ses adeptes[modifier | modifier le code]

Certaines personnes accordant foi à cette théorie précisent que l'inédie n'est pas dans sa destination une forme de jeûne mais serait une façon surnaturelle de s'alimenter : « Sont définis inédiens (qui sont en inédie) les personnes qui se nourrissent exclusivement de liquides exempts de matières solides en suspension »[14][réf. insuffisante].

Ils expliquent qu'il s'agit bien de continuer à s'alimenter, se nourrir, mais d'une manière différente de la nutrition biologique naturelle. « Le mode inédien est un mode alimentaire.»[14][réf. insuffisante].

Depuis la fin du XXe siècle, des individus, principalement issus du courant New Age ou s'inspirant de notions traditionnelles indiennes (Prana), prétendent qu'il est possible de s'alimenter sans manger, en captant une forme d'énergie vitale invisible qui imprégnerait l'univers : ils parlent de respirianisme ou de pranisme.[réf. nécessaire]

Cas notoires prétendus d'inédie[modifier | modifier le code]

Hira Ratan Manek[modifier | modifier le code]

Né en 1937 à Bodhavad (Inde), ingénieur en mécanique diplômé de l'Université du Kérala, Hira Ratan Manek prit sa retraite en 1992 et commença à étudier la pratique du sungazing (se nourrir de la lumière du soleil en observant celui-ci aux premières heures du jour ou au crépuscule). C'est cette pratique qui lui permettrait de se nourrir depuis 1995 de lumière solaire et d'eau solarisée (exposée au soleil durant 5 à 8 heures). Selon ses propres affirmations et celle du Dr Sudhir V. Shah, un médecin indien[15], son inédie aurait été contrôlée médicalement à trois reprises entre 1995 et 2001. Mais aucune autre source secondaire n'a permis de le confirmer.

Michael Werner[modifier | modifier le code]

Michael Werner est né en 1949 à Braunschweig, en Allemagne et vit dans les environs de Bâle. Docteur en chimie, il dirige un institut de recherches pharmaceutiques à Arlesheim. Depuis 2001, il vivrait sans ingérer de nourriture solide, se contentant de peu de liquides et de « lumière »[réf. à confirmer][16]. Son inédie aurait été contrôlée en octobre 2004, durant 10 jours, dans le service des soins intensifs d'un hôpital suisse[réf. à confirmer][17].

Marthe Robin[modifier | modifier le code]

Marthe Robin (1902-1981) est une mystique catholique française. En 1903, elle est atteinte de la fièvre typhoïde et échappe de peu à la mort mais demeurera fragile toute son enfance. Elle tombe gravement malade en 1918, sans doute atteinte d'une encéphalite léthargique. Après de nombreuses rechutes, elle demeurera paralysée des membres inférieurs à partir de mai 1928[18].

Chez Marthe Robin, l'inédie n'est qu'une manifestation extraordinaire parmi d'autres (stigmatesetc.). Durant une cinquantaine d'années, elle n'aurait pris qu'une hostie par semaine. L'un de ses biographes, Raymond Peyret écrit : « De 1928 donc à 1981, année de son décès, Marthe n'a absorbé que l'hostie qu'on lui apportait une ou deux fois par semaine[19]. » Selon le philosophe Jean Guitton, la possibilité avait été offerte à Marthe Robin de faire étudier son inédie dans une clinique pendant des mois pour que « la preuve de son jeûne soit faite ». Ce à quoi elle aurait répondu « Croyez-vous que cela convaincrait les gens ? Ceux qui n’admettent pas, n’admettraient pas davantage[20]. » Ce qui fait qu’il n’existe aucune preuve clinique de cette inédie de Marthe Robin.

Prahlad Jani[modifier | modifier le code]

Le yogi Prahlad Jani, 83 ans, affirme avoir passé plus de 70 ans sans eau ni nourriture[21][réf. insuffisante]. Début 2010, il accepte de se prêter à une expérience scientifique dans un hôpital d'Ahmedabad (Inde) durant 15 jours, sous la surveillance d'une équipe de 30 médecins dirigée par le neurologue le Dr Sudhir V. Shah[22], qui avait déjà étudié le cas d'Hira Ratan Manek, et sous l'égide de la Defence Research and Development Organisation[23]. Prahlad Jani a été surveillé 24 heures sur 24 par des caméras en avril-mai 2010. Durant l'expérience Prahlad Jani a été autorisé à se gargariser et à se baigner[24].

Le docteur Illavazahagan, chargé de l’affaire, déclare ensuite qu'il espère que « de cette observation jaillira peut-être la lumière sur la survie de l’homme sans eau ni nourriture […] Le recours au scanner vise à comprendre quelle est l’énergie qui soutient son existence. Jani dit qu’il médite pour avoir de l’énergie » explique le médecin à l’AFP.

Mais le Dr Sudhir V. Shah est soupçonné par l'Association indienne rationaliste d'avoir un biais favorable, étant un jaïn zélé[25]. De l'avis de James Randi[26], qui se consacre à la démystification de ce genre de cas, les protocoles n'ont pas été menés avec assez de rigueur pour qu'on puisse entériner la performance. Le Medical Council of India a critiqué les protocoles suivis, les jugeant insuffisants[27][réf. incomplète].

Ellen Greve[modifier | modifier le code]

Ellen Greve, dite Jasmuheen

L'Australienne Ellen Greve, alias « Jasmuheen (en) », déclare ne se nourrir que de la « force de l'amour divin » depuis 1993. Cette pratique, également baptisée respirianisme, aurait déjà provoqué (directement ou indirectement) la mort d'au moins trois personnes[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7].

Mise au défi d'apporter la preuve de ses dires par une équipe de télévision australienne, Ellen Greve a accepté, il y a quelques années, d'être filmée à son domicile, puis surveillée dans une retraite en pleine nature afin de pouvoir respirer l'air frais d'où proviendraient « 70 % de ses nutriments ». Au bout du quatrième jour de jeûne sans eau, le médecin supervisant l'expérience, Beres Wenck, présidente de la branche du Queensland de l'Association médicale australienne, lui a fortement recommandé d'arrêter l'expérience craignant pour sa santé.

Selon ce médecin, les pupilles de Greve étaient dilatées, son discours ralenti et elle était « déshydratée ». Vers la fin du test, le médecin déclarait : « Son pouls est le double de celui qu'elle avait au départ. Elle risque une insuffisance rénale. L'émission de télévision 60 minutes serait responsable si on l'encourageait à continuer. Elle devrait arrêter maintenant. »

L'expérience fut donc interrompue. Le Dr Beres Wenck précisa : « Malheureusement il y a quelques personnes qui vont croire ce qu'elle dit, et je suis sûre que c'est seulement un petit nombre de personnes, mais je crois qu'il est irresponsable pour quelqu'un d'encourager d'autres à faire quelque chose qui va nuire à leur santé[28]. » Bien qu'Ellen Greve prétende avoir des milliers de disciples[29],[30], principalement en Allemagne[31], aucune preuve n'a été apportée qu'il lui soit, ou lui ait été possible, de vivre pour une longue période de temps sans aucune boisson ni nourriture.

Autres cas[modifier | modifier le code]

  • Les vœux d'abstinence de saint Nicolas de Flue (1417-1487) ont propagé une légende populaire selon laquelle il aurait vécu 19 ans en vivant de la consommation exclusive de l’hostie[32].
  • Sarah Jacob, au Pays de Galles, à la fin du XIXe siècle, qui prétend ne rien avoir mangé à partir de l'âge de 12 ans, morte en 1869[33].
  • Louise Lateau (1850-1883), mystique belge, stigmatisée et inédique.
  • Mary J. Fancher, dite Mollie Fancher (également appelée « l'énigme de Brooklyn »), fameuse inédique de Brooklyn, à la fin du XIXe siècle, morte en 1916[34].
  • Thérèse Neumann, au milieu du XXe siècle, qui n'aurait absorbé pendant 36 ans d'autre aliment que l'hostie de sa communion quotidienne et un peu d'eau.
  • Selon l'auteur Poumi Lescaut qui en a fait une biographie, Balayogi[35], dans le sud de l'Inde, ne se serait pas nourri pendant plus de 40 ans, restant totalement immobile en position du lotus toute sa vie d'adulte. Aucune preuve n'accrédite cette affirmation.
  • Ram Bahadur Bomjon, adolescent de 17 ans dans le sud du Népal, serait resté immobile et sans manger sous un arbre pendant plusieurs mois.
  • Deux Français habitant Nantes prétendent être des chamanes n'ayant pas mangé depuis des années : Isabelle Hercelin[36] depuis 2009 et Henri Monfort depuis 2002[37],[38].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Lumière : film documentaire autrichien sur le respirianisme du réalisateur Peter Arthur Straubinger, sorti en France en décembre 2010[39]. Ce film a été critiqué par la Miviludes qui le considère comme une tentative de « banalisation » d'une « pratique charlatanesque »[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les “breatharians”, une secte qui ne manque pas d’air », [[Courrier international]].
  2. a et b (en) « Guru condemned as 'dangerous', », sur BBC.
  3. a et b « Les pratiques aux fins de prévention et de développement personnel »,, sur Miviludes.
  4. a et b (en) « UK: Scotland Woman 'starved herself to death', », sur BBC.
  5. a et b (en) « Three deaths linked to 'living on air' cult », sur www.rickross.com .
  6. a et b « Les sectes s'emparent du marché du mieux-vivre », sur Le Figaro,‎ 27 avril 2006.
  7. a et b « Le respirianisme : l'air et la lumière pour seule nourriture »,, sur Prevensectes.
  8. Commentaire de la MIVILUDES
  9. a et b (en) « How long can the average person survive without water? » Randall K. Packer sur le Scientific American, 2002
  10. (en) « How long can someone survive without water? », sur www.guardian.co.uk dans The Guardian.
  11. Bobby Sands, militant irlandais, est mort après 66 jours de jeûne
  12. « Mort d'un détenu politique en grève de la faim », sur www.france24.com,‎ (consulté le 24 février 2010)
  13. (en) The Book of Firsts, Patrick Robertson, p. 84, 1975, rapporte l'histoire de 9 détenus de la prison de Cork city Gaol, en (Irlande) en 1920, dont le jeûne a duré 94 jours.
  14. a et b Yv, « Inédie », sur pranique.com (consulté le 28 avril 2016)
  15. Rapport du Dr Shah
  16. Michael Werner et Thomas Stöckli, Se nourrir de lumière : l'expérience d'un scientifique, Aethera, 2008, p. 78, (ISBN 978-2-915804-20-1) (OCLC 428364508) : « … il y a là une certaine force, une source de force, un courant de vie, une certaine force de vie que l'on peut sentir nettement. Dans les tout premiers jours du processus, (21 jours) ce n'était pas encore présent, mais soudain cela a surgi, environ à partir du quatrième jour et cela persiste encore jusqu'à aujourd'hui. »
  17. Michael Werner et Thomas Stöckli, op. cit., (OCLC 428364508) p. 34–59
  18. Bernard Peyrous, Vie de Marthe Robin, Éditions de l'Emmanuel/Éditions Foyer de Charité, 2006, p. 34,35 et 65
  19. Raymond Peyret, Marthe Robin, la croix et la joie, Éditions Peuple libre, 1993, p. 70
  20. Portrait de Marthe Robin par Jean Guitton, Grasset, 1999
  21. Le Figaro, Paris, 10 mai 2010. La Tribune de Genève, 11 mai 2010. The Daily Telegraph, 12 mai 2010.
  22. Rapport détaillé du Dr Shah
  23. « Le mystère de l'Indien qui jeûne depuis plus de 70 ans », Le Figaro, 10 mai 2010.
  24. Nicolas Gauvrit, « Énergies renouvelables : le yogi solaire », SPS (Science… & pseudo-sciences), no 291,‎ (lire en ligne)
  25. Rapporté sur Sciences et avenir
  26. (en) [vidéo] Vidéo de Randi : « James Randi Speaks: Powered by Sunlight » sur YouTube
  27. Article sur Reshap.com
  28. (en) « Fresh-air dietician fails TV show's challenge » (consulté le 7 juin 2008)
  29. (en) « Starvation guru given hostile reception » (consulté le 7 juin 2008)
  30. (en) « Mysticism » (consulté le 7 juin 2008)
  31. (en) « Face behind food-free teaching » (consulté le 7 juin 2008)
  32. Marie Philippe Aimée de Golbery, Histoire et description de la Suisse et du Tyrol, Firmin Didot, (présentation en ligne), p. 207
  33. (en) A Wonderful Little Girl: The True Story of Sarah Jacob the Welsh Fasting Girl, Siân Busby, Short Books, 2003
  34. (en) Mollie Fancher, the Brooklyn enigma: An authentic statement of facts in the life of Mary J. Fancher, Eagle book, 1894
  35. Balayogi : L'alchimie du silence de Poumi Lescaut et Jean-Yves Leloup,  éd. Le Félin, 2003
  36. Témoignage : à Nantes, elle affirme ne presque plus manger
  37. Un homme prétend ne plus manger depuis près de huit ans sur le site de l'Unadfi.org
  38. J’ai rencontré l’homme qui dit ne plus manger depuis près de huit ans
  39. Site du distributeur du film
  40. Audrey Pelé, « Vivre sans manger, le sujet d'un film qui fait polémique », sur www.lefigaro.fr,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]