Requin (bateau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Requin
Image illustrative de l’article Requin (bateau)
Requin en compétition
logo de la classe
Autres noms Hai
Gréement Sloop bermudien
Histoire
Architecte Gunnar L. Stenbäck
Lancement 1930
Équipage
Équipage 3
Caractéristiques techniques
Longueur 9,60 m (hors-tout), 6,60 m (flottaison)
Maître-bau 1,90 m
Tirant d'eau 1,10 m
Déplacement 1850 kg dont 1050 kg de lest
Voilure Grand-voile 24,10 m²
génois 11,40 m²
foc 6,93 m²

Le Requin (Hai en finlandais) est une classe voilier de sport à quille (dit aussi quillard de sport), gréée en sloop, plus précisément un gréement bermudien ou Marconi.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Requin fut dessiné par l'architecte naval finlandais Gunnar L. Stenbäck (fi) en 1930. Comparable au Dragon, il a une carène et un gréement très sportifs, et nécessite trois équipiers en régate. Avec son étrave très élancée, ses lignes longues et étroites, il passe dans le clapot sans ralentir. Construit à l'origine en bois, le Requin a aussi été construit en plastique à partir de 1978. Il a connu un certain succès, en particulier auprès de la Marine nationale qui en a fait le voilier d'entraînement de ses officiers. Depuis son introduction en France, en 1934, 490 unités ont été construites. La flotte la plus importante est concentrée à Noirmoutier. Une association, l'Association française des propriétaires de Requin[1], veille au dynamisme et au devenir de la série. Chaque été, elle organise un championnat national[2], et expose régulièrement au Salon nautique international de Paris[3].

Le chantier Pouvreau a construit la majorité des Requins en bois[4] en modifiant légèrement les plans d'origine. D'autres chantiers étaient plus respectueux (Quéré, Bertin), les Pouvreau ont comme principale caractéristique de ne plus avoir de tonture (courbure du pont) ce qui simplifie la fabrication et permet de bénéficier d'une longueur de flottaison supérieure donc d'un petit avantage de vitesse. Les Requin en polyester ont été copiés sur des coques Pouvreau. Certains Requins ont été entièrement refaits dans les années 1980 en utilisant une technique de saturation époxy du bois d'origine. Cette technique donne des bateaux très stables et très solides.

Au-delà de la régate, étant doté de couchettes et d'équipés, le Requin peut caboter ou servir de petites croisières. En effet, d'autres caractéristiques de ce bateau le rendent particulièrement adapté aux voyages dans les Fjords, le long des côtes (Bretagne, Corse) et dans les terres (comme le golfe du Morbihan) ou aux remontées des fleuves et des rivières. Par exemple, la forme de la quille du Requin : le bord d'attaque très incliné et la solidité de son assemblage avec la coque diminuent considérablement les risques lors d'un talonnage. Cette caractéristique associée à son faible tirant d'eau et à la possibilité d'installer des béquilles en font un voilier de sport engageant pour des sorties moins physiques.

Le Requin est à nouveau fabriqué en France, en matériaux composites et acajou, depuis 2007[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]