Replicant (système d'exploitation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Replicant.
Replicant
logo de Replicant
Replicant 4.0 sur le Nexus S

Famille Dalvik/Linux
Type de noyau Noyau Linux
État du projet En développement
Plates-formes ARM
Entreprise /
Développeur
Denis ‘GNUtoo’ Carikli, Paul Kocialkowski[1]
Licence Licence Apache 2.0
GNU GPL 2
Gestionnaire de paquets APK
Site web replicant.us


Replicant est un système d'exploitation mobile et libre dérivé de CyanogenMod (lui-même dérivé d'Android et plus exactement de l'Android Open Source Project[2]) qui est né pendant l'été 2010 (il était alors basé directement sur Android Open Source Project). Il vise à proposer un système d'exploitation entièrement libre pour les smartphones, en remplaçant les composants privateurs d'Android par leurs équivalents libres.

Le projet est soutenu par la Free Software Foundation qui a mis en place une campagne de dons à son profit[3].

Il est disponible pour plusieurs smartphones et tablettes[4],[5],[6],[7].

Le nom Replicant est tiré des androïdes du même nom dans le film Blade Runner[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet Replicant a débuté mi-2010, avec un effort pour consolider diverses initiatives essayant de produire un dérivé entièrement libre d'Android pour le smartphone HTC G1. L'équipe originelle regroupait Bradley M. Kuhn, Aaron Williamson, Graziano Sorbaioli et Denis ‘GNUtoo’ Carikli[9]. Le projet a rapidement mené à l'écriture de code de remplacement concernant les parties non-libres nécessaires pour rendre le HTC G1 fonctionnel. Le premier composant a avoir été remplacé permettait au son de fonctionner sans bibliothèque propriétaire. Replicant fournissait à l'origine son propre dépôt d'applications libres, qui fut ultérieurement remplacé par F-Droid[10],[11],[12].

Le logiciel qui était chargé de gérer la communication avec le modem (que l'on nomme usuellement Radio Interface Layer ou RIL) fut alors remplacé par du code libre, rendant ainsi la partie téléphonie utilisable. Une bibliothèque prenant en charge le GPS fut alors adaptée à partir de code libre qui avait été écrit à l'origine pour un autre téléphone et qui permit au HTC G1 de faire fonctionner le GPS avec Replicant[12].

Les premières versions de Replicant étaient basées sur le code de l'Android Open Source Project, tandis que les versions 2.2 (avril 2011) et ultérieures utilisent CyanogenMod en tant que base, dans le but de rendre plus aisé le support d'un plus grand nombre d'appareils[13],[14].

Tandis que le développement se poursuivait, de nombreux membres de l'équipe d'origine de Replicant se sont retirés du projet, faisant de Denis ‘GNUtoo’ Carikli l'unique membre restant de l'équipe originelle à travailler encore activement sur le projet. En avril 2011, Paul Kocialkowski décida de s'impliquer dans le projet et devint progressivement le principal développeur de Replicant, après l'avoir porté avec succès sur les smartphones Nexus S et Galaxy S[1],[15].

Le 3 janvier 2013, le projet publia la version 4.0 de son kit de développement entièrement libre, en partie pour répondre[16],[17] aux inquiétudes à propos du fait que Google avait mis à jour la licence relative aux add-ons et aux binaires, en la rendant propriétaire.

Depuis juillet 2013, Replicant est sponsorisé et supporté par la Free Software Foundation[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Replicant 2.2 est sorti le 26 avril 2011[19].

Replicant 4.0 est sorti le 16 novembre 2012. Il est basé sur Android Ice Cream Sandwich. Cinq mises à jour de Replicant 4.0 ont été publiées. La plus récente (0005) a été publiée le 1er octobre 2013[20].

Replicant 4.2 est sorti le 22 janvier 2014. Il est basé sur CyanogenMod 10.1[21].

Appareils supportés[modifier | modifier le code]

La portée du projet Replicant a été graduellement étendue afin d'inclure le support de nouveaux appareils, à commencer par le Nexus One, le Nexus S et le Samsung Galaxy S.

Les développeurs de Replicant travaillent constamment pour ajouter le support de nouveaux appareils.

À compter de janvier 2014, les appareils suivants sont pris en charge, avec le Wi-Fi et le Bluetooth nécessitant des micrologiciels propriétaires pour fonctionner[22]:

Appareil Nom de code Version de Replicant Graphismes 2D Graphismes 3D Son Telephonie Données Mobiles NFC GPS Senseurs Caméra
Nexus S crespo 4.2  Oui (lent)  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Oui
Samsung Galaxy S III i9300 4.2  Oui  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Oui (arrière) / propriétaire (avant)
Samsung Galaxy S II galaxys2 4.2  Oui  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Oui
Samsung Galaxy S galaxysmtd 4.2  Oui (lent)  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Oui
Galaxy Nexus maguro 4.2  Oui  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Non
Samsung Galaxy Tab 2 (10.1) p5100 4.2  Oui (lent)  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Non
Samsung Galaxy Tab 2 (7.0) p3100 4.2  Oui  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Non
Samsung Galaxy Note n7000 4.2  Oui  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Non
Samsung Galaxy Note 2 n7100 4.2  Oui  Non  Oui  Oui  Oui  Non  Non  Oui  Oui (arrière) / Propriétaire (avant)
Nexus One passion 2.3  Oui  Non propriétaire  Oui  Oui NC  Oui (non AGPS)  Non  Non
Goldelico GTA04 gta04 2.3  Oui  Non  Oui partiel (travail en cours)  Oui NC  Non NC  Non
HTC Dream / HTC Magic dream_sapphire 2.2  Oui  Non  Oui  Oui  Non NC  Oui (non AGPS) NC  Non

Ajouts probables[modifier | modifier le code]

Des appareils ciblés additionnels sont évalués, en se basant sur l'adéquation de leurs plateformes matérielles et des pilotes requis. En janvier 2014, les appareils listés ci-dessous ne sont pas encore supportés et porter Replicant sur ces modèles est seulement à l'étude[23].

Appareil Nom de code Version de Replicant
Nexus 10 manta 4.2

Ajout improbables ou impossibles[modifier | modifier le code]

Sur la base de l'inadéquation de leurs plateformes matérielles, ou du manque de pilotes libres, porter Repliquant sur les appareil listés ci-dessous est soit impossible soit hautement improbable[23]:

Appareil Faisabilité Raison
Galaxy Tab 8.9 Improbable Lenteur du Tegra
Nexus 7 Possible mais improbable Non spécifiée
Nexus 4 Très improbable Trop de pilotes privateurs
Motorola Defy Impossible Le noyau est signé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « People - Replicant », Redmine.replicant.us (consulté le 12 février 2014)
  2. (en) (en) « Android Open Source Project » (consulté le 12 février 2014)
  3. (en) « FSF launches fundraising program for Replicant, the fully free Android-based mobile OS » (consulté le 12 février 2014)
  4. (en) « Overview - Replicant », Redmine.replicant.us (consulté le 12 février 2014)
  5. (en) Paul Kocialkowski, « Replicant », Redmine.replicant.us,‎ (consulté le 30 septembre 2013)
  6. (en) « Android and Users' Freedom - GNU Project - Free Software Foundation », Gnu.org (consulté le 30 septembre 2013)
  7. (en) « About », Replicant project (consulté le 30 septembre 2013)
  8. (en) Neil McAllister, « FSF passes collection plate for free Android clone Replicant », The register,‎ (consulté le 2 février 2014)
  9. « Replicant: distribution Android 100% libre », LinuxFr.org,‎ (consulté le 12 février 2014)
  10. (en) Rowan Puttergill, « Replicant Making Android Truly Free », sur Memeburn, Michelle Atagana,‎ (consulté le 12 février 2014)
  11. (en) « F-Droid, the Android app store for freedom beards. », sur openattitude.com, Open attitude,‎ (consulté le 12 février 2014)
  12. a et b aKa, « Le projet Replicant ou Android totalement libre présenté par PaulK », sur framablog.org, Framasoft,‎ (consulté le 12 février 2014)
  13. (en) Manuel Jose, « A Fully Free Android based Mobile OS? FSF is Aiming for the Skies with Replicant Project », techdrivein.com,‎ (consulté le 12 février 2014)
  14. (en) Rohan Pearce, « Replicant developer interview - Building a truly free Android », sur techworld.com, techworld.com,‎ (consulté le 12 février 2014)
  15. (en) Rohan Pearce, « Replicant developer interview - Building a truly free Android - Interview - Techworld.com », Features.techworld.com,‎ (consulté le 12 février 2014)
  16. PaulK, « Replicant 4.0 SDK release », Replicant.us,‎ (consulté le 12 février 2014)
  17. (en) Paul Kocialkowski, « What's up with the Android SDK? », Code.paulk.fr,‎ (consulté le 12 février 2013)
  18. (en) Zak Rogoff, « FSF launches fundraising program for Replicant, the fully free Android-based mobile OS », sur Free Software Foundation, Free Software Foundation,‎ (consulté le 12 février 2014)
  19. (en) « Replicant 2.2 SDK Available »,‎ (consulté le 12 février 2014)
  20. (en) PaulK, « Replicant 4.0 0005 images release », sur www.replicant.us, Replicant project,‎ (consulté le 12 février 2014)
  21. (en) PaulK, « Replicant 4.2 kicks out! », sur http://www.replicant.us, Replicant project,‎ (consulté le 12 février 2014)
  22. (en) « Replicant Status », replicant.us (consulté le 12 février 2014)
  23. a et b (en) « Targets Evaluation », replicant.us (consulté le 12 février 2014)


Liens externes[modifier | modifier le code]