Reniement de Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolas Tournier, Le Reniement de saint Pierre (1625), musée du Prado, Madrid.

Le reniement de Pierre est un épisode de la Passion du Christ.

Récits bibliques[modifier | modifier le code]

Chacun des quatre Évangiles rapporte qu'après l'arrestation de Jésus, l'apôtre Pierre, par peur de risquer lui aussi la mort, nie trois fois avoir eu aucune relation avec celui-ci. Puis, lorsque le coq chante, Pierre sort et pleure amèrement, au souvenir de l'annonce que le Christ lui a faite de cette lâcheté : « Avant que le coq chante, tu m'auras renié trois fois ».

Évangiles selon Matthieu 26-34 ; Marc 14-30 ; Luc 22-34 ; Jean 13, 38.

Dans la littérature et les arts[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

  • L'ensemble de l'épisode a été traité en littérature : Luigi Tansillo (mort en 1568) écrivit le poème monumental Lagrime di San Pietro (Les larmes de saint Pierre), en 15 chants et 1277 strophes; édition posthume intégrale, en 1585, à Naples.

En peinture[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes ont traité ce thème, parmi lesquels :

En musique[modifier | modifier le code]

  • Roland de Lassus, compositeur franco-flamand installé à la cour de Bavière, s'inspira du poème de Tansillo, pour son cycle de 21 madrigaux spirituels, de même titre, à sept voix. Le recueil a été publié à Munich en 1594 (CD, Sony, Vivarte, 1993, par ex.).
  • Marc-Antoine Charpentier, compositeur français de la seconde moitié du XVIIe siècle, est l'auteur d'un oratorio portant ce même titre (1704). Réf. H.424 dans le catalogue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]