Reni Eddo-Lodge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Reni Eddo-Lodge
Reni Eddo-Lodge at the People's Parliament.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web
Distinction
Prix Jhalak (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Why I’m No Longer Talking to White People About Race (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Reni Eddo-Lodge (née le ) est une journaliste et autrice britannique. Elle écrit sur le féminisme et le racisme structurel. Son essai intitulé « Pourquoi je ne parle plus de race avec les blancs », traduit en français sous le titre « Le racisme est un problème de Blancs », est un grand succès critique et commercial.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Eddo-Lodge est née et a grandi à Londres[1]. Sa mère est nigériane[2]. Elle explique avoir « réalisé qu’il y avait un vrai problème de représentation dans la société » à l'âge de 4 ans lorsqu'elle a demandé à sa mère quand est-ce que sa peau noire deviendrait blanche[3],[4].

Elle a été éduquée à la St Anne's Catholic High School (en) d'Enfield. Elle a étudié la littérature anglaise à l'université du Lancashire central[1], dont elle est diplômée en 2011. À l'université, elle s'est impliquée dans l'activisme féministe (tout en regrettant que les militantes féministes blanches soient « très douées pour remettre en question le patriarcat, beaucoup moins efficaces pour démonter les autres formes de pouvoir et de domination[3] ») et dans le mouvement étudiant au Royaume-Uni de 2010[5]. Elle a été présidente du syndicat étudiant de l'université du Lancashire central jusqu'en 2012[6], et est membre du Conseil exécutif national du syndicat national des étudiants de 2012 à 2013[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

En tant que journaliste pigiste[1], Eddo-Lodge a écrit pour The New York Times, The Guardian, The Independent[8], The Daily Telegraph, The Voice, BuzzFeed, Vice, i-D et Dazed & Confused[9].

En , Eddo-Lodge apparait dans le programme de la radio BBC Radio 4 Woman's Hour (en) pour évoquer l'actualité féministe aux côtés de Caroline Criado-Perez[10]. Au cours d'une discussion sur l'Intersectionnalité, Criado-Perez semble impliquer qu'Eddo-Lodge a harcelé en ligne d'autres féministes. Criado-Perez présentera ses excuses pour la façon de ses observations ont pu être interprétées, mais Eddo-Lodge sera accusée d'intimidation par l'ancienne parlementaire conservatrice Louise Mensch[11]. Eddo-Lodge est également intervenue au sujet du féminisme dans le programme de la BBC Radio 3 Night Waves. En , elle a participé au jury de la "Power List 2014" du programme Woman's Hour[12].

En , Eddo-Lodge a été sélectionnée comme l'une des sept femmes britanniques à être photographiées par Vogue et qualifiées de « nouvelles suffragettes », à l'occasion du centenaire de l'obtention du droit de vote par les femmes en Angleterre[13].

D'après Léa Mormin-Chauvac dans Libération, Eddo-Lodge fait partie, avec l'écrivaine féministe afro-américaine Brit Bennett, des figures émergentes de la lutte antiraciste qui interpellent les personnes blanches et remettent en question le « système politique forgé par des siècles de domination blanche du monde »[14]. La traduction en français de l'ouvrage de Reni Eddo-Lodge, comme la récente « Histoire des Blancs » de l'américaine Nell Irvin Painter, révèlent un début d'intérêt en France pour les études sur la « condition blanche » ou « blanchité » [15],[16].

« Pourquoi je ne parle plus de race avec les blancs »[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

En 2014, elle publie sur son blog un billet intitulé Why I’m No Longer Talking to White People About Race[17] (« Pourquoi je ne parle plus de race avec les blancs ») qui deviendra viral[18], dans lequel elle expose sa frustration devant le fait que les gens qui parlent le plus du racisme au Royaume Uni ne sont pas ceux qui le subissent[19],[20],[4],[21].

En 2017, elle termine un livre sur ce sujet, portant le même titre, Why I’m No Longer Talking to White People About Race[2],[22],[23],[24], commandé par Bloomsbury Publishing[3] et qui fait la fierté de son éditrice Alexandra Pringle[25]. Il sort en en Angleterre[26], en décembre aux États-Unis, et en en France.

Réception, au Royaume Uni.[modifier | modifier le code]

Le vainqueur 2015 du Booker Prize, Marlon James, écrit que le livre était « essentiel », et « ne demandait qu'à être écrit ». C'est un succès en Angleterre (il est resté des mois dans les 10 meilleures ventes outre-Manche[3],[27]), alors qu'il n'est pas consensuel[20]. Il remporte le Prix Jhalak (en) en [28].

En juin 2020, après la mort de George Floyd, l'essai figure en tête du « palmarès Nielsen des 50 livres les plus vendus au Royaume-Uni », un classement de référence[29]. Elle est la première autrice britannique noire – femmes et hommes confondus – à atteindre cette première place[29],[30],[31],[1]. La semaine du 6 juin 2020, l’essai avait déjà atteint la première place dans la catégorie des ouvrages de non-fiction en poche[1]. L'autrice souligne qu'elle « ne peux qu’être troublée par les circonstances tragiques à l’origine de ce succès ».

Margot Finn (en), présidente de la Royal Historical Society britannique, mentionne le travail d'Eddo-Lodge dans l'introduction du rapport Race, Ethnicity & Equality en 2018: « Reni Eddo-Lodge pose une question fondamentale: “Qui accepterait qu'on lui rappelle l'existence d'un système dont il bénéficie au détriment des autres?” (…) Ce rapport reflète notre reconnaissance de plus en plus claire du fait que notre engagement vers une plus grande égalité ne peut être efficace que si nous nous posons des questions difficiles sur notre propre place dans des systèmes de privilèges ethniques et raciaux » [32],[33].

En France et au Québec[modifier | modifier le code]

Le livre parait en français en septembre 2018 sous le titre « Le racisme est un problème de Blancs »[3],[18],[20],[34]. Selon la 1ere francetvinfo guadeloupe, le « livre a bousculé les consciences » en Grande-Bretagne[35]. ChEEk magazine le qualifie de « précieux ouvrage pédagogique très bien documenté, qui retrace les faits historiques qui ont mené à la situation actuelle [dans lequel elle] explique les notions de privilège blanc et de racisme systémique[36], les liens entre racisme et classe sociale, la peur “d’une planète noire” et bien sûr “la question du féminisme”[3]. » La militante « décoloniale » Françoise Vergès dans une tribune dans le journal Le Monde décrit le livre comme un « examen extrêmement documenté du "racisme structurel"[36] et du "privilège blanc" »[37]. Stéphane Baillargeon regrette qu'elle n'y parle pas d'appropriation culturelle[38]. Pour Louis Chahuneau dans Le Point Eddo-Lodge « fait partie de ce groupe de penseuses qui critiquent l'universalisme républicain et bousculent les tabous raciaux »[39]. Dans Libération, Alain Policar (politologue au Cevipof, membre du comité scientifique et coordinateur du Dictionnaire historique et critique du racisme) explique pourquoi à son avis, quand Reni Eddo-Lodge évoque « les ravages imaginaires du racisme anti-Blancs », elle a « parfaitement raison d’insister sur la notion de racisme structurel, racisme dont la population majoritaire ne peut être victime »[40].

Pour le journaliste John Nais, du site internet toukimontreal consacré à l'activité africaine à Montréal, le livre est « un brillant outil pour contrer le racisme », mais « évidemment, les propos de Reni Eddo-Lodge vont être remis en question, notamment par ceux et celles qui refusent de voir les races (on parle ici de races au sens de construction sociale, pas de races biologiques, qui elles, n’existent pas). Ceux et celles-là qui refusent de voir la race (les colour blind comme les appelle l’auteure) avancent que parler de race amène le racisme. Reni Eddo-Lodge n’est bien évidemment pas de cet avis »[41].

En 2020, pendant les manifestations liées à la mort de George Floyd aux États-Unis et d'Adama Traoré en France, plusieurs journalistes[42], dont Hayley Maitland de Vogue Paris[43] rangent « Pourquoi je ne parle plus de race avec les blancs » parmi les « livres essentiels contre le racisme »[43]. Le magazine réactionnaire Causeur déplore au contraire que cet ouvrage « racialiste » fasse partie d'une liste de livres anti-racistes proposée aux étudiants de Sciences Po[44].

« About Race With Reni Eddo-Lodge » (Podcast)[modifier | modifier le code]

En , elle lance le podcast « About Race With Reni Eddo-Lodge »[45]. Elle y développe les thèmes déjà présents dans le livre et invite des contributeurs variés tels que le journaliste Owen Jones, les musiciens Akala (en) et Billy Bragg, etc. Un « must-listen » du point de vue du Guardian[46].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : « Hautement recommandée » par le jury du prix Channel 4 news du blogueur de l'année[47].
  • 2014 : 27e du top 30 des jeunes dans les médias numériques du Guardian[48].
  • 2014 : Top 30 des voix virales de moins de 30 ans[49].
  • 2014 : Élue dans le top 10 des livres écrits par une femme qui ont changé le monde[50].
  • 2014 : 48e dans le top 100 de Elle UK, des femmes qui contribuent à autonomiser les femmes[51].
  • 2018 : British Book Award for a work of Narrative Non-Fiction[27].
  • 2018 : Prix Jhalak (en) du livre britannique écrit par un écrivain de couleur[28].
  • 2019 : récompensée à l'occasion du 21e Festival Metropolis Bleu, Montréal[52],[53].
  • 2019: prix honorifique de l'Université d'Exeter[54].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Extraits: (en-GB) Reni Eddo-Lodge, « Why I’m no longer talking to white people about race », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
Extraits: Reni Eddo-Lodge, « Pourquoi il est si difficile de parler de racisme avec les personnes blanches », Slate,‎ (lire en ligne)

Audio[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Ségolène Forgar, « Reni Eddo-Lodge, première femme noire en tête des ventes de livres au Royaume-Uni », sur Madame Figaro, (consulté le 21 juin 2020)
  2. a et b (en) Tara John, « Reni Eddo-Lodge on the Underplayed Realities of Racism In the U.K. », sur Time,
  3. a b c d e et f Pauline Le Gall, « Comment Reni Eddo-Lodge est devenue la voix de l'anti-racisme en Grande-Bretagne », ChEEk Magazine,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Reni Eddo-Lodge, l’écrivaine qui ne parle plus de racisme avec les Blancs » [vidéo], sur www.lemonde.fr,
  5. (en) Danna Walker et Lisa Rossi, « Twitter Glitter: 5 Who Shine and How They Do It », sur American Journalism Review,
  6. (en) « Where are they now? Presidents Edition », sur ULCANSU, University of Central Lancashire Students' Union,
  7. (en) Charlie Brinkhurst Cuff, « Author Reni Eddo-Lodge on white feminism, activism and her new book », sur gal-dem,
  8. (en-GB) « On the 50th anniversary of Martin Luther King's death, remember that the UK had a black civil rights movement too », The Independent,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Reni Eddo-Lodge », sur Felicity Bryan Associates (consulté le 22 janvier 2018)
  10. (en) « Caroline Criado-Perez, Laura Bates, Allegra McEvedy's perfect hangover food », sur BBC Radio 4 - Woman's Hour, BBC Radio 4,
  11. (en) Rykesha Hudson, « Ex-Tory MP Attacks Black Feminist On Twitter », sur The Voice,
  12. (en) « Woman's Hour Power List 2014 – the panel », BBC Radio 4
  13. (en) Eva Wiseman, « Meet The New Suffragettes », Vogue,‎ (lire en ligne)
  14. Léa Mormin-Chauvac, « L’inversion de la question raciale », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  15. « Etre blanc est-il un privilège ? », sur Libération.fr, (consulté le 3 janvier 2019)
  16. « A l’EHESS, réflexions sur la question «blanche» », sur Libération.fr, (consulté le 3 janvier 2019)
  17. (en) Reni Eddo-Lodge, « Why I’m no longer talking to white people about race », sur renieddolodge.co.uk, .
  18. a et b « Reni Eddo-Lodge : «C’est aussi le problème de l’identité et de l’anxiété des Blancs» », Libération,‎ (lire en ligne)
  19. (en-GB) « Why I’m No Longer Talking to White People About Race – Talk at Tate Modern », sur Tate, .
  20. a b et c Jade Lindgaard et Faïza Zerouala, « L’auteure Reni Eddo-Lodge ne veut plus parler de racisme avec les personnes blanches », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  21. (en) [vidéo] Emma Watson Interviews Reni Eddo-Lodge sur YouTube
  22. (en) « ‘Britain is in denial about race’ », sur BBC News,
  23. (en-GB) Daisy Murray, « Why Reni Eddo-Lodge Is No Longer Talking To White People About Race », ELLE,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Trevor Phillips, « Books: Why I’m No Longer Talking to White People About Race by Reni Eddo-Lodge », The Times,‎ (lire en ligne)
  25. Isabelle Schmitz, « Controverse entre intellectuels des deux rives de l'Atlantique sur le populisme », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  26. (en) Reni Eddo-Lodge, Why I’m No Longer Talking to White People About Race, Londres, Bloomsbury Publishing, , 261 p. (ISBN 978-1-4088-7058-7, OCLC 1029096872, présentation en ligne)
  27. a et b (en-GB) « Flood of Awards for Reni Eddo-Lodge | Felicity Bryan Associates », Felicity Bryan Associates,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2018)
  28. a et b (en) Alison Flood, « Reni Eddo-Lodge wins Jhalak prize for British writers of colour », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  29. a et b « Royaume-Uni. Reni Eddo-Lodge en tête des ventes de livres : une première (enfin) pour une Britannique noire », sur Courrier international, (consulté le 19 juin 2020)
  30. (en) « Reni Eddo-Lodge becomes first black British author to top UK book charts », sur the Guardian, (consulté le 19 juin 2020)
  31. « Reni Eddo-Lodge devient la première Britannique noire en tête des ventes de livres », sur www.terrafemina.com (consulté le 20 juin 2020)
  32. (en-GB) « Race, Ethnicity & Equality Report », sur royalhistsoc.org,
  33. (en-GB) « Race, Ethnicity & Equality in UK History: A Report and Resource for Change » [PDF], sur royalhistsoc.org,  : « In Why I’m No Longer Talking to White People about Race, Reni Eddo-Lodge makes a clarion call for systematic attention to racial and ethnic inequality in twenty-first-century Britain. In doing so, she poses a fundamental question: ‘Who really wants to be alerted to a structural system that benefits them at the expense of others?’ This report (...) reflects our increasing recognition that to make any broad commitment to equality both manifest and effective, the RHS needs to ask itself hard questions about our own place in systems of racial and ethnic privilege. »
  34. Élodie Blogie, « Racisme structurel et privilèges blancs », Le Soir Plus, Le Soir,‎ (lire en ligne)
  35. « Papiers d'Identité #Réni Eddo-Lodge et le racisme », sur Guadeloupe la 1ère (consulté le 18 mars 2019)
  36. a et b Françoise Vergès, « Comme Michel Leeb, les racistes non racistes refusent de comprendre ce qu’est le racisme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  37. « Reni Eddo-Lodge : « Etre universel dans ce monde, c’est forcément être blanc » », sur Le Monde, (consulté le 21 octobre 2018)
  38. Stéphane Baillargeon, « Reni Eddo-Lodge analyse les méfaits d’un racisme structurel », sur Le Devoir,
  39. Louis Chahuneau, « Reni Eddo-Lodge, l'antiraciste qui bouscule l'Angleterre », sur Le Point, (consulté le 8 décembre 2018)
  40. « Le racisme anti-Blancs n’existe pas », Libération,‎ (lire en ligne)
  41. John Nais, « Reni Eddo-Lodge, l’auteure britannique qui ne veut plus parler de racisme avec les Blancs | Touki Montréal », sur www.toukimontreal.com (consulté le 31 octobre 2018)
  42. « 8 recommandations de livres pour mieux comprendre la lutte contre le racisme », sur Bible urbaine, (consulté le 22 janvier 2021)
  43. a et b « Black Lives Matter : 12 livres essentiels contre le racisme », sur Vogue Paris (consulté le 3 juin 2020)
  44. Didier Desrimais, « Idéologie diversitaire: “Égalité 360°”, l’ambitieux programme de Radio France », sur Causeur, (consulté le 22 janvier 2021)
  45. Eddo-Loge 2018.
  46. (en) Rowan Slaney et Hannah Verdier, « About Race with Reni Eddo-Lodge: race matters dissected – podcasts of the week », sur the Guardian, (consulté le 2 novembre 2018)
  47. (en-GB) « Channel 4 News announces its Young Blogger of the Year », Channel 4 News,‎ (lire en ligne)
  48. (en) Matt Andrews et Alex Hern, « The top 30 young people in digital media: Nos 30-11 », sur The Guardian,
  49. (en-US) Terron Moore, « 30 Viral Voices Under 30 », The Root,‎ (lire en ligne)
  50. (en) Alison Flood, « Reni Eddo-Lodge polemic tops poll of most influential books by women », sur The Guardian,
  51. (en-GB) « ELLE Inspire 100 », ELLE UK,‎ (lire en ligne)
  52. Chantal Guy, « Le 21e Festival Metropolis Bleu: lumière sur les grands enjeux », La Presse,‎ (lire en ligne)
  53. Nathalie Collard, « Le racisme : un problème de Blancs », sur La Presse+, (consulté le 3 mai 2019)
  54. « Reni Eddo-Lodge | Honorary graduates | University of Exeter », sur www.exeter.ac.uk (consulté le 20 juillet 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]