Rendez-vous syncopal des sept mètres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mis en évidence par le docteur Raymond Sciarli en 1961[réf. nécessaire], le rendez-vous syncopal des sept mètres est un accident qui affecte les plongeurs en apnée en profondeur.

Cette théorie est dépassée: depuis nous savons que ce n'est pas vraiment dans la zone des 7 m que la syncope se produit.[réf. nécessaire] Elle a permis néanmoins de mettre en évidence qu'un malaise hypoxique peut être provoqué de manière inattendue lors d'une apnée en profondeur. Même si l'apnéiste pense maitriser son apnée, la diffusion de l'oxygène chute dangereusement à l'approche de la surface.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À la descente[modifier | modifier le code]

L'augmentation de la pression induit une meilleure diffusion de l'oxygène, ce qui donne une sensation d'aisance à l'apnéiste.

À la remontée[modifier | modifier le code]

Le taux d’oxygène dans le sang va brusquement chuter. Le cerveau étant sensible au manque d'oxygène (l'organisme étant programmé pour donner priorité à d'autres organes vitaux). Celui-ci se met en pause, c'est la perte de connaissance (malaise hypoxique qualifié de syncope même si ce terme correspond plutôt à un autre type de malaise mettant en jeu une forte bradycardie).

Ces mécanismes physiologiques sont favorisés à l'approche de la surface car c'est la zone où la variation de pression est la plus brutale (2 bars de pression à 10 m contre à peine un bar en surface et même moins en altitude lors d'une apnée en lac).

A noter :[style à revoir]

Le redressement de la tête (regard vers la surface et effet panique) limite également l'irrigation du cerveau en étirant les sinus carotidien.

Symptômes[modifier | modifier le code]

L'apnéiste est affecté par un malaise hypoxique lors du retour à la surface ou dans les secondes qui suivent (même s'il reprend sa ventilation, l'oxygène continue à diminuer dans le cerveau durant quelques secondes). Si la victime n'est pas remontée immédiatement, le réflexe d'inspiration provoqué par l'augmentation de la pression partielle de CO2 entraînera une noyade.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]