Rendements obligataires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les rendements obligataires désignent les taux d'intérêt rapportés par les obligations, dans un pays donné, en tenant compte de la valeur de ces obligations au jour le jour sur le marché obligataire.

Les rendements obligataires changent donc en permanence. L'intérêt auquel une obligation donne droit chaque année, appelé aussi coupon obligataire, est fixé une fois pour toutes lors de sa création. Mais le prix de cette obligation variant chaque jour, le rendement de cette obligation, qui compare son prix et son coupon obligataire fixe, varie donc lui aussi chaque jour. Les rendements obligataires sont tombés à des plus bas historiques lors de la crise financière de 2007 à 2011 puis ont continué à baisser pour toucher de nouveaux plus bas, passant en France sous le seuil de 2%.

Les rendements obligataires sont appelés aussi « taux d'intérêt à long terme » car ils concernent des emprunts à long terme, les obligations, par opposition aux « taux d'intérêt à court terme » fixés par la Banque centrale.

Mode d'évolution des rendements obligataires[modifier | modifier le code]

Les rendements obligataires évoluent en sens inverse du prix des obligations:

  • Lorsque ce prix monte sur le marché obligataire, le revenu (fixe) que rapporte l'obligation (coupon obligataire) est proportionnellement moins important: il baisse donc en pourcentage.
  • Inversement, lorsque le prix des obligations baisse, ce revenu fixe (coupon obligataire) devient proportionnellement plus important: il augmente en pourcentage.

Exemple : vous avez acheté une obligation 1 000 € au moment de son émission, avec un taux d'intérêt nominal de 10% et une échéance de 10 ans.

  • Si vous la gardez : l'émetteur va vous verser 100 € chaque année durant 10 ans, puis vous rembourser 1 000 € à la date prévue. Le rendement sera donc de 10% (100 €/1 000€)
  • En revanche, si vous la revendez sur le marché boursier à 800 € (on dit alors qu'elle est négociée au-dessous du pair ou à escompte), le rendement pour son acheteur sera de  12,5% (100 €/800 €).
  • Si vous la revendez à un cours de 1 200€ (« au-dessus du pair » ou « à prime »), le rendement pour l'acheteur sera de 8,3% (100 €/1 200 €).

Exemple concret[modifier | modifier le code]

L'obligation la plus suivie au monde est l'emprunt d'État américain à dix ans. Cent millions de dollars de cette obligation rapportait en juin 2011 environ 3 millions de dollars d'intérêt par an, soit un rendement de 3 %. Au cours de l'été 2011, le cours de cette obligation progresse d'environ 50% en cinq semaines. Du coup, le paquet de cent millions de dollars vaut 150 millions de dollars à la fin de l'été. Mais comme il rapporte toujours 3 millions de dollars d'intérêt par an, il faut rapporter ces 3 millions à la nouvelle valeur des obligations (150 millions). Trois millions de 150 millions ne représentent plus que 2%. C'est le rendement auquel aura droit celui qui achète à la fin de l'été: 2%, au lieu de 3% pour celui a acheté au début de l'été.

Conséquence pour les différentes générations d'investisseurs[modifier | modifier le code]

Une baisse importante des rendements obligataires pénalise doublement les nouvelles générations d'investisseurs: ils recevront un rendement plus bas que celui touché par leurs aînés, et courent des risques de moins-values en capital, car les cours ont monté.

Inversement, une forte hausse des rendements obligataires favorise doublement les nouvelles générations d'investisseurs: ils percevront un rendement plus élevé que leurs aînés, et seront moins exposés au risques de moins-values, car cette hausse des rendement signifie que les cours ont baissé.

Conséquence pour les différentes génération d'emprunteurs[modifier | modifier le code]

Quand les rendements obligataires baissent, du fait d'une hausse des cours des obligations sur le marché, causée par un vif appétit des investisseurs-créanciers, les emprunteurs peuvent profiter de ce vif appétit pour s'endetter à des taux d'intérêt plus modestes lors de la prochaine émission obligataire. La baisse des rendements obligataires incite à emprunter.

Si au contraire le peu d'intérêt des investisseurs-créanciers a causé une baisse des cours des obligations, les rendements obligataires ont proportionnellement augmenté. Du coup, à la prochaine émission obligataire, les emprunteurs seront bien obligés d'offrir un taux d'intérêt plus élevé pour tenter d'attirer quand même les investisseurs-créanciers. La hausse des rendements obligataires décourage d'emprunter.

Les facteurs qui influencent l'évolution des rendements obligataires[modifier | modifier le code]

  • La hausse de l'inflation rogne la valeur du coupon obligataire. Elle fait baisser le cours de l'obligation et donc monter les rendements obligataires.
  • Les risques de non-remboursement contribuent aussi à la baisse du cours des obligations et donc à la hausse des rendements obligataires, comme en Grèce, où ils sont montés au-dessus de 15 % pendant la crise grecque.
  • La baisse des taux d'intérêts directeurs d'une banque centrale rend plus attractif, comparativement, le coupon obligataire. Le cours de l'obligation, plus recherchée, monte. Donc les rendements obligataires baissent.

Quelques données historiques[modifier | modifier le code]

En Allemagne, le rendement obligataire des emprunts d'État à dix ans était à 8,7 % en 1990, 8,5 % en 1991, 7,9 % en 1992, 6,5 % en 1993, 6,9 % en 1994, 6,9 % en 1995, 6,2 % en 1996[1].

En France, ils ont également fortement baissé sur trois décennies et demie.

Année[2] 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 Années 1980
Taux 10 ans (fr) 17,4 % 14,8 % 14,4 % 13,4 % 11,9 % 9,2 % 9,9 % 8,6 % 9,3 % 10,0 % 11,9 %
Indice prix[3] 13,4 % 11,8 % 9,6 % 7,4 % 5,8 % 2,7 % 3,1 % 2,7 % 3,6 % 3,4 % 6,6 %
Taux 10 ans réel 4,0 % 3,0 % 4,8 % 6,0 % 6,1 % 6,5 % 6,8 % 5,9 % 5,7 % 6,6 % 5,5 %
Année[2] 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 Années 1990
Taux 10 ans (fr) 8,6 % 8,1 % 5,6 % 8,3 % 6,6 % 5,8 % 5,3 % 3,9 % 5,5 % 5 % 6,3 %
Indice prix[3] 3,2 % 2,4 % 2,1 % 1,6 % 1,8 % 2,0 % 1,2 % 0,7 % 0,5 % 1,7 % 1,7 %
Taux 10 ans réel 5,4 % 6,1 % 3,5 % 6,7 % 4,8 % 3,8 % 4,1 % 3,2 % 5 % 3,3 % 4,6 %
Année[2] 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Années 2000
Taux 10 ans (fr) 5 % 4,3 % 4,3 % 3,7 % 3,3 % 4 % 4,4 % 3,4 % 3,6 % 3,4 % 3,9 %
Indice prix[3] 1,7 % 2,1 % 1,9 % 2,1 % 1,8 % 1,6 % 1,5 % 2,8 % 0,1 % 1,5 % 1,7 %
Taux 10 ans réel 3,3 % 2,2 % 2,4 % 1,6 % 1,5 % 2,4 % 2,9 % 0,6 % 3,5 % 1,9 % 2,2 %
Année 2011 2012 2013 Années 2010
Taux 10 ans 2,5 % 3,2 % 2,2 % 2,6 %
Indice prix 1,7 % 2,1 % 1,3 %[4] 1,7 %
Taux 10 ans réel 0,8 % 1,1 % 0,9 % 0,9 %

Cas particulier, les obligations à taux d'intérêt flottant[modifier | modifier le code]

Les rendements obligataires ne sont pas calculés pour les obligations à taux d'intérêt flottant, car le contrat de l'obligation précise que le taux d'intérêt versé change chaque année, en fonction de paramètres précis, en général le taux directeur de la Banque centrale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "1900-2000, un siècle d'économie", par Les Échos, page 441
  2. a b et c Les taux de référence des bons du Trésor et OAT, site de la Banque de France [1]
  3. a b et c Site de l'INSEE
  4. Insee [2]