Renaud Payre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Renaud Payre, né le 24 avril 1975 à Grenoble, est un politologue français et directeur de l'Institut d'études politiques de Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble en 1997, Renaud Payre débute sa carrière d'enseignant-chercheur à l'IEP de Grenoble deux ans plus tard, où il soutiendra sa thèse de doctorat de science politique en 2002, sous la direction d'Olivier Ihl. Recruté maître de conférences en 2003, il pilote la création d'une des premières filières universitaires de science politique à l'Université Lumière-Lyon-II. Habilité à diriger des recherches en 2008, il réussit un an plus tard l'agrégation de l'enseignement supérieur en science politique.

Professeur des universités à l'Université Lumière-Lyon-II entre 2009 et 2011, il rejoint ensuite Sciences Po Lyon pour enseigner et prendre la direction du Laboratoire Triangle (UMR 5206). Nommé directeur-adjoint de Sciences Po Lyon en juillet 2014, il démissionne en février 2016 avec l'ensemble du comité de direction sur fond de désaccords avec le directeur de l'époque, Vincent Michelot[1]. Après une période d'administration provisoire confiée à Gilles Pollet, Renaud Payre est élu directeur de Sciences Po Lyon en juin 2016 par le conseil d’administration de l'établissement puis nommé officiellement par la ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur, Najat Vallaud-Belkacem[2].

Directeur de Sciences Po Lyon (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Dès les premiers mois de son mandat, Renaud Payre a affiché son ambition de faire de l'Institut d'études politiques de Lyon l'un des tout premiers IEP de région, en développant son attractivité sur le plan national et au niveau local. Il y a notamment contribué en ouvrant en partenariat avec l'Université Jean-Monnet un nouveau campus à Saint-Étienne[3], avec un cursus complet allant du 1er au 2e cycle, calqué sur le modèle du campus lyonnais et offrant de nouvelles opportunités pour ses étudiants en termes de formations (double cursus en droit et économie, diplôme d'établissement sur la Russie contemporaine).

Renaud Payre a également créé un laboratoire d'innovation publique : la Public Factory. Soutenue par la Métropole de Lyon et l’Université de Lyon, la Public Factory vise à comprendre et imaginer les nouveaux modes d’action publique via la réalisation de projets collaboratifs entre étudiants, chercheurs, acteurs publics et privés du territoire[4]. Au cours de son mandat, Renaud Payre a également poursuivi la politique d'internationalisation de Sciences Po Lyon en créant notamment des doubles diplômes avec des universités étrangères telles que l'Université baptiste de Hong Kong ou encore l'Université de Loughborough. Un partenariat a été également mis sur pied en juillet 2018 avec la Maison française d'Oxford[5].

En 2019, il annonce la création d'un nouveau double diplôme en partenariat avec le Centre de formation des journalistes orienté sur l'enquête et le data-journalisme[6].

Dans le cadre du 70e anniversaire de Sciences Po Lyon, Renaud Payre a par ailleurs dirigé l'ouvrage "Une grande école de la cité: Sciences Po Lyon, 70 ans, Libel, 2018.", premier livre retraçant l'histoire de l'Institut d'études politiques lyonnais[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Passionné par l'action publique et la politique, Renaud Payre s'est régulièrement engagé dans des mouvements citoyens. Sensible aux idées de la deuxième gauche développées notamment par Michel Rocard, Renaud Payre a notamment co-fondé puis présidé le Gram (Groupe de Réflexions et d'Actions Métropolitaines), un mouvement politique lyonnais avec lequel il prendra ses distances en mars 2018, sur fond de désaccord avec sa co-fondatrice, Nathalie Perrin-Gilbert[8]. Il créée dans la foulée la Manufacture de la Cité, qui se décrit comme une plateforme d'échanges, de rencontres, de débat et de constructions de projets politiques de gauche.

Il publie régulièrement des tribunes sur la vie politique française[9]. Ses domaines d'expertise sont :

  • l'analyse des politiques publiques
  • les réseaux de villes
  • les sciences de gouvernement (administration)
  • l'analyse du métier politique (temporalités, mandats)

Titres universitaires[modifier | modifier le code]

  • Agrégation de l’enseignement supérieur en science politique (rang 3e), en mai 2009
  • Habilitation à diriger des recherches : Ordre politique et gouvernement urbain, Institut d’études politiques de Lyon, Université Lyon II (196p+ annexes) Jury : MM. Olivier Borraz, Alistair Cole, Patrick Hassenteufel, Gilles Pollet, Christian Topalov, en mai 2008.
  • Soutenance d’une thèse de doctorat de science politique : À la recherche de la « science communale ». Les « mondes » de la réforme municipale dans la France de la première moitié du vingtième siècle (Directeur : Olivier Ihl), Université Grenoble II - Pierre Mendès-France. Mention très honorable, félicitations du jury à l’unanimité. (3 vol., 779p). Jury : Mme Pascale Laborier, MM. Jean-Pierre A. Bernard, Gilles Pollet, Jean-Louis Quermonne, Fabio Rugge, Christian Topalov, en décembre 2002.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Marrel Guillaume et Payre Renaud (dir.), Temporalité(s) politique(s) : le temps dans l'action politique collective, De Boeck Supérieur, Ouvertures politiques, 2018, 240 p
  • Payre Renaud (dir.), Une grande école de la cité : Sciences po Lyon, 70 ans, Lyon, Libel, 2018, 151 p
  • Cole Alistair et Payre Renaud (dir.), Cities as political objects : historical evolution, analytical categorisations and institutional challenges of metropolitanisation, Cheltenham, UK ; Northampton, MA, Edward Elgar Publishing, Cities series, 2016, 301 p.
  • Payre Renaud, Présentation du débat entre Patrick Boucheron & Corey Robin, in  (dir.), L'exercice de la peur : usages politique d'une émotion / Patrick Boucheron & Corey Robin, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015, p. 7-23.
  • Renaud Payre, Gilles Pollet, Socio-histoire de l'action publique. La Découverte, pp.128, 2013, Repères.
  • Renaud Payre. Une science communale ? Réseaux réformateurs et municipalité providence. CNRS Editions, pp.309, 2007.
  • Martine Kaluszynski, Renaud Payre. Savoirs de gouvernement : circulation(s), traduction(s), réception(s). Economica, pp.190, 2013.
  • Anouk Flamant, Renaud Payre, Olivier Quéré, Mili Spahic, Julie Vaslin. Vox Populy: radiographie du vote lyonnais à la Présidentielle de 2012. France. Libel, pp.159, 2013,
  • Renaud Payre. Lyon, ville internationale : la métropole lyonnaise à l'assaut de la scène internationale, 1914-2013. (ISBN 978-2-917659-28-1). Libel, 288 p. 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lyon: Le directeur de Sciences-Po démissionne sous la pression de ses collègues », sur www.20minutes.fr (consulté le 6 juin 2019)
  2. « Renaud Payre, nouveau directeur de Sciences Po Lyon », sur La Tribune (consulté le 6 juin 2019)
  3. « Sciences Po Lyon inaugure un campus délocalisé à Saint-Etienne », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 6 juin 2019)
  4. « Comment la Public Factory imagine les politiques publiques de demain », sur La Tribune (consulté le 6 juin 2019)
  5. « Signature d’un partenariat avec la Maison française d’Oxford | Sciences Po Lyon - IEP Lyon », sur www.sciencespo-lyon.fr (consulté le 6 juin 2019)
  6. « Le CFJ Paris et Sciences Po Lyon lancent un double diplôme en datajournalisme et enquête », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 6 juin 2019)
  7. « Une grande école de la cité | Editions Libel : Maison d'édition – Lyon » (consulté le 6 juin 2019)
  8. « Lyon : départs en série au sein du Gram, Perrin-Gilbert isolée | », sur Lyon Capitale, (consulté le 6 juin 2019)
  9. « Le débat présidentiel n’a pas sonné la fin du clivage droite-gauche », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]