Renard (avions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renard (homonymie).
Image illustrative de l'article Renard (avions)

Création 1923
Disparition 1970
Fondateurs Alfred Renard
Siège social Drapeau de la Belgique (Belgique)
Activité constructeur aéronautique
Produits avions civils et militaires

Cet article retrace l'ensemble des avions auxquels participa Alfred Renard aussi bien au sein de Stampe et Vertongen que des firmes portant son nom (Société des avions et moteurs Renard et Renard Constructions Aéronautiques avant la Seconde Guerre mondiale) puis au sein de Stampe et Renard après guerre[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le sigle SV, qui apparaît dès 1923, résulte de l'association des deux pilotes Jean Stampe et Maurice Vertongen. L'ingénieur Alfred Renard étudia et dessina les plans des avions qui sont fabriqués sous l'appellation « R.S.V. ».

En 1925, Alfred Renard et son frère Georges fondent la Société des avions et moteurs Renard. Au cours des années 1927-1928, les frères Renard se séparent de Stampe et Vertongen. Ils s'installent avenue Jules Bordet, à Evere (Bruxelles) et créent la firme Renard Constructions Aéronautiques. On leur doit, avec Jean Stampe, le légendaire Stampe SV-4, biplan d'écolage et de voltige utilisé dans le monde entier, notamment en Belgique et en France, pendant des décennies. En 1937, la firme sort le chasseur monoplace R-36 doté d'un moteur Hispano-canon. Malheureusement, l'accident du pilote Eric de Spoelbergh met un terme aux espoirs de voir l'Aviation militaire belge passer des commandes. Ils construisent également en 1937/1938 un trimoteur stratosphérique à cabine pressurisée, le R-35, premier du genre, mais ce programme sera tragiquement stoppé avec la mort du pilote Georges Van Damme et la destruction du prototype le 1er avril 1938 à Bruxelles-Evere[2].

La Renard Constructions Aéronautiques en 1939, a acheté une licence pour la construction du PZL.37 Łoś (Moose), avec des moteurs Ghnome Rhône 14. Il était prévu de construire au moins 20 unités. Les avions PZL P-37 Łoś devaient être produits pour l'exportation en deux versions:

- PZL P-37 Łoś C Avions La version C une vitesse maximale de 460 km/h - ont été conçus exclusivement pour les clients étrangers. Ils devaient être équipés de moteurs Gnome-Rhône 14N01 (970 ch).

- PZL P-37 Łoś D Avions La version D une vitesse maximale de 490 km/h - ont été conçus exclusivement pour les clients étrangers. Ils devaient être équipés de moteurs Gnome-Rhône 14NO 20/21 (1050 ch).

Il n'y a pas de données fiables concernant la version produite sous le label Renard Constructions Aéronautiques, Les archives PZL Okecie ayant été détruites pendant la guerre.

Comparaison du Renard PZL P-37 C / D, le Heinkel H-111P et Dornier Do 17Z
Heinkel He 111P Dornier Do 17Z Renard PZL.37C Renard PZL.37D
Dimensions[3]
Envergure [m] 22,5 18,00 17,93 17,93
Longueur [m] 16,4 15,80 12,92 12,92
Hauteur [m] 3,9 4,60 4,25 4,25
Surface alaire [m²] 86,5 m² 55,00 m² 53,51 53,58
Masses[4]
Maximale [kg] 14075 8800 9120 9170
À vide avec un équipement fixe [kg] 7720 5200 5000 5050
Résultats[4]
Vitesse maximale
/ à la hauteur des bombes de fret [km/h]/[m]/[kg]
395 /5000/2000 360/-/1100 460/4600/2000 490/5000/-
Vitesse minimale
(volets et les becs ouverts) [km/h]
- - 120 -
Plafond
[m]
8390 8200 7000 -
Autonomie[4]
Total
bombes de fret
sans réservoirs [km]
1200 1500 1500/2200kg -
Avec des réservoirs supplémentaires (900 litres)
et charge utile 1760kg bombes [km]
- - 2600
( 1760 kg bombes)
-
Moteurs
Modèle et puissance Daimler-Benz DB
601
-
BMW Bramo
323P
1000 KM
Gnôme-Rhône
NO1
970 KM
Gnôme-Rhône
NO20/21
1050 KM

Après la Seconde Guerre mondiale, Jean Stampe et Alfred Renard renouent pour fonder la société Stampe et Renard dont la principale activité fut de reprendre la fabrication des modèles SV-4B. Leurs dernières productions seront le SV-4D et le SR-7B. La société Stampe et Renard ferme définitivement ses portes en .

Les moteurs Renard[modifier | modifier le code]

La Société anonyme des avions et moteurs Renard, au capital de 2 millions de francs belges de l'époque, est formée en . Placée sous la présidence du colonel Moullard, elle se donne pour mission essentielle la fabrication des moteurs d'aviation Renard. Son conseil d'administration regroupe des noms déjà importants de l'aéronautique belge de l'entre-deux-guerre, à savoir Jean Stampe et l'ingénieur Alfred Renard, directeur technique de la société, qui avait largement participé à la conception des modèles R.S.V. (R.S.V.32-90, R.S.V.26-180 ...).

La Société anonyme des avions et moteurs Renard construit son premier moteur d'avion, le type 100 dans ses ateliers du 598, chaussée de Louvain à Bruxelles. Ses principales caractéristiques sont :

  • 5 cylindres en étoile à refroidissement par air
  • homologué à 100 ch à 1 400 tr/min, fournissait 120 ch à 1 580 tr/min
  • cylindres en acier, culasses en alliage léger
  • cylindres et culasses assemblées simultanément par des tiges filetées dans le carter
  • commande de soupapes par un système d'excentriques portant des galets à leur périphérie
  • embiellage du type à bielle maîtresse et biellettes
  • vilebrequin reposant sur 2 roulements à galets et un roulement à billes oblique
  • double pompe à engrenages pour la lubrification sous pression
  • masse de 125 kg avec le moyeu porte-hélice et 2 magnétos

Ce moteur est homologué par les services techniques de l'Aéronautique belge le

Le moteur type 100, homologué à 100 ch et qui développait 120 ch à 1 580 tr/min, est réétudié pour devenir le type 120 développant 120 ch à 1 750 tr/min.

Le moteur type 120, réétudié une nouvelle fois, est homologué à 140 ch après modification de la culasse. Les tiges de culbuteurs sont disposés en « V ».

Les principes de construction des type 7, type 200 et type 400 reprennent ceux établis pour le type 120.

Le moteur type 400 résulte du jumelage de deux type 200 montés sur le même vilebrequin.

Principales caractéristiques des moteurs Renard[5]
Paramètre Renard type 100 et 120 Renard type 7 Renard type 200 Renard type 400
Puissance nominale 100 ch / 120 ch 180 ch à 2 000 tr/min 235 ch à 1 950 tr/min 495 ch à 1 800 tr/min
Nombre de cylindres 5 7 9 18 en 2 étoiles
Alésage 120 mm 120 mm 120 mm 120 mm
Course 140 mm et 145 mm 150 mm 150 mm 150 mm
Cylindrée totale 7 900 et 8 200 cm3
Taux de compression 5,2 et 5,3 5,6 5,6 6
Poids en ordre de marche 125 kg et 130 kg 175 kg 225 kg 360 kg
Poids par cheval 1 kg/ch
Diamètre 1,08 m 1,12 m 1,12 m 1,14 m
Entraînement de l'hélice prise directe prise directe prise directe
Sens de rotation horlogique
Couple moyen 55 kg.m
Consommation en
essence
225 g et 235 g/cv/h 225 g/cv/h 225 g/cv/h

Les avions et moteurs Renard (liste chronologique)[modifier | modifier le code]

Les modèles R.S.V. (Renard - Stampe - Vertongen)[modifier | modifier le code]

Société anonyme des avions et moteurs Renard[modifier | modifier le code]

  • Moteur Renard type 100
  • Moteur Renard type 120
  • Moteur Renard type 7
  • Moteur Renard type 200
  • Moteur Renard type 400

Renard Constructions Aéronautiques[modifier | modifier le code]

Stampe et Renard[modifier | modifier le code]

  • Stampe et Vertongen SV-4
    • Stampe et Vertongen SV-4
    • Stampe et Vertongen SV-4B
    • Stampe et Vertongen SV-4A
    • Stampe et Vertongen SV-4C
    • Stampe et Vertongen SV-4D
    • Stampe et Vertongen SV-4L
    • Stampe et Vertongen SV-4P
    • Stampe et Vertongen SV-4 « Mathis »
  • Stampe et Renard SR-6
  • Stampe et Renard SR-7 - Farman « Monitor I »
  • Stampe et Renard SR-7B - Farman « Monitor III » F-521.01
  • Stampe et Renard SR-8 - Farman « Monitor II » F-510

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.fnar.be
  2. http://www.fnar.be/?Les_Avions_Renard:R35
  3. Typy Broni i Uzbrojenia.., p. 16
  4. a, b et c Monografie Lotnicze 100, p. 294, 295
  5. André Hauet, Les avions Renard, Bruxelles: Éditions A.E.L.R., 1984
  • André Hauet, Les avions Renard, Brussels, Éditions AELR,