Renaissance nationale de la Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renaissance nationale de la Pologne
(pl) Narodowe Odrodzenie Polski
Image illustrative de l'article Renaissance nationale de la Pologne
Logotype officiel.
Présentation
Président Adam Gmurczyk
Fondation 1981
Positionnement Extrême droite
Idéologie Nationalisme
Nationalisme ethnique
Néofascisme
Nationalisme économique
Euroscepticisme
Affiliation européenne Front national européen
Couleurs Vert et blanc
Site web nop.org.pl

Renaissance nationale de la Pologne (en polonais : Narodowe Odrodzenie Polski, abrégé en NOP) est un parti politique polonais d'extrême droite, tercériste, nationaliste (nationaliste radical et nationaliste révolutionnaire), corporatiste, membre fondateur — avec Force nouvelle et la Phalange espagnole — du Front national européen[1] et du International Third Position. Son leader est Adam Gmurczyk. Son organe officiel est Szczerbiec (nom de l'épée de couronnement du roi de Pologne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est l'héritier politique du Camp national-radical (Obóz Narodowo-Radykalny, ONR), qui avait fait scission en 1934 avec le Parti national-démocrate (Endecja). Il se réclamait alors ouvertement du fascisme, avait organisé des pogroms et aussi combattu dans la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale.

Fondé le , il a été enregistré comme parti politique en 1992. En 2005, il n'a obtenu que 7 000 voix (0,06 %) lors des élections législatives de 2005.

Ses militants (entre 800 et 1 500) sont majoritairement des skinheads.

Programme[modifier | modifier le code]

Manifestation du NOP en 2015.

Le programme officielle de la NOP comprend[2] :

  • l'adoption des principes phalangistes et un système politique reposant sur un syndicalisme national ;
  • l'opposition à l'euthanasie et à l'avortement ;
  • l'opposition au mariage homosexuel et l'adoption pour les couples LGBT ;
  • le départ de la Pologne de l'UE et de l'OTAN ;
  • le retour de la peine capitale (pour les meurtriers, les violeurs, les pédophiles, le trafic de drogue, le crime organisé et pour agir contre l'État de la Pologne) ainsi que de grandes peines pour des actes immoraux comme la corruption ;
  • un minimum de bureaucratie gouvernementale ;
  • l'opposition au socialisme et au libéralisme à l'égard de la conduite morale et économique, préférant une troisième voie ;
  • la nationalisation des secteurs stratégiques ;
  • la suspension du paiement de la dette extérieure.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]