Rena dulcis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les serpents
Cet article est une ébauche concernant les serpents.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Rena dulcis
Description de l'image Leptotyphlops_dulcis.jpg.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Scolecophidia
Famille Leptotyphlopidae
Sous-famille Epictinae
Genre Rena

Nom binominal

Rena dulcis
Baird & Girard, 1853

Synonymes

  • Leptotyphlops dulcis (Baird & Girard, 1853)
  • Stenostoma rubellum Garman, 1884
  • Leptotyphlops dulcis supraocularis Tanner, 1985

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Rena dulcis est une espèce de serpents de la famille des Leptotyphlopidae[1].

Description[modifier | modifier le code]

Ce serpent ressemble à un ver de terre, tant par sa taille et son diamètre, sa couleur, son cou dans le prolongement de la tête et du corps, ses écailles lisses, ainsi que par la forme de sa tête et de sa queue[2]. Son corps comporte 14 écailles, et mesure entre 12,7 et 20,3 cm de long[2]. Bien qu'aveugle, il possède des vestiges d'yeux noirs pratiquement indécelables[2]. Il ne présente pas de dimorphisme sexuel[3].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre[1] :

Le Rena dulcis préfère les endroits sablonneux ou argileux[2], où il peut facilement s'enfouir[4], à des altitudes allant de 0 à 2 100 m[3].

Comportement[modifier | modifier le code]

Le Rena dulcis est considéré comme un animal fouisseur. Cependant, à cause de son manque d'attributs permettant de creuser, on le retrouve fréquemment dans des galeries de vers ; nocturne, il ne remonte en général à la surface qu'à la nuit tombée[3]. Sensible aux basses températures, il hiberne en hiver[3]. Sa vitesse de reptation est assez faible (environ 1,5 m/minute)[3].

Son odorat lui permet de se repérer, ce qui compense sa cécité, et il est capable de détecter et de suivre les traces de phéromones, que ce soit pour la chasse ou pour la reproduction[3].

Une relation de commensalisme avec le petit-duc maculé a été rapportée, ce dernier ramenant le Rena dulcis vivant dans son nid et l'y laissant pour qu'il se nourrisse de ses parasites[3].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il ne s'attaque pas aux vers de terre[3]. La majeure partie de son alimentation repose sur les fourmis et les termites[3], mais il se nourrit également de larves et de nymphes d'arthropodes, ainsi que d’œufs d'insectes[3].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (28 janvier 2014)[5] :

  • Rena dulcis dulcis Baird & Girard, 1853
  • Rena dulcis rubellum (Garman, 1884)
  • Rena dulcis supraorbicularis (Tanner, 1985)

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Baird & Girard, 1853 : Catalogue of North American Reptiles in the Museum of the Smithsonian Institution. Part 1.-Serpents. Smithsonian Institution, Washington, p. 1-172 (texte intégral).
  • Garman, 1884 "1883" : The reptiles and batrachians of North America. Memoirs of the Museum of Comparative Zoology, Cambridge (Massachusetts), vol. 8, no 3, p. 1-185 (texte intégral).
  • Tanner, 1985 : Snakes of Western Chihuahua. Great Basin Naturalist, vol. 45, no 4, p. 615-676 (texte intégral).
  • (en) John E. Werler et James R. Dixon, Texas Snakes : Identification, Distribution and Natural History, Chine, University of Texas Press, , 4e éd., 439 p. (ISBN 0-292-79130-5, lire en ligne), p. 47-51 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]