Renée Darriet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Renée Darriet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinction

Renée Darriet, née le à Mont-de-Marsan et morte le dans cette même ville, est une résistante française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Résistance[modifier | modifier le code]

En février 1942, pendant l'occupation allemande de la France, Renée Darriet rentre dans la Résistance avec son jeune frère. Son emploi aux PTT de Mont-de-Marsan, ville traversée par la ligne de démarcation, lui donne la possibilité de renseigner la lutte clandestine. Elle est arrêtée le 8 octobre 1943 par la police française, puis les Allemands, dans sa maison familiale. Alertée la veille par l'absence de réponse de son frère, évadé clandestin à Bordeaux, alors qu'elle lui téléphone chaque semaine, elle a le temps de prévenir son réseau et d'enterrer dans son jardin tous les documents pouvant la compromettre, avant d'être emmenée[1].

Emprisonnée à Bordeaux, notamment au fort du Hâ, pendant deux mois, elle garde le silence lors de son interrogatoire. Elle est déportée en le 2 février 1944 au camp de Ravensbrück, dans le même convoi que Geneviève de Gaulle-Anthonioz, avant de rejoindre celui de Schlieben. Après un an et demi de captivité, elle retrouve sa liberté le 25 mai 1945 lors de la libération du camp par l'Armée rouge. Comme elle juge les habits civils qu'on lui propose inconfortables, et aussi par esprit de défi, elle regagne la France dans sa tenue de déportation, après une marche de plusieurs centaines de kilomètres s'étalant sur deux mois[1].

Vie politique[modifier | modifier le code]

Toujours discrète sur son passé, militante du PS, elle devient conseillère municipale du maire de Mont-de-Marsan Charles Lamarque-Cando pendant une quinzaine d'années. Elle se présente aux élections cantonales, sans succès. Un dernier hommage public lui est rendu en avril 2007 par le sénateur-maire Philippe Labeyrie, qui donne le nom de Renée Darriet à une rue de la ville lors du réaménagement de l'ancienne caserne Bosquet[1].

Durant sa vie, elle est décorée de la Légion d'honneur, de la Croix de guerre, des médailles de la Résistance, des Résistants des PTT, des déportés. Elle décède à l'hôpital Layné de Mont-de-Marsan de mort naturelle[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]