René de Peellaert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René de Peellaert
Fonction
Président
Cercle Bruges KSV
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Nationalité
Parentèle
Anselme de Peellaert (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata

René Alphonse Marie Ghislain de Peellaert [1], né le à Tournai et décédé à Bruges le [2], est le cinquième président du Cercle sportif brugeois, un club de football belge. Il exerce ce mandat de 1911 jusqu'à sa mort en 1927.

Biographie[modifier | modifier le code]

René de Peellaert prend la présidence du Cercle sportif brugeois le , sur recommandation du baron Ruzette, un des « financiers » de l'association. Il succède à son ami, le baron Albéric de Formanoir de la Cazerie, président pendant deux ans, période ponctuée par un premier titre de champion de Belgique. Il s'attache d'abord à définir des structures juridiques et administratives efficaces pour le Cercle de Bruges, faisant passer l'association au statut d'ASBL, qu'il conserve toujours en 2012. Le début de sa présidence est marqué par la Première Guerre mondiale, qui empêche le déroulement normal des compétitions, et coûte la vie à plusieurs joueurs du Cercle de Bruges. Après le conflit, il décide d'ériger un monument en hommage aux victimes du conflit, inauguré en 1921.

Le Cercle s'installe dès le début des années 1920 dans le haut du classement, ce qui attire de plus en plus de monde au stade. René de Peellaert, qui rêvait depuis longtemps de voir son équipe évoluer dans son propre stade, fait ainsi bâtir une véritable enceinte pour le Cercle, sobrement baptisé « Stade du Cercle Sportif Brugeois », qui deviendra en 1950 le Stade Edgard De Smedt en hommage à un autre président du Cercle de Bruges, Edgard De Smedt.

Durant la saison 1926-1927, le Cercle est en lutte pour obtenir un deuxième titre de champion de Belgique. Mais cette saison est endeuillée par le décès du défenseur Albert Van Coile le , des suites d'une blessure encourue lors d'un match amical face à l'US Tourcoing, dont la gravité n'a pas été diagnostiquée à temps. Lors des obsèques du joueur, le président De Peellaert tient un long discours d'adieu à son joueur sous une pluie battante et une température hivernale. Il contracte une pneumonie, dont il décède deux semaines plus tard.

Quelques semaines après son décès, le club remporte finalement son deuxième titre de champion de Belgique, que les joueurs dédient aux deux disparus.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Souvent qualifie de baron, il ne porta toutefois pas ce titre qui fut hérité par son frère aîné Maurice de Peellaert (1861-1940)
  2. Généalogie de René De Peellaert

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Robert COPPIETERS T'WALLANT, Notices généalogiques et historiques sur quelque familles en Flandre occidentrale, Brugge, 1946.
  • Andries VAN DEN ABEELE, Emile Van den Abeele, een vechter, Tielt, 1969.
  • Roland PODEVIJN, Cercle Brugge 1899-1989, K.S.V. Cercle Brugge, 1989
  • Oscar COOMANS DE BRACHÈNE, État présent de la noblesse belge, Annuaire 1996, Brussel, 1996
  • J. CLAEYS & G. DEBACKER, Jubileumboek Cercle Brugge KSV, Brugge, 1999